Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Cuisine rouge, coeur rouge ?

    Imprimer Catégories : Les chroniques de Ronchonnette Casse-Bonbons

    stingEn ce lendemain d'annonce de la mort d'Augusto Pinochet, petit rappel de ce que chantait Sting en 1987 :

    Why are there women here dancing on their own?
    Why is there this sadness in their eyes?
    Why are the soldiers here
    Their faces fixed like stone?
    I can't see what it is that they dispise
    They're dancing with the missing
    They're dancing with the dead
    They dance with the invisible ones
    Their anguish is unsaid
    They're dancing with their fathers
    They're dancing with their sons
    They're dancing with their husbands

    They dance alone They dance alone

    It's the only form of protest they're allowed
    I've seen their silent faces scream so loud
    If they were to speak these words they'd go missing too
    Another woman on a torture table what else can they do
    [...]

    One day we'll dance on their graves
    One day we'll sing our freedom
    One day we'll laugh in our joy
    And we'll dance
    One day we'll dance
    on their graves
    One day we'll sing our freedom
    One day we'll laugh in our joy

    Hey Mr. Pinochet
    You've sown a bitter crop
    It's foreign money that supports you
    One day the money's going to stop
    No wages for your torturers
    No budget for your guns
    Can you think of your own mother
    Dancin' with her invisible son

    STING, They Dance Alone, 1987.

    Et de ce furent les "années Pinochet" : RAPPEL.

    Voir aussi le billet de Brigitte ici.

    Donc dansons maintenant !

    9 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Fricassée de lapin à la sauge

    Imprimer Catégories : Viandes

    Il y a quelques temps de cela, j'avais contacté Sandra, reine du potager, pour solliciter quelques conseils concernant mon carré d'aromatiques. Ses conseils me furent précieux et, grâce à elle, j'ai également adopté la sauge. En effet, pour moi, la sauge, c'était plutôt ce  truc dont je me disais : "Que faire ?" même si je sais que c'est très bon à la santé (eh oui, la sauge , dont le nom salvia signifie sauver en latin, etc...), que c'est antiseptique, antispasmodique, antisudoral, apéritif, bactéricide, calmant, céphalique, coronarien, digestif, énergétique, ça enraye la montée de lait, diurétique léger, emménagogue (c'est le mot du jour, je vous laisse jusqu'à demain pour trouver ce qu'il veut dire...), fébrifuge, laxatif, fluidifiant sanguin, stimulant la mémoire, tonique (cf. Wikipédia)...

    Sandra m'expliquait par ailleurs qu'elle l'utilisait pour farcir ses poulets rôtis et que cela leur donnait un goût incomparable. J'ai testé, c'est vrai. Et hier, je me trouvais avec le lapin entièrement découpé que m'avait envoyé Paysans.fr et je m'interrogeais : j'avais déjà fait un lapin à la moutarde, un lapin-chasseur, un lapin à la provençale, que faire de neuf ? C'est alors que je me suis rappelé que mon papa faisait un lapin à la sauge. C'était parti ! Et comme j'avais la flemme de lui téléphoner pour en savoir plus et qu'il était onze heures et demi, j'ai improvisé. Voici donc la :

    FRICASSEE DE LAPIN A LA SAUGE

    Pour 4 personnes, il faut :

    • un lapin découpé en morceaux
    • une ou deux échalottes (selon leur taille)
    • une poignée de feuilles de sauge
    • 2 gousses d'ail
    • un verre de vin blanc
    • un verre d'eau
    • 20 cl de crème
    • une cuillère à soupe de farine
    • 2 cuillères à soupe d'huile d'olive
    • 30 g de beurre
    • sel et poivre

    Faire revenir le lapin dans l'huile et le beurre, ajouter les échalottes émincées et laisser dorer à feu moyen.

    Saupoudrer de farine et laisser dorer encore quelques minutes. Presser les gousses d'ail, saler et poivrer avant d'ajouter le vin blanc et l'eau.

    Déposer les feuilles de sauge sur les morceaux et couvrir avant de laisser mijoter trois-quarts d'heure environ à feu très doux.

    Quelques minutes avant de servir, ajouter la crème et laisser épaissir quelques instants.

    Servir avec des pâtes fraîches.

    9_12_012

    Remarques :

    • La sauge donne un goût très subtil qui ne masque absolument pas celui de la chair fine du lapin, ce qui n'est pas le cas de toutes les recettes.
    • C'est ultra-rapide et ultra-facile !

    FRICASSEE_DE_LAPIN_A_LA_SAUGE

    7 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Aujourd'hui, c'est la Fête des Lumières à Lyon

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Ce soir, elles brilleront à mes fenêtres... si le vent et la pluie le permettent...

    soupe_003

    Pour plus d'infos sur le sujet, c'est ici.

    9 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Wasabi ou Rabbi Jacob ?

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Je sais, je sais, certains sont déjà en train de penser que mes goûts cinématographiques sont discutables... Mais soit, j'assume : j'adore Rabbi Jacob, c'est un de mes films-culte. Imaginez donc l'ampleur du sacrifice qui fut le mien lorsque je dus choisir Wasabi, hier soir. Sauf que je n'ai pas eu à endurer le film, mais à déguster une cuisine japonaise absolument délicieuse !

    Eh oui, Wasabi, c'est le nom d'un restaurant japonais que je viens de découvrir et que je ne saurais trop recommander aux Lyonnais : une atmosphère à la fois intime et feutrée, un personnel très sympathique, et une cuisine délicieuse ! Nous nous sommes régalés de sushis et autres sashimis, accompagnés d'un charmant Sushiwine, un vin de Loire tout à fait intéressant pour accompagner ce type de plats et sur lequel vous pouvez avoir plus d'informations en allant visiter ce blog. Le plus : tout est fait en direct, limite sous vos yeux (derrière le comptoir, en fait). Du coup, on attend un peu, mais avec un verre de blanc - ou deux - ça passe très bien !

    Le restaurant a d'autre part un site extrêmement bien fait qui est ici. Vous saurez tout sur les sushis et comment bien les déguster ! C'est d'ailleurs le chef-sushiste* en personne qui est venu nous donner l'ordre de dégustation : turbot, dorade, bar, thon, saumon, crevette...

    Rappel : ma modeste recette de sushis, c'est ici...

    * néologisme assumé, cf. évolution de la langue française

    2 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Cake à la farine de châtaigne

    Imprimer Catégories : Desserts

    J'éprouve une grande tendresse pour les cakes d'automne. Ceux où l'on découvre au fil des bouchées des fruits secs, des arômes voluptueux... Ceux que l'on sert avec un thé un peu corsé, pour se réconforter après avoir passé quelques heures au froid... Ceux où l'on décèle des goûts originaux...

    C'est ainsi que dans mon placard dormait de la farine de châtaigne. Oh, j'en avais bien utilisé un peu dans quelques pains, mais néanmoins, une bonne partie du paquet dormait dans mon placard. Feuilletant un des derniers Femme actuelle, je suis tombée sur cette recette. Voici donc, un  peu modifiée, bien sûr, le :

    CAKE A LA FARINE DE CHÂTAIGNE

    Pour 6 personnes, il faut :

    • 150 g de beurre demi-sel
    • 150 g de sucre glace
    • 3 oeufs
    • 150 g de farine à poudre levante intégrée
    • 60 g de farine de châtaigne
    • 50 g d'amandes effilées
    • 50 de pralin
    • une cuillère à café de vanille en poudre

    Mélanger le beurre ramolli et le sucre glace jusqu'à obtenir une préparation crémeuse. Ajouter les oeufs les uns après les autres, puis incorporer les deux farines.

    Préchauffer le four à 180° (th 6). Ajouter à la pâte les amandes, le pralin et la vanille.

    Verser la préparation dans un moule à cake anti-adhésif et cuire 30 minutes au four th 6, puis 15 minutes  th 5.

    Laisser refroidir avant de démouler.

    cake_001

    Remarques :

    • Contrairement à ce que ses ingrédients pourraient laisser penser, c'est un cake très léger dans sa texture.
    • Le lendemain matin, tartiné de beurre et de confiture de châtaigne (soyons fous !), c'est un délice...

    cake_002

    cake

    8 commentaires Pin it! Lien permanent