Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Petits pains au lait version MAP

    Imprimer Catégories : Pains

    Au commencement, il y avait ça :pains_au_lait_002__2_

    Un truc à se damner, une pâte à tartiner au chocolat noir, découverte lors d'un brunch bobo (car moi aussi, j'ai une vie branchée, n'est-ce pas Anaïk ?) au Pain quotidien. Je signale par ailleurs que la pâte à tartiner au praliné et celle au lait sont non moins fabuleuses...

    Après avoir testé le pain de mie, le pain brioché et le pain frais, j'ai voulu aller vers autre chose. Et feuilletant mon petit livre déjà mentionné (Viennoiseries), je suis tombée sur la recette des petits pains au lait. recette que je me suis empressée d'adapter à ma MAP, c'est-à-dire tout mettre ensemble et laisser faire. Et c'est ainsi que moins de trois heures après avoir décidé d'en faire, je présentais à ma petite famille pour son goûter des :

    PETITS PAINS AU LAIT VERSION MAP

    Pour 10 petits pains, il faut :pains_au_lait_005__2_1

    • 300 g de farine
    • 1 cuillère à café bombée de levain en poudre (ou 1/2 sachet de levure de boulangerie)
    • 20 cl de lait
    • 25 g de beurre mou
    • 1 cuillère à café (bien bombée) de sucre
    • 1 cuillère à café de sel
    • un jaune d'oeuf pour la dorure

    Mettre au fond de la cuve dans l'ordre le lait, le beurre, le sel, la farine, le sucre et le levain. Lancer la machine en programme pétrissage (1h30).

    Retravailler quelques instants la pâte avant de la diviser en 10 boules que vous modèlerez en boudins de 5-6 centimètres à déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

    Façonner (ou essayer en tout cas) les extrémités en pointe, entailler la surface d'un ou deux coups de couteau et laisser lever 45 minutes à température ambiante.

    Faire chauffer le four à 225°. Battre le jaune d'oeuf avec une cuillère à café d'eau et badigeonner les pains de ce mélange. Etirer le dessus des pains à trois ou quatre endroits (disent-ils, personnellement, je n'ai guère été convaincue par le résultat...) et mettez au four pendant quinze minutes. Laisser refroidir sur une grille.

    pains_au_lait_007__2_

    Remarques :

    • Ne vous affolez pas si vous trouvez vos pains blancs à la cuisson : la couleur vient tout d'un coup, à quelques minutes de la fin...
    • Servis encore à peine tièdes, c'est évidemment meilleur !

    Version imprimable : PETITS_PAINS_AU_LAIT_VERSION_MAP.doc

    11 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Pornic, dimanche 28 mai 2006

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Pornic à marée basse (avant le plateau de fruits de mer)

    f_te_des_m_res_1

    Après le plateau de fruits de mer...

    f_te_des_m_res_2

    La fête s'achève et les derniers se pressent

    C'est comme dans un rêve et y plus rien à boire, bonsoir

    Etienne DAHO, "Saint Lunaire, dimanche matin".

    2 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Big papillote de cabillaud au gingembre et au citron vert

    Imprimer Catégories : Poissons

    Bien qu'il soit facétieux (un coup je suis là, un coup j'ai disparu), l'été est (presque) là. L'été et ses envies de légèreté, de saveurs plus fraîches, de textures plus légères. Attention cependant : ne tombons pas dans l'excès qui va nous conduire à nous nourrir de grillades et salade de tomates-mozzarelle, il y a bien plus à faire...

    C'est d'ailleurs ce que je me disais en feuilletant le dernier REGAL, une source d'inspiration sans fin pour moi le week end dernier. Après le cake au pesto, que je servis en entrée, j'ai proposé "la recette de Fred pour être beau en maillot de bain", une papillote géante (à réserver, quoiqu'annonce la recette, au repas pour quatre personnes, parce qu'après, ça sature dans le four, ou alors il faut mettre des minuscules portions !) de poisson et de petits légumes, le tout accompagné d'une marinade exotique absolument délicieuse et qui a convaincu même les plus réticents à l'exotisme gastronomique. Voici donc la :

    PAPILLOTE GEANTE DE CABILLAUD AU GINGEMBRE ET AU CITRON VERT

    Il faut, pour 4 personnes:

    • 4 pavés de cabillaud (les dos de cabillaud de Picard sont parfaits)
    • 200 g de pois gourmands extra-fins
    • 8 petites carottes
    • 1 botte de coriandre fraîche
    • 2 cm de gingembre
    • 2 citrons verts
    • 1 gousse d'ail
    • 1 cuillère à café d'huile de sésame
    • 6 cuillères à soupe de sauce soja
    • 1 cuillère à soupe de sucre en poudre
    • 5 cuillères à soupe d'huile d'olive
    • 1 botte de ciboulette

    Préchauffer le four à 220°. Faire chauffer trois litres d'eau.

    Prelever le zeste d'un citron. Presser ensuite les citrons. Râper le gingembre et presser l'ail. Mélanger le jus des citrons, les zestes, la sauce soja, le sucre, le gingembre, l'ail, l'huile d'olive et l'huile de sésame.

    Peler les carottes et les faire blanchir 6 minutes dans l'eau bouillante. Ajouter les pois gourmands et laisser encore 2 minutes avant d'égoutter le tout.

    Laver, sécher et hacher coriandre et ciboulette.

    Recouvrir la lèche-frite (nom qui ne cesse de m'étonner, presque obscène pour un objet ma foi bien banal...) d'une feuille de papier sulfurisé. Découper une iMMense feuille de papier alu (2,50 m) et la plier en deux. La poser sur la feuille de papier sulfurisé en laissant l'autre moitié pendre.

    Y étaler les légumes blanchis, puis déposer les pavés de cabillaud. Saupoudrer de coriandre et de ciboulette hachées et arroser le poisson de la marinade.

    Fermer la papillote en rabattant la feuille et en la roulant. Faire cuire 20 minutes et servir immédiatement.

    papillote_carr_

    Remarques :

    • L'avantage de cette recette est qu'on peut préparer la papillote à l'avance et l'enfourner au moment où l'on se met à table. la marinade aura imprégné le poisson, qui n'en sera que meilleur.
    • REGAL conseille d'apporter le plat sur la table et d'ouvrir la papillote à table, sous les yeux ébahis des convives, libérant toutes les saveurs. Bon, en pratique, cela implique une table très large, un dessous de plat approprié et un service qui promet d'être joyeux : le plat va tourner, il est grand donc attention aux verres, etc...
    • Les photos sont plus belles dans le magazine mais bon, que voulez-vous, nous, on ne voulait pas laisser refroidir le plat !

    Version imprimable : PAPILLOTE_GEANTE_DE_CABILLAUD_AU_GINGEMBRE_ET_AU_CITRON_VERT.doc

    6 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Dîner chez les Brunetti : le risotto de Paola

    Imprimer Catégories : Littérature gourmande

    2020593440.08.lzzzzzzzGuido Brunetti est un véritable Vénitien. Historique. Policier de surcroît. Amoureux de sa ville et des bonnes (et belles) choses en général. Je l'avoue, j'adore le héros créé par Donna LEON, qui n'a rien d'une Vénitienne, ni d'une policière, puisqu'elle est américaine et écrivain. Et pourtant...

    Ses romans policiers foisonnent de bons petits plats, mitonnés par Paola, madame Brunetti, et qui exaltent le bon vivre et ses plaisirs. Voici pour aujourd'hui un extrait du dernier roman, paru en poche, de Donna LEON :

    LE RISOTTO DE PAOLA

    "Et maintenant, va dans la cuisine et ouvre une bouteille. J'arrive dès que j'ai terminé la correction de cette copie."

    Regrettant que les enfants ne voient pas, pour l'imiter, la célérité avec laquelle il obéissait aux ordres de leur mère, Brunetti passa dans la cuisine et ouvrit le réfrigérateur. Il en sortit une bouteille de Chardonnay qu'il posa sur la comptoir, ouvrit le tiroir pour y prendre le tire-bouchon puis, changeant d'avis, remit le Chardonnay dans le frigo pour y prendre une bouteille de Prosecco à la place. "Tout travail mérite salaire", marmonna-t-il en faisant sauter le bouchon. Emportant la bouteille et un verre, il battit en retraite dans le séjour, espérant avoir le temps de finir de lire l'édition du jour du Gazzettino.

    (...) Pour être dans l'esprit du changement de saison, Paola avait préparé un risotto di zucca dans lequel, à la dernière minute, elle avait râpé un peu de gingembre, dont l'âpreté était adoucie par la généreuse portion de beurre qui l'avait précédé et le parmesan dont elle avait ensuite saupoudré sa préparation. Cette polyphonie gustative chassa tout souci pour la musique de Raffi dans l'esprit de Guido et le poulet grillé à la sauge et au vin blanc qui suivit remplaça même cette musique qui lui parut le chant céleste des anges.

    Donna LEON, Une Question d'honneur, 2005.

    3 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Cake au pesto

    Imprimer Catégories : Entrées

    L'été est là ! Si, si, ce soleil qui pointe le bout du bout de son nez, c'est ça ! Donc qui dit été, dit soleil, fraîcheur, cuisine méditerranéenne... Donc : courgette, pesto, huile d'olive, et tutti quanti !

    C'est bon ,j'ai ce qu'il vous faut. J'ai découvert la recette dans le REGAL de Juin-Juillet, je l'ai testé ce midi, et j'ai fait un triomphe ! Je vous propose donc  le :

    CAKE AU PESTO

     

    Il faut :

    • 1 pot de pesto
    • 200 g de farine
    • 3 oeufs
    • 1 sachet de levure chimiquecake_pesto_005
    • 1grosse courgette
    • 1 petit oignon
    • 10 cl d'huile d'olive
    • 10 cl de lait
    • 1 cuillère à soupe de pistaches décortiquées non salées
    • 2 cuillères à soupe de pignons de pin
    • 30 g de parmesan râpé
    • 10 g de beurre
    • sel, poivre

    Couper à la mandoline la courgette légèrement pelée en rondelles très fines. Peler et émincer l'oignon très finement.

    Chauffer une cuillère à soupe d'huile d'olive dans une poêle anti-adhésive. Ajouter la courgette et l'oignon et laisser cuire 7 à 8 mn sur feu moyen et couvert jusqu'à ce que l'ensemble soit bien tendre.

    Tamiser la farine et la levure dans un saladier. Faire un puits au centre.

    Dans un autre saladier, fouetter les oeufs avec le lait et le reste d'huile. Verser le tout dans le puits et mélanger vigoureusement au fouet en partant du centre et en incorporant petit à petit la farine.

    Quand la pâte est bien homogène, ajouter 6 cuillères à soupe de pesto, les pignons et les pistaches grossièrement hachés au couteau, et 20 g de parmesan râpé. Saler (pas trop, le pesto suffit...), poivrer et bien mélanger.

    Graisser le moule (ou utiliser un moule anti-adhésif !). Y verser la moitié de la pâte. Mélanger la moitié restante à la moitié de courgette et verser dans le moule. Recouvrir la pâte avec le reste de courgette et saupoudrer de parmesan.

    Cuire au four 40 à 50 minutes, thermostat 6-7 (190°).

    cake_pesto_006

    Version imprimable : CAKE_AU_PESTO.doc

    15 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Shopping utile, agréable ET rigolo

    Imprimer Catégories : Les chroniques de Ronchonnette Casse-Bonbons

    Voici ce que j'ai déniché chez HABITAT hier après-midi :

    sali_re_et_poivri_re_0022

    Une salière et une poivrière pour 20 €, soit 10 € l'unité.

    Ce qui m'a plu :

    • la mine rigolote des objets, lapin blanc et noir lapin
    • la prise en main facile et l'avantage de pouvoir moudre au fur et à mesure de mes besoins sel et poivre
    • le fait de pouvoir utiliser du gros sel ou de la fleur de sel, du poivre en grains
    • l'aimant situé derrière qui permet de les fixer au gré de sa cuisine

    En résumé, un achat intelligent, pensé et absolument indispensable. Tout à fait moi, quoi !

    6 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Gratin d'aubergines

    Imprimer Catégories : Légumes

    L'aubergine me fascine. Dodue, rebondie, la peau lisse et brillante, une belle couleur violette, je la trouve magnifique ! De surcroît, elle est délicieuse, ce qui ne gâche rien. Son seul souci ? elle est très gourmande et se transforme très vite en éponge à huile, et le pire, c'est que c'est encore meilleur ! Mais il faut savoir raison garder et je vous propose donc aujourd'hui une recette de gratin d'aubergines (presque) light. Voici mon :

    GRATIN D'AUBERGINES A LA MOZZARELLE

    Il faut :

    • 3 belles auberginesgratin_d_aubergine_002
    • Un oignon
    • Deux boîtes de cubes de tomates
    • Quelques branches de romarin
    • Une cuillère à café de miel
    • De l'huile d'olive
    • Sel et poivre
    • Du gros sel
    • Une grosse boule de mozzarelle

    Laver les aubergines et les détailler dans la longueur en tranches d'un demi-centimètre environ (la mandoline magique est ici d'une redoutable efficacité). Les disposer dans une passoire et les faire dégorger avec un peu de gros sel.

    Peler l'oignon et le découper en fines tranches. Verser quatre cuillères à soupe d'huile d'olive dans une sauteuse et y faire revenir l'oignon durant cinq minutes. Ajouter les tomates en cube, la cuillère à café de miel, saler et poivrer. Laisser mijoter une bonne demi-heure. A mi-cuisson, ajouter les branches de romarin.

    Rincer et éponger les aubergines. Les badigeonner à l'aide d'un pinceau d'huile d'olive et les faire griller au four cinq minutes environ de chaque côté en ayant légèrement salé et poivré.

    Préchauffer le four à 180°.  Huiler (à l'huile d'olive, bien sûr) un plan à gratin et y disposer une couche d'aubergines, une gratin_d_aubergine_004couche de sauce, quelques rondelles de mozzarelle, et recommencer l'opération environ trois fois. Terminer avec des rondelles de mozzarelle pour gratiner.

    Enfourner pour une demi-heure environ, voire moins : on juge de la cuisson à la "gratinée" de la mozzarelle. Servir chaud, froid ou tiède.

    gratin_d_aubergine_006

    Remarques :

    • Huiler au pinceau et faire griller au four évite l'effet "éponge" de l'aubergine poêlée.
    • Bien sûr, les puristes y mettront de "vraies" tomates pelées et épépinées avec amour, mais les flemmardes comme moi se contenteront de dire que les "en boîte" vont très bien...
    • On peut intercaler de fines tranches de jambon cru entre les couches.
    • Réchauffé, ce gratin est encore meilleur.

    Version imprimable : GRATIN_D_AUBERGINES.doc

    7 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Muffins au chocolat sans noix de pécan (Expérience scallienne 1)

    Imprimer Catégories : Desserts

    J'avoue, longtemps, j'ai rechigné. Regimbé, même... C'était d'une telle évidence : "Il faut acheter absolument le livre de Scally, il est génial !"... "Je l'ai en quatorze exemplaires et je n'arrête pas de l'offrir !" ... "Je ne peux plus m'en passer !" ... et bla bla bla...

    Oui, mais moi, l'unanimité, ça me fait peur. Alors je préfère attendre. Oh, c'est sûr, je passe à côté de plein de choses - ou alors , je les découvre en retard (voir Laurent Gaudé), mais bon, finalement, je finis toujours par y arriver...

    C'est ainsi que je me suis retrouvée l'autre jour devant LE livre de Pascale Weeks, alias Scally. D'abord, j'ai été très étonnée : je m'imaginais un truc énorme, gigantesque, un muffin qui m'aurait sauté aux yeux, eh bien, rien de tout cela. C'est un tout petit livre, tout mignon, qui tient au creux de la main, fait pour le voyage et les échanges. Un missel, quoi !

    Ensuite, j'ai commencé à le feuilleter et là, j'en ai pris plein les papilles ! Des gâteaux, des brownies, des blondies, des shortbreads, des crumbles, et je m'arrête là, mais la liste n'est pas finie : tous les secrets des goûters à l'anglo-saxonne rassemblés dans ce bréviaire !

    Et j'ai commencé à être contaminée, moi aussi. A me surprendre à dire : "Oh, tu devrais ab-so-lu-ment acheter un petit bouquin génial...", bref, à me convertir ! Et pour fêter cette conversion, je vous propose ma version (parce que je n'avais pas de noix de pécan) de ses "muffins chocolat et noix de pécan", page 79. Voici donc ma première expérience scallienne, les :

    MUFFINS AU CHOCOLAT SANS NOIX DE PECAN

    Il faut :

    • 300 g de farinecuisine_001
    • 1 sachet de levure chimique
    • 125 g de sucre en poudre
    • 2 cuillères à café de cacao en poudre non sucré
    • 150 de pépites de chocolat
    • 25 cl de lait
    • 2 oeufs
    • 75 g de beurre demi-sel fondu

    Préchauffer le four.

    Verser la farine, la levure, les pépites de chocolat, le cacao, la levure, le sucre et mêler le tout.

    Dans un bol, mélanger le lait, le beurre fondu et les oeufs.

    Verser le mélange liquide sur le mélange sec et mélanger "juste assez pour incorporer la farine" (l'auteur nous explique que le secret des muffins est justement de NE PAS chercher à obtenir une pâte homogène).

    Verser dans les moules (12) et enfourner pendant 25 minutes.

    Laisser refroidir puis démouler et laisser à nouveau refroidir sur une grille. Déguster. Un bonheur !

    cuisine_002

    Remarques :

    • A peine refroidis mais les pépites de chocolat encore fondantes, c'est un délice ! Et ça marche le lendemain, après 30 secondes au micro-onde.
    • La pâte crue est à se damner !

    Version imprimable : MUFFINS_AU_CHOCOLAT_SANS_NOIX_DE_PECAN.doc

    11 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Ma Cuisine rouge

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    cuisine_003

    Ca y est ! Je l'ai ! Ou plutôt : je LES ai ! Ma cuisine et mon Internet, mon  intérieur et mon extérieur ! Et c'est le bonheur...

    Désormais je peux cuisiner comme je veux, je peux raconter ce que je veux, aller voir ce que les autres proposent, vivre, quoi ! Respirer ! Je ne cesse de m'extasier de la fonctionnalité des lieux, de sa luminosité, du bonheur à être au coeur de la maison.

    J'en profite pour remercier tous ceux qui ont eu la gentillesse de venir me lire (quand même), de me laisser de gentils (ou compatissants) commentaires, ou encore de me raconter leurs propres mésaventures sur le même thème. Très chaleureusement, merci et... à bientôt, pour de nouvelles aventures gourmandes !

    cuisine_004

    C'est la fin de l'histoire

    Le rouge après le noir...

    J.J. Goldman

    19 commentaires Pin it! Lien permanent
  • EN PANNE D'INTERNET !!!

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Malheur ! un déménagement, un emménagement, et plus d'internet jusqu'à... au moins... mercredi (j'espère...) !

    7 commentaires Pin it! Lien permanent