Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Pourtant, que la montagne est beeeelle"

Imprimer Catégories : Les chroniques de Ronchonnette Casse-Bonbons

Oui, mais moi, j'aime pas la montagne ! La montagne, ça ne me gagne pas du tout, ça me déprime ! Tous ces sommets enneigés, hérissés tout autour de moi, ça me rend claustro !

Je déteste me geler dans la neige. La neige, ça mouille, ça fait glisser, c'est l'horreur !

J'aime pas la montagne ! Je déteste passer trois heures pour m'équiper avant de mettre le nez dehors et ressembler au bonhomme Michelin. On a tous l'air ridicule, engoncés dans nos épaisseurs de vêtements !

Quand il faut beau, ça pique les yeux, ça brûle la peau, il faut se tartiner de trucs blanchâtres sur la face, on a les joues écarlates, la trogne avinée.

Quand il neige à pleines bourrasques, ça pique les yeux, ça brûle la peau, on a le faciès paralysé !

Je suis maso, j'aime pas la montagne et pourtant j'y pars, pas plus tard qu'aujourd'hui. Parce que "c'est bon pour les enfants", parce que je vis entouré de fondus de la glisse...

Parce que la montagne, c'est supportable avec un vin chaud, une crêpe au chocolat, une râclette, une fondue, de l'Apremont...

Et j'aime pas la montagne, parce que je vais en revenir avec des kilos !

3 commentaires Pin it! Lien permanent

Commentaires

  • Y a le ski bar qui peut être sympa ;) Sinon t'as des stations où t'as de la thalasso ! Ce peut être un bon compromis. Bon séjour quand même !

  • Moi c'est pareil, je déteste avoir froid et être mouillée, et en plus j'ai peur en ski. Cette année, j'y ai échappé, mais il y en a déjà qui parelent de l'année prochaine...

  • Et bien moi je suis comme toi, je préfère me prélasser sur une plage de sable blanc, fin, entourée de cocotiers et palmiers (ou de maquis...) avec le son des vagues dans les oreilles plutôt que de me retrouver, la tête dans la neige, après avoir endurée 2.30 min de montée en oeuf (une E-TER-NI-TE sans parler de la descente, tourjours en oeuf puisque je ne sais pas skier) et repartir au bout de 2 jours le nez rouge et coulant... Et pourtant, j'étais presque nostalgique de repartir, de quitter ces paysages blancs et j'ai même eu l'ambition d'apprendre à skier et de rester au moins 4 jours dès la prochaine saison. Quel bonheur de me laisser glisser avec les enfants, en luge, et de me retrouver une fois encore la tête dans la neige mais dans des éclats de rires... et avec l'envie d' y retourner l'année prochaine.

Les commentaires sont fermés.