Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ailleurs

  • Hamburger

    Imprimer Catégories : Ailleurs, Enfants, Viandes

    Il y a les hamburgers et puis il y a LE Hamburger. Avec une majuscule. Celui-ci appartient à la deuxième catégorie. Indices pour le reconnaître ? Il donne envie de mordre à pleines dents dedans, il dégage une déliceuse odeur de viande grillée et, surtout, il vous tient au ventre toute une après-midi. Ce qui n'est pas le cas des autres... Voici donc :

    LE HAMBURGER

    Pour 4, il faut :

    • 500 g de viande de boeuf
    • 4 pains à hamburger
    • de l'origan
    • 2 tomates
    • 4 feuilles de laitue iceberg
    • 4 tranches de lard fumé
    • 4 tranches de cheddar
    • une cuillère à café de moutarde forte
    • un jaune d'oeuf
    • une cuillère à café de ketchup
    • 30 cl d'huile de tournesol

    Dans un bol, mélanger le jaune d'oeuf et la moutarde. Monter ensuite en mayonnaise en versant doucement l'huile. Ajouter le ketchup, saler et poivrer. Réserver au frais.

    Saler et poivrer la viande, la saupoudrer d'origan. Mélanger et former quatre steaks.

    Laver, essorer et ciseler la laitue. Couper les tomates en rondelles fines.

    Faire griller le lard, puis les steaks.

    Toaster les pains ouverts en deux, puis les tartiner de la sauce réservée.

    Déposer un pavé de viande grillée sur la face plate, le fromage, le lard grillé, la tomate et la salade.

    Refermer et déguster sans attendre.

    Hamburger.jpg

    Remarques : encore meilleur l'été parce :

    • on peut griller la viande au barbecue
    • les tomates de pleine saison sont charnues et juteuses
    • les gros cornichons sont volontairement oubliés car peu appréciés par trois membres de la famille...
    3 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Pizza aux deux jambons

    Imprimer Catégories : Ailleurs

    Tomacouli, tout le monde connaît. Cela fait partie des petits trucs qui vous simplifient la vie. En briques de 200 ou de 500 g, c'est 100% de
    tomates fraiches tout juste cueillies, sans addiction de concentré ou d'eau, juste un peu de sel. C'est grâce à Tomacouli que j'ai fait "décrocher" mes enfants du ketchup : ils ne voulaient leurs coquillettes du soir qu'arrosées de sauce tomate. C'est ainsi qu'ils sont passés du ketchup à la tomate fraîche...

    On peut l'utiliser aussi bien chaud que froid, choisir les versions aromatisées (Ail et Fines Herbes, Basilic, Oignon Echalote et Herbes de Provence), bref, c'est la liberté !

    C'est pourquoi lorsque j'ai appris que Tomacouliorganisait un jeu concours, je me suis empressée de me pencher sur la question : il suffit de déposer sa recette sur le site http://www.tomacouli.grandjeu.com/ sur le site. Cette recette devra répondre aux impératifs suivants :

    * Etre composée obligatoirement et notamment de Tomacouli.
    * Etre composée exclusivement d’ingrédients comestibles et entrant normalement dans la composition des mets comestibles.
    * Etre empreinte d’originalité. A ce titre, elle ne doit pas faire l’objet d’une quelconque copie ou reproduction et ne doit notamment pas être issue d’un ouvrage ou magazine de cuisine, de tout autre ouvrage.

    Du 1er Juin au 30 Septembre, 40 inscrits parmi les internautes à avoir déposé leur recette pourront gagner des cours de cuisine.

    Du 1er au 31 Octobre, 10 votants parmi les internautes inscrits sur le site pourront gagner des cours de cuisine.

    Après le vote des internautes, la meilleure recette gagnera un relooking de cuisine. Les recettes suivantes gagneront des cours de cuisine.

    Alors, j'ai pensé à mon incontournable recette de pizza : jamais sans mon Tomacouli ! Voici donc la :

    PIZZA AUX DEUX JAMBONS

    Pour 4, il faut :

    • une demi-boule de pâte à pain (190g de farine, 12,5 cl d'eau, une cuillère à soupe d'huile d'olive, une cuillère à café de levure de boulangerie lyophilisée et hop, dans la MAP pour une heure trente)
    • une brique de Tomacouli (200g)
    • 100 g de jambon cru
    • 100 g de jambon cuit
    • du fromage rapé
    • quelques olives noires
    • de l'huile d'olive

    Préchauffer le four à 240°.

    Etaler la pâte bien fine. La laisser reposer une petite demi-heure.

    Déposer en cercles concentriques le Tomacouli et l'étaler avec le dos d'une cuillère à café pour ne pas applatir la pâte.

    Répartir harmonieusement les tranches très fines de jambon cru et cuit.

    Déposer çà et là des olives noires.

    Saupoudrer généreusement de fromage rapé, arroser d'une filet d'huile d'olive et enfourner pour dix minutes.

    Puis baisser à 210° et laisser cuire encore cinq minutes.

    Dégustez...

    pizza 2 jambons.jpg

     

    Remarques :

    Vous pouvez utiliser les versions aux herbes de Provence, bien sûr !

    S'apprécie aussi tiède, voire froide.

    Article sponsorisé

    4 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Tagine d'agneau aux fruits secs et aux épices

    Imprimer Catégories : Ailleurs

    Le plat que je vais vous proposer ce dimanche est le plat de l'amitié et de la convivialité. Je m'explique : la viande provient d'un producteur bio qui vend directement et qu'une bonne personne m'a fait connaître, le tagine est un cadeau de mes ex-collègues préférés que j'ai quittés pour aller voguer vers de nouveaux horizons professionnels. Le tout me permet de faire des plats exquis à tomber par terre ! Voici donc le :

    TAGINE D'AGNEAU AUX FRUITS SECS ET AUX EPICES

    Pour 4, il faut :

    • 1 kg de collier et de poitrine d'agneau
    • 12 pruneaux
    • 12 abricots secs
    • un oignon
    • un bâton de cannelle
    • 2 cuillères à café de ras-el-hanout
    • une cuillère à café de cumin
    • sel et poivre
    • huile d'olive
    • un bouquet de persil plat

    Couper la poitrine d'agneau en plusieurs morceaux.

    Peler et émincer l'oignon.

    Verser quatre cuillères d'huile d'olive au fond du plat à tagine et y faire revenir les morceaux d'agneau sous toutes les coutures pendant cinq bonnes minutes. Une fois l'agneau doré, ajouter les oignons et continuer à tourner et retourner le tout pendant cinq minutes.

    Saler et saupoudrer du ras-el-hanout et du cumin. Bien enrober les morceaux avant de recouvrir d'eau froide. Glisser un bâton de cannelle avant de fermer le tagine et de laisser mijoter à petits bouillons durant trois-quarts d'heure.

    Au bout de ce temps, ajouter les abricots secs et les pruneaux. Poursuivre la cuisson.

    Au bout d'une demi-heure, le tagine est prêt. Il peut être servi, saupoudré de persil plat tout juste déchiqueté, et de semoule. Mais il peut aussi attendre, à feu très très doux que vous soyez à table...

    tagine.jpg

    Remarques :

    • Cette recette permet de cuisiner de manière différente les "bas morceaux" de l'agneau, qui se révèlent savoureux ainsi.
    • Je n'avais que du persil plat mais je suis sûre que la coriandre aurait été idéale !
    • Si vous avez quelques amandes effilées, faites-les griller quelques instants à sec dans une poêle avant de les verser, en même temps que le persil, sur la viande.
    5 commentaires Pin it! Lien permanent
  • La tortilla complète

    Imprimer Catégories : Ailleurs

    C'est en feuilletant le dernier numéro d'AVANTAGES que je suis tombée sur cette recette de tortilla dite andalouse. Sauf qu'elle m'a un peu interpellée, cette tortilla : c'est drôle, pour moi, je n'associais pas le boudin à l'Andalousie ! Ma tortilla à moi, elle contient de l'oignon, des poivrons, du chorizo et, bien sûr, des pommes de terre. Mais comme j'adore le boudin (vous l'aurez sans doute déjà constaté avec mes recette de boudin épicé, de tarte croustillante au boudin , les boudins déguisés en abricot ou encore lors de la matinée boudin.

    C'est ainsi que j'ai confectionné cette tortilla d'un nouveau genre et ce fut une révélation ! Un vrai bonheur que de sentir fondre le boudin au coeur des oeufs, et de mêler ses saveurs poivrées avec celles, épicées, du chorizo. Quant au fondant des poivrons... Avec une salade, cela constitue un roboratif plat du soir, ce qui est tout à fait pratique en ce temps de rentrée. Voici donc la :

    TORTILLA COMPLETE

    Pour 4, il faut :

    • 6 oeufs
    • 100 g de chorizo
    • 100 g de boudin noir
    • 600 g de pommes de terre moyenne
    • un oignon
    • un poivron, rouge ou jaune de préférence
    • une tomate
    • 2 gousses d'ail
    • 6 brins de persil
    • une pincée de piment d'Espelette
    • 15 cl de lait
    • 2 cuillères à soupe d'huile d'olive

    Cuire les pommes de terre à la vapeur, avec la peau.

    Epépiner et émincer le poivron et l'oignon, puis les poêler dix minutes à feu doux avec l'ail écrasé et une cuillère à soupe d'huile. Ajouter ensuite le chorizo pelé et coupé en rondelles.  Laisser fondre à feu doux pendant cinq minutes encore avant d'intégrer la tomate coupée en dés. Arrêter la cuisson.

    Préchauffer le four à 210°.

    Peler et couper les pommes de terre en rondelles épaisses.

    Huiler un moule à manqué au pinceau avec l'huile restante.

    Disposer au centre du moule le boudin coupé en rondelles, puis les pommes de terre autour. Verser ensuite les oignons, poivrons, oignons et chorizo.

    Battre les oeufs avec le lait et le piment d'Espelette. Saler légèrement et verser sur le tout.

    Enfourner pour vingt à vingt-cinq minutes. Servir plutôt chaud que tiède, contrairement aux autres tortillas : le boudin se déguste chaud !

    Tortilla complète.jpg

    Remarques :

    • La recette originale ne comprenait ni oignon, ni tomate : à vous de voir.
    • Elle supporte très bien d'être réchauffée doucement puis dégustée !
    7 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Couscous royal pour famille nombreuse

    Imprimer Catégories : Ailleurs

    Longtemps le couscous m'a effrayé. Il faut dire que, si je viens d'une famille méditerranéenne, chez nous, c'est plutôt la paëlla qui se pratiquait. Alors le couscous... ça vous avait un côté furieusement exotique, du genre je ne le mange qu'au restaurant !

    Jusqu'à ce que je décide de me prendre en charge. D'aller m'adresser aux bonnes personnes. De les regarder, scrupuleusement et crayon en main, préparer "leur" couscous avec leurs mesures à elles : "La quantité ? ben, comme tu le sens, tu vois..."

    Je voyais. C'est ainsi qu'aujourd'hui, je peux vous proposer MON couscous. Je ne suis pas sûre qu'il soit issu de la plus pure tradition couscoussière, puisqu'il est lerésultat de "mix" d'au moins quatre recettes. Mais une chose est sûre : c'est que lorsque je l'ai proposé aux dix-sept personnes invités à l'anniversaire de mon fils, il fait un tabac. Car si j'avais choisi de faire un couscous, c'est aussi pour cette raison : on n'a pas trouvé mieux pour les grandes tablées. Voici donc mon :

    COUSCOUS ROYAL

    Pour 12 adultes et 4 enfants, il faut :

    • un kilo et demi d'épaule et de collier d'agneau
    • un kilo de poulet (cuisses et arrière-cuisses de préférence)
    • 12 merguez
    • un kilo et demi de graine de couscous
    • 10 carottes
    • 4 navets
    • 4 tomates
    • 2oignons
    • 8 courgettes
    • 2 boîtes de pois chiches
    • 4 cuillères à soupe de concentré de tomate
    • du cumin
    • du ras-el-hanout
    • un bâton de cannelle
    • du safran
    • un bouquet de persil
    • harissa
    • des raisins secs

    Dans une cuvette (ou un grand saladier), mettre la graine et la recouvrir de deux verres d'eau froide ; huiler, rouler et laisser reposer.

    Laver et peler les carottes, les navets, les oignons et les tomates.

    Faire chauffer un centimètre d'huile dans la couscoussière et ajouter une grosse cuillère de sel. Faire revenir l'agneau coupé en morceaux et le poulet lavé.

    Couper les navets en quatre et les mettre dans la casserole. Couper les carottes en long et les ajouter. Bien mélanger, couvrir et cuire trois-quatre minutes environ.

    Émincer les oignons, couper les tomates en cube et les verser dans la marmite avec le concentré de tomate. Couvrir et cuire dix minutes.

    Ajouter alors deux cuillères à soupe de cumin, quatre cuillère sà soupe de ras-el-hanout, 6 sachets de safran en poudre, le bâton de cannelle, une demi-cuillère à café d'harissa, mélanger et recouvrir d'eau. Ajouter le bouquet de persil et cuire pendant quarante-cinq minutes.

    Verser la graine dans la partie haute et la cuire durant vingt minutes pendant que le reste de la cuisson se déroule. La retirer du feu, l'aérer et la recouvrir de deux verre d'eau froide salée.

    Laver, éplucher et couper les courgettes en tronçons. Dans une casserole, prélever deux bonnes louches de bouillon écumé et y cuire les courgettes. Au bout de vingt minutes, ajouter les pois chiches rincés.

    Faire tremper les raisins secs dans un bol avec du bouillon.

    Remettre la semoule dans le panier et la cuire encore un quart d'heure.

    Préparer l'harissa avec le bouillon.

    Faire revenir les merguez à la poêle.

    Avant de servir, ajouter 100 g de beurre à la semoule.

    Présenter sur la table la semoule, les légumes, la viande et les merguez, les raisins secs et l'harissa.

    couscous.jpg

    Remarques :

    • Le problème, c'est que le couscous, c'est très vite servi, très vite mangé, d'où la photo...
    • Et puis le casse-pied, c'est qu'il faut prévoir plein de plats... et les re-remplir !

    33 commentaires Pin it! Lien permanent
  • J'ai testé la bento box de Picard

    Imprimer Catégories : Ailleurs

    Autant vous le dire franchement : je ne vais pas être très présente sur la Toile pour les quinze jours qui viennent. Certains disent qu'il vaut mieux mettre toutes les chances de son côté, d'autres disent qu'il faut faire le maximum, comprenne qui pourra, mais une chose est sûre : je n'aurai ni le temps ni l'envie de cuisiner !

    Alors, histoire de ne pas vous laissez sans rien à vous mettre sous la dent, au propre comme au figuré, je vous propose un test- produit. Rappelez-vous, il y a quelques temps de cela, je réclamais un bento. Eh bien flânant dans les rayons de Picard, je suis tombée là-dessus :

    bento picard.JPG
    Photo Picard

    Alors d'abord j'ai lu : "Le bento est traditionnellement une boîte à deux compartiments contenant le déjeuner des japonais, enfants comme adultes. Picard a composé celui-ci de morceaux de poulet en sauce teriyaki sucrée-salée, de riz légèrement vinaigré avec des graines de sésame grillées ainsi que de gyozas, des chaussons de pâte de blé farcis aux légumes et grillés d’un côté."

    Bien évidemment, j'ai acheté. Et goûté. Et voici donc mes impressions.

    D'abord petite déception pour l'incorrigible naïve que je suis : moi, je crois encore que ce que je vois, c'est vrai et c'est ainsi que je pensais déballer un vrai bento miniature, avec la petite fleur, là... Rien de tout cela : c'est une bête barquette noire en plastique à double compartiment !

    Côté pratique, rien à dire : on réchauffe quatre minutes au micro-onde la barquette, puis une minute les raviolis. Comptez plutôt une minute trente, les miens étaient encore un peu froids sur une face.

    On a droit devant soi quelques morceaux de viande enrobées de sauce très odorante, du riz blanc mélé de sésame blond et les raviolis que j'ai choisi de poser sur la viande, histoire de les imbiber eux aussi de sauce.

    Le bilan ? c'est très bon ! Parfumé à souhait, une viande tendre, un riz cuit à point, des raviolis de légumes relevés juste ce qu'il faut, j'ai beaucoup apprécié.

    Côté composition, cela donne ça :

    Poulet teriyaki et riz japonais vinaigré 250 g : riz japonais vinaigré cuit 42,3% (riz, vinaigre d'alcool), viande de poulet 37,2%, sauce teriyaki 18,5% (mirin (eau, sirop de glucose de maïs, sirop de fructose de tapioca, riz, alcool), sucre, sauce soja (eau, graine de soja, sel, farine de blé, sucre), huile de tournesol, sauce soja japonaise (eau, graine de soja, blé, sel), oignon), graine de sésame 1,2%, amidon transformé de tapioca, sel.
    Gyoza aux légumes 100 g : farce 70% (légumes 82,7% (chou, ciboule chinoise), huile de tournesol, sauce soja (eau, graine de soja, sel, farine de blé, sucre), amidon transformé de tapioca, ail, sucre, gingembre, huile de sésame, sel), pâte 30% (farine de blé, eau, sel, poudre à lever (diphosphate disodique, carbonate acide de sodium, amidon de tapioca)).

    J'ai payé ma barquette 5,70€. Chose à noter : je n'avais pas faim une fois finie, ce qui n'est pas le cas de tous les plats "tout prêts". Et côté calories, l'ensemble "pèse" autour de 600 calories. Rien à dire ! Sinon que ce serait bien qu'il y en ait d'autres, parce que je ne vais pas manger toujours le même !

    Et sinon, histoire de vous rappeler que le japonais, je le cuisine aussi, quelques liens vers d'anciennes recettes :

    Et des lectures :

    8 commentaires Pin it! Lien permanent
  • La cabane à pizza, c'est ici !

    Imprimer Catégories : Ailleurs

    On m'avait dit : "Tu verras, c'est aux Etats-Unis qu'on mange les meilleures pizzas !" - J'entends déjà les puristes vrombir et prêts à se lancer à l'assaut... Alors je tempère : les meilleures, peut-être pas, mais les plus riches, les plus moelleuses, les plus... grasses, allons-y, lâchons le mot, c'est sûr ! J'ai adoré. Bon, évidemment, pas tous les jours... quoique... je me souviens d'une fin de séjour new yorkaise où, raides fauchées, on se "contentait" d'une pizza tous les soirs (n'est-ce pas, Anne ?)...

    Toujours est-il que si j'aime l'incomparable pizza italienne, fine et presque croustillante, je garde toujours une place dans mon coeur - et dans mon estomac  - pour les pizzas épaisses. Jusqu'à quelques mois, j'avais la chance d'avoir une hutte à pizzas non loin de chez moi. Le trajet en voiture de la cabane à la maison était toujours très douloureux, les cartons dégageant une ensorcelante odeur, et les lendemains aussi (la voiture ayant gardé l'odeur...). Mais il faut employer le passé : la boutique a été remplacée désormais par les poulets frits du Kentucky - berk ! C'est pourquoi, lorsque Gracianne est arrivée l'autre jour, avec sa recette de pâte pan, je n'ai pas attendu très longtemps pour la reproduire... L'original, c'est ici, et voici donc, après quelques menues modifications, la :

    PIZZA DE LA CABANE

    Pâte (pour 2 pizza)

    • 330g de farine T65
    • 7g de levure déshydratée
    • ½ cc de sel
    • 210 ml de lait entier
    • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
    • 2 cuillères à café de sucre


    Sauce tomate

    • un petit oignon émincé
    • 2 gousses d’ail
    • de l'origan
    • une pincée de sel
    • 500g de tomates
    • huile d'olive
    • une pincée de sucre

    Garniture :

    • Du jambon cru
    • Du jambon cuit
    • De la mozzarelle

    Dans la MAP, verser le lait, le sel et l'huile, puis ajouter la farine, la levure et le sucre. Mettre en marche, programme pâte seule.

    A l'issue du programme, sortir la pâte et la diviser en deux pâtons que vous ferez lever sous un sac plastique ouvert pendant une demi-heure...

    ... le temps de préparer la sauce : laver, peler et épipiner les tomates avant de les couper en morceaux. Faire revenir l'oignon émincé dans un peu d'huile d'olive puis ajouter les tomates, l'ail, saler et poivrer, sucrer légèrement, saupoudrer d'herbes et laisser mijoter doucement une demi-heure.

    Préchauffer le four à 200°. Huiler deux moules à manqués et y étaler la pâte à la main. Recouvrir de sauce puis de jambon coupé en morceaux. Couper la mozzarelle en rondelles et la déposer sur les pizzas. Enfourner pour une vingtaine de minutes.

    pizza pan.jpg

     

    Remarques :

    • huiler les moules avec les mains, comme ça les pâtons profiteront de l'huile d'olive lorsque vous les étalerez - qui a dit gras ?
    • la remarque que je ne sais pas comment prendre : réchauffée (pour ce qu'il en restait) le lendemain, on m'a dit : "Là, ça a encore plus le goût de Pizza Hut !"
    9 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Pizza blues

    Imprimer Catégories : Ailleurs

    Il pleut. Il n'arrête pas de pleuvoir. Le jour, la nuit, le soir. Hier, il grêlait même. Un effrayant bruit de mitraille sur nos toits métalliques. En plus, il fait froid. L'humidité s'insinue partout. Tiens, pas plus tard que ce matin, j'ai dû me lever parce que j'étais gelée dans mon lit ! Imaginez-vous : me lever pour me réchauffer avec mon petit déjeuner !

    Avec ça, vous comprendrez sans peine que je n'ai rien écrit sur mon blog depuis six jours ! Si c'est pour raconter ma dernière soupe de légumes, merci bien ! Ou alors... la dernière pizza ! C'est Gracianne qui nous avait toutes déculpabilisées en parlant d'utiliser de la sauce toute prête. Après plusieurs tests, la Buitoni a mes préférences. Surtout celle aux cèpes : un régal. Voici donc la :

    PIZZA DES JOURS DE BLUES

    Pour 6 personnes (environ), il faut :

    Pour la pâte :

    • 500 g de farine
    • un demi-cube de levure de boulanger
    • 300 g d'eau
    • 1 cuillère à soupe de sel
    • 2 cuillères à soupe d'huile d'olive

    Et hop, tout ça dans la MAP (ordre : eau, sel, huile d'olive, farine, levure diluée dans un peu d'eau tiède) pour une heure trente.

    Après, on étale, on forme de pizzas et on garnit.

    Pour la garniture :

    • une boîte de sauce Buitoni aux cèpes
    • une brique de Tomacoulis
    • 4 tranches de jambon cuit
    • 4 tranches de jambon cru
    • des anchois, des olives
    • de la mozzarella rapée

    Etaler la moitié de la sauce aux cèpes puis la moitié du tomacoulis.

    Déposer les lanières de jambon, cuit sur une pizza, cru sur l'autre.

    Ajouter éventuellement des anchois ou des olives.

    Saupoudrer de mozzarella.

    Enfourner à four très chaud pendant un bon quart d'heure (regarder couler la mozzarella) avant de servir.

    Pizza

    Remarques :

    • il n'y a pas à dire, ça réconforte !
    • en même temps, ça réconforterait aussi un jour de grand beau !
    • autre modèle de pizza ici
    5 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Galette nordique

    Imprimer Catégories : Ailleurs

    Bon, évidemment, je n'ai rien inventé... mais il n'empêche : nous nous sommes tant régalés vendredi soir que je ne peux m'empêcher de vous livrer cette recette expresse, délicieuse et archi-facile. En plus, cela me permet de vous dévoiler ma recette de galette à la farine de sarrasin, bio bien sûr, par la grâce de Markal. Là encore, rien que du light et du bon pour la santé (et je suis SERIEUSE !). Voici donc cette :

    GALETTE NORDIQUE

    Pour 8 galettes de bonne taille, il faut :

    • 250 g de farine de sarrasin
    • 25 cl + 50 cl d'eau
    • 10 g de sel
    • 50 g de beurre demi-sel

    Pour la garniture :

    • 8 tranches de saumon fumé
    • 20 cl de crème fraîche
    • de la ciboulette

    Mélanger dans un grand saladier la farine, le sel et 25 cl d'eau. Lorsque la pâte est formée, ajouter doucement le reste de l'eau. Laisser reposer au moins une heure.

    Au moment de faire les crêpes,faire fondre le beurre et l'incorporer à la pâte. Cuire les galettes.

    Déposer ensuite sur la galette une tranche de saumon fumé, verser un peu de crème et saupoudrer d'herbes. Déguster sans attendre.

    cr_pe_003

    Remarques :

    • N'oubliez pas le cidre !
    • On peut verser quelques gouttes de citron sur le saumon avant d'y mettre la crème.
    9 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Ce midi, c'est sushis !

    Imprimer Catégories : Ailleurs

    Pour continuer dans mon trip "Asie", après Parfum de glace de Y. OGAWA, voici un échantillon de la cinquantaine de sushis et de la quinzaine de makis que nous avons réalisés.

    sushis_001

    Rappel : la recette, c'est ici.

    5 commentaires Pin it! Lien permanent