Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blowing in the wind - Page 12

  • Si j'étais... ou Le retour du portrait chinois

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Eliflo, du blog Le Cru et le Cuit, m'a convié dernièrement à répondre un des multiples questionnaires circulant sur la toile. Or, d'une certaine manière, j'y ai déjà répondu, à ce questionnaire. C'était au début de Ma Cuisine rouge et je l'avais alors baptisé Portrait chinois gourmand. Je me permets donc, à la fois par flemme et puis parce que je ne suis pas mécontente d'y avoir pensé il y a plus d'un an  (le 11 Janvier 2006 très exactement), de vous renvoyer à lui...

    2 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Le club des Pious-pious (Neige 6)

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    GRAND_BEAU

    Le club des pious-pious

    Ils ont trois, quatre ans. Ils sont engoncés dans des combinaisons aux couleurs vives, le casque au ras des yeux, les yeux planqués derrière des grosses lunettes en plastique, les mains emprisonnées dans des gants souvent mal mis parce que « tu ne fais vraiment pas d’effort, c’est pourtant pas compliqué ! ».

    Certains portent une paire de skis qui ne parvient pas à rester entre leurs petits bras, d’autres suivent en trébuchant l’adulte qui les précèdent vers la maison des bois, alpha et oméga du grand Tout, promesse de bonheur à venir, « Tu seras skieur, mon fils (ou ma fille) ».

    La plupart du temps, ils pleurent, ne veulent pas y aller, savent que leurs parents attendent le contraire, et redoublent de larmes quand ils découvrent que leur voisin de banc est dans le même état qu’eux.

    Les parents, eux, sont forts. Ils mentent sans vergogne : « Mais si, tu verras, tu vas bien t’amuser. Regarde, le fil ! Et l’ours géant ! » Mais l’enfant se moque du fil, du tapis roulant et du nounours en plastique ridicule. L’enfant, lui, ce qu’il voudrait, c’est rentrer au chalet, enlever toute cette carapace qui le paralyse et le transforme en ridicule petit robot qui trébuche, qui tombe, qui n’arrive pas à se relever et redouble de pleurs. L’enfant voudrait jouer, lancer des boules de neige, faire des bonhommes, en un mot : jouer. Apprivoiser cet élément étrange, si dur et si liquide, si drôle et si froid. Et non être contraint d’apprendre, tout seul parmi ses semblables, aussi menu et maladroit qu’eux, en file indienne, discipliné.

    Les nez coulent, des petites silhouettes sont affalées sur le sol, et c’est l’heure des parents, caméscope au poing, qui viennent agiter la main pour que l’enfant regarde l’objectif et montre ses progrès. « Tu vois, tu y arrives bien ! »

    3 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Le bas des pistes (Neige 5)

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    gettiers

    Le bas des pistes

    Le bas des pistes est un endroit fascinant pour qui veut jouer les entomologistes. Un spectacle permanent. Attention, je n’ai pas dit le bar des pistes, ça, c’est encore autre chose, non, je parle de ce « kiss and cry » pour reprendre des termes chers aux émérites commentateurs de patinage artistique qu’est l’étroite bande entre la route et la piste. Là où démarrent les remontées mécaniques, là où se retrouvent les champions qui viennent de dévaler impeccablement la piste et s’arrêter dans un crissement et une gerbe de neige, « elle est bonne, hein ? » Car le vocabulaire du skieur-surfeur est extrêmement riche et porte essentiellement sur 1) le temps qu’il fait, 2) corollaire du premier, la qualité de la neige, 3) les performances dudit skieur-surfeur sur ladite surface, et là, la loquacité n’a de limites que celles du vocabulaire du locuteur…

    Donc ce qui frappe d’abord en bas des pistes, c’est la foule. Les gens attendent.

    Ils attendent quoi ? plusieurs possibilités s’offrent à eux : ils attendent dans une longue file leur tour pour grimper dans le télésiège ou le téléski qui les mènera en haut des cimes, cet ailleurs inaccessible à celui qui reste les deux pieds dans ses après-skis (pourquoi « après », puisqu’il n’y a jamais eu d’avant en ce qui me concerne ?). Et ils attendent, disciplinés comme ils l’ont été, comme le seront dans la navette qui les ramènera le soir venu.

    Ils attendent le moniteur, sagement rassemblés sous le panneau qui dit « Rendez-vous des leçons particulières » ou bien « Cours collectifs », cet être de rouge vêtu, lunettes-miroir greffées sur le nez, la peau d’un vieux loup de mer, usée non par les embruns et le rhum, mais le soleil, la neige et le vin chaud, cet être qui arrivera et dira : « Alors, tout le monde va bien ? On y va ! »

    Ils attendent que leur gamin, grand comme leurs bâtons, trébuchant dans ses lourdes chaussures jaune poussin, soufflant, ahanant, pleurnichant « Je veux pas y alleeeeeer » tout en manquant de lâcher sa paire de skis à chaque nouveau soubresaut soit pris en charge par le système, ne manquant de lui assurer : « Tu vas voir, ce sera super quand tu sauras skier, on pourra partir tous ensemble » et songeant : « Pourvu que l’autre arrive vite, elle a l’air géniale, cette neige, il ne faudrait pas que j’en manque une miette »…

    Il y a aussi les débutants qui se voient. Ceux qui n’arrivent pas à s’arrêter correctement. Ceux qui crient « Attention ! » quand ils vous foncent dessus et finissent par s’affaler lourdement et ressembler à des tortues renversées sur le dos et qui ne parviennent pas à se remettre sur pattes.

    Ceux qui téléphonent et s’engueulent : « Mais on avait dit « Les Gettiers ! T’es où alors ? t’imagines, ça fait au moins deux descentes de perdues ! »

    Et ceux qui profitent du soleil – quand il est là – à demi allongés dans des transats, un livre dans une main, le tube de crème dans l’autre.

    1 commentaire Pin it! Lien permanent
  • La navette (Neige 4)

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    chalet

    La navette

    Ah, la belle, la miraculeuse invention que voilà : la navette. « Mais si, tu verras, c’est tellement plus pratique ! Au pied du chalet, je te dis… Et ça t’emmène au village. Pas besoin de sortir la voiture. C’est parfait. »

    Parfait donc. D’abord, il faut l’attendre, la navette. Tous les quarts d’heure, annonce le panneau. Alors on vient de louper le quart d’heure… Mais non, la voilà ! Ah, ce n’est pas la bonne, il faut l’autre ligne. Elle arrive enfin, ralentit vers nous, ré-accélère, on agite les bras comme des sémaphores, on s’élance vers elle – à l’avant bien sûr, puisqu’il faut présenter sa carte d’hôte, et là, surprise, joie, bonheur : elle est pleine à craquer ! Et attention, pas de gens comme nous, désireux de se rendre au village pour acheter de quoi rester en contact avec la civilisation, non, des skieurs ! De l’espèce de ceux qui ont sué toute la journée sur la piste, ont des têtes ridiculement écarlates, l’œil flapi et le ski lourd. Et maladroit.

    Ensuite, il faut y monter, dans la navette. A croire que l’épuisement est tel qu’il est impossible au Skieur de se pousser de trente centimètres pour permettre au simple mortel, à celui qui n’a de combinaison multicolore ni de bonnet inspiration bigoudis, à celui qui n’a ni le cheveu gras ni la peau luisante, à celui qui ne sent pas le plastique et la poussière d’un an d’enfermement, de s’asseoir.

    Enfin, songer que tous ces déguisés sont probablement des citadins véritables, de ceux qui aspirent à « leur semaine de ski », ce moment de communion avec la nature et le grand air, cette sensation de liberté intense « quand tu glisses sur la neige, tu vois », et les voir s’entasser avec autant de plaisir et de résignation dans un bus bringuebalant, pour recevoir qui un bâton dans l’œil, qui un coup de spatule, il n’y a pas à dire, la montagne, ça vous gagne !

    0 commentaire Pin it! Lien permanent
  • Neige 3

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    lun

    2 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Neige 2

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    ph_1

    2 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Neige 1

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    sam

    Arrivée au Grand-Bornand : demi soleil

    7 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Cinq minutes de répit pour la planète

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    5 minutes de répit pour la planète !

    Le 1er février 2007, dans toute la France :

    Participez à la plus grande mobilisation
    des citoyens contre le Changement Climatique !

    L’Alliance pour la Planète lance un appel simple à tous les citoyens, 5 minutes de répit pour la planète : tout le monde éteint ses veilles et lumières le 1er février 2007 entre 19h55 et 20h00. Il ne s’agit pas d’économiser 5 minutes d’électricité uniquement ce jour-là, mais d’attirer l’attention des citoyens, des médias et des décideurs sur le gaspillage d’énergie et l’urgence de passer à l’action ! 5 minutes de répit pour la planète : ça ne prend pas longtemps, ça ne coûte rien, et ça montrera aux candidats à la Présidentielle que le changement climatique est un sujet qui doit peser dans le débat politique.

    Pourquoi le 1er février ? Car le lendemain sortira, à Paris, le nouveau rapport du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du Climat (GIEC) des Nations Unies. Cet événement aura lieu en France : il ne faut pas laisser passer cette occasion de braquer les projecteurs sur l’urgence de la situation climatique mondiale.

    Si nous y participons tous, cette action aura un réel poids médiatique et politique, moins de trois mois avant l’élection présidentielle!

    Faites circuler au maximum cet appel autour de vous et dans tous vos réseaux ! Faites le également apparaître sur votre site Internet et dans vos news letters.

    2 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Joyeuse Epiphanie à tous !

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Eh oui, je ne vous referai pas le coup de Sheila, de l'historique, ou de la recette, je l'ai déjà fait ! juste, bonne Epiphanie à tous, avec plein de brioches et de galettes !

    4 commentaires Pin it! Lien permanent