Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blowing in the wind - Page 3

  • Parce que la beauté, c'est aussi une affaire de cuisine...

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    ... Voici le hors-sujet du week end : ma dernière découverte beauté, les produits CODAGE.

    image.jpg

    Disons-le tout de suite, j'ai adoré le principe : de la cosmétique sur mesure, pour vous et rien que pour vous. On complète un questionnaire et on se voit proposer trois formulations de sérums, un pour le visage et un pour les yeux, selon votre budget, et la même chose en compléments alimentaires. À cela s'ajoute une crème de nuit véritable doudou, une crème de jour et d'autres sérums, saisonniers ou non. À première vue, cela peut sembler plus cher - notamment qu'en grande surface - sauf que les produits sont affaitement adaptés, fabriqués à la commande, sans parabènes et non testés sur les animaux. N'hésitez pas à venir les découvrir en cliquant ICI.

    0 commentaire Pin it! Lien permanent
  • En ce jour de Fête des Mères...

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    ... j'avais envie de rendre hommage à l'un des plus beaux livres (voire le plus beau ?) de cette année, celui de Delphine de VIGAN :

    lattès,maternité,relations mère-fille,folie

    "Sans doute avais-je envie de rendre un hommage à Lucile, de lui offrir un cercueil de papier - car, de tous, il me semble que ce sont les plus beaux - et un destin de personnage."

    Une couverture sublime, une chanson de Bashung, une histoire qui commence comme celle d'une famille française dans les Trente Glorieuses et qui se termine au bord du précipice, un livre splendide.

    Toujours dans les relations mère-fille, en littérature jeunesse, le roman de Maryvonne RIPPERT qui vient d'obtenir le Prix des Incorruptibles : Métal Mélodie

    Et mon classique de ce jour, le texte de Geneviève BRISAC, extrait de 52 ou la Seconde Vie

    Bonne Fête des mères !

    5 commentaires Pin it! Lien permanent
  • "Il va y avoir du sport..."

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind


    La rumeur gronde, tous les gars sont de sortie
    On sort de l'ombre, faites chauffer les amplis
    Pour donner un peu d'air, c'est clair, c'est clair
    La route est longue à c'qu'on dit
    Pour plaire au monde et à n'importe qui
    On sort les flashes pour n'importe quelle tache
    La colère monte et les mecs se lâchent
    Il va y avoir du sport...

    Silmarils - Va y avoir du sport, 2003


    0 commentaire Pin it! Lien permanent
  • La France avait toujours été composée d'étranger (...)et notre géographie est la seule coupable (P. RAMBAUD)

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    La France avait toujours été composée d'étrangers. Nous vivons à l'extrémité occidentale du gigantesque continent eurasien et notre géographie est la seule coupable : si les envahisseurs s'arrêtent chez nous c'est qu'au-delà il y a la mer. Or, les grands migrateurs germaniques, slaves ou turco-mongols du Vème siècle n'étaient pas des marins mais des cavaliers nomades ; ils traînaient après eux leurs familles, leurs sorciers, leurs chariots malcommodes, leurs troupeaux de boeufs et de chevaux. Ils s'installèrent dans nos provinces pour s'y enraciner. Alamans de Strasbourg, Wisigoths de Narbonne, Francs de Lille et Burgondes savoyards, voilà nos identités prises à leur source, mais ce fut par la culture qu'elles se fondirent aux dimensions du continent pour nous unir. Ouvrez un atlas historique et cherchez les cartes politiques. Elles ratatinent nos nations en puzzle. Étudiez plutôt ces cartes qui nous parlent de la diffusion des arts et des marchandises ; l'art roman s'étala de Winchester à Cefalu, il courut de Trondheim au nord à Salamanque au sud, Bordeaux à l'ouest, Zsambek à l'est. Il en fut de même pour l'expansion du gothique, et le rayonnement du baroque rassembla plus tard les villes devenues nos capitales. Quant aux foires médiévales, elles se tinrent en même temps à Novgorod, Francfort ou Troyes. Au siècle de Voltaire l'Europe fut française et la France cosmopolite. L'Ecossais Law devint ministre à Paris, Beaumarchais allait imprimer à Amsterdam, des livres de Diderot parvinrent en Amérique du Sud dans le double-fond d'un tonneau de harengs. Voici des Auvergnats en Castille, des Savoyards en Autriche et des Allemands sidérurgistes en Angleterre. En Suède, des Wallons travaillaient le fer. Mozart découvrit la musique italienne à Londres. Une colonie d'Irlandais s'implanta à Cadix et quarante mille Allemands en Ukraine...

    Patrick RAMBAUD, Quatrième Chronique du règne du Nicolas 1er, 2011.

    0 commentaire Pin it! Lien permanent
  • En attendant le biopic sur Cloclo...

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Il y avait déjà cette pépite, découverte grâce à Mathieu NOEL :

    Il y a maintenant cette version qui dépote :

    0 commentaire Pin it! Lien permanent
  • Escapade lisboète

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    0.jpgParce qu’envie de changer d’air, de voir monter la température au dessus de zéro et de flâner, comme ça, pour rien, à travers des ruelles tortueuses ou encore traîner au bord de l’eau à la regarder filer, nous nous sommes offert une escapade de quelques jours à Lisbonne.
    Après des jours passés à guetter le thermomètre stagnant désespérément au-dessous de zéro, quel réconfort d’arriver sur un ciel bleu Klein et d’apercevoir, au loin tandis qu’on survole la ville, le pont Vasco de Gama qui élance sa silhouette sur le Tage !

    (1).jpg

    « Première visite à Lisbonne ? » nous demande Nuno, notre hôte lisboète venu nous récupérer pour nous emmener dans sa chambre d’hôte. Nous acquiesçons, encore tout étourdis par la lumière matinale.
    « Alors il faut que je vous montre un peu la ville ! »

    12.jpg


    Et nous voilà partis à l’est, vers le Parc des Nations, ancienne zone industrielle métamorphosée en nouveau quartier ultra moderne lors de l’Exposition de 1998. Les bâtiments défilent, le soleil brille sur les vitres, les rues sont aérées, cela respire.
    Car Lisbonne est une ville de respiration. De part sa situation d’abord, au bord du Tage, entièrement tournée vers la mer, cet océan que les Portugais dominèrent pendant des siècles. De part son architecture ensuite, avec ses bâtiments jamais trop hauts, où le ciel reste omniprésent et où les couleurs chatoient. De part ses gens enfin, ouverts, accueillants, serviables, toujours prêts à vous venir si vous semblez hésiter sur une direction ou un arrêt de tramway.
    Un dimanche à Belém, tous les guides nous le conseillaient. Or nous étions justement dimanche et, après avoir posé nos bagages et savouré un premier petit déjeuner local  - bolo de arroz(délicieux gâteau à la farine de riz) et café au lait -  avec notre hôte qui nous présenta sa ville et «son » programme culturel, nous nous sommes engouffrés dans le premier tramway pour grimper jusqu’à Belém.

    2.jpg

    Nous l’avons abordée par l’eau, suivant le fil du Tage : le monument des Découvreurs d’abord, avec sa forme de caravelle et Vasco de Gama à la proue, ce Padrão dos Descobrimentossurnommé ironiquement « Poussez pas derrière ! » par les moins fans de l’architecture salazariste, puis la fameuse Tour de Belém, construite au début du XVIème siècle pour garder l’entrée du port de Lisbonne, à l’origine au milieu du Tage… avant de se retrouver au bord après le tremblement de terre de 1755 !

    3.jpg

    Après un petit passage par le musée Berardo et sa somptueuse collection de plus de huit cents œuvres, nous dépassons le musée de la Marine pour découvrir le Monastère des Hiéronymites, l’église Santa Maria et le tombeau de Vasco de Gama. Et bien évidemment nous ne quitterons pas Belém sans aller déguster les fameux pasteis de Belém, tout tièdes, saupoudrés de sucre et de cannelle – un délice !

    4.jpg

    Le lendemain, nous partons avec Nuno en excursion autour de Lisbonne : au programme, Sintra, Cascais et la côte atlantique. Nous commençons par la ville de Sintra, ses palais et ses travesseiros, délicieux rouleaux de pâte feuilletée fourrés à la crème d’amande  servis chaud et qui fondent en bouche, avant de monter au Palais de Pena, palais magique de conte de fées, puis de se perdre dans les jardins du palais de la Regaleira, où l’on a joué au Club des Cinq explorant les souterrains avec nos torches !

    5.jpg

    Une halte dans un petit village de la côte pour y déjeuner sur le pouce d’une soupe et d’un sandwich aux oignons fondants,

    6.jpg

    et c’est le départ vers le Cabo da Roca, point le plus à l’ouest du continent européen, « l'endroit où la terre s'arrête et où la mer commence ». (Camoes). C’est ensuite la bouche de l’Enfer (Boca do inferno) puis la plage de Cascais.

    7.jpg

    Le troisième jour, nous entrons enfin dans Lisbonne – comprendre le vieux Lisbonne. Dans un tramway bringuebalant, qui chaloupe au fil des ruelles escarpées,

    11.jpg

    nous arrivons dans le quartier de l’Alfama et le château Saint George (Castelo de São Jorge), avec un magnifique point de vue sur la ville. Nous allons passer la journée à nous perdre dans le labyrinthe des multiples quartiers de la ville, à admirer les maisons dedans-dehors avec leurs azulejos, à emplir nos yeux de ce blanc, ce bleu, ces couleurs vives, et à adopter le rythme nonchalant de ceux qui y vivent. Sans oublier de déjeuner dans une petite taverne et de nous régaler de bolinhos de bacalhau(croquettes de morues)…

    8.jpg

    Le dernier jour arrive et nous l’avons réservé pour le Parc des Nations. Après l’ancien, le nouveau. Là, constructions audacieuses, fontaines apaisantes, oceanorium magique, tout rayonne sous le soleil.

    9.jpg

    Jeux de lumière, jeux d’eau, ce quartier pensé comme novateur et écologique est une vraie réussite, réussissant à capturer l’identité maritime de Lisbonne ainsi que sa modernité. J’ai personnellement gardé un petit faible pour les deux immeubles en forme de bateaux, hommage à deux des caravelles de Vasco de Gama, les tours Saint Gabriel et Saint Raphaël…

    10.jpg

    Cinquième jour, il est neuf heures. Ce matin, le ciel, comme les autres jours, reste obstinément bleu. Et l’avion s’envole. Comment on dit nostalgie en portugais, déjà ?

    Sites :

    Et si vous cherchez à louer un appartement, une chambre d'hôte, avec un guide enthousiaste et passionné par sa ville - parlant de surcroît parfaitement le Français - n'hésitez pas et contacter Nuno Baptista sur son site.

    0 commentaire Pin it! Lien permanent
  • Bref, j'ai acheté un Thermomix

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    On m'a parlé du Thermomix, on m'a dit que c'était génial et que ça faisait tout.

    Je suis allée à une démonstration et j'ai vu que c'était génial et que ça faisait tout.

    Je suis rentrée chez moi et j'ai dit à mon mari : "C'est génial, ça fait tout. Ca pèse, ça mélange, ça cuit, bref, ça fait tout."

    Il m'a dit : "Mais c'est cher."

    J'ai répondu : "Mais c'est cher."

    Il m'a dit : "Si tu dois m'en parler tous les jours, autant que tu l'achètes."

    J'ai dit : "Oui, mais c'est cher."

    Je l'ai acheté.

    J'ai fait : de la pâte feuilletée, de la pizza, des gougères, de la purée, de la soupe de potiron,du sucre glace, de la soupe de carotte, du sucre vanillé, de la soupe tout court, de la crème chocolat-vanille, de la crème anglaise, un fondant au chocolat, des boulettes de viande sauce aux câpres, du saumon vapeur, du pain, de la mousse au chocolat, des lasagnes, des crêpes... en dix jours.

    Bref, j'ai acheté un Thermomix.

    Références : Bref...

    8 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Ma Cuisine rouge évolue...

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Vous l'aurez sans doute constaté depuis quelques temps, Ma Cuisine rouge est beaucoup moins dynamique et active qu'elle ne l'a été. La faute au temps qui passe, à l'envie qui s'émousse, aux autres tentations.

    Si l'envie de cuisiner et la gourmandise sont toujours là, force est de constater qu'après bientôt six ans d'existence (car Ma Cuisine rouge est née en Décembre 2005), l'imagination et le renouvellement ne sont pas toujours au rendez-vous, cette sept centième note en est la preuve. Ce que je voulais initialement comme un carnet de recettes personnelles ouvert à tous le reste, c'est évident, mais les nouvelles recettes se font plus rares... Mon autre blog me prend aussi du temps, mes lectures, ma vie enfin, néanmoins, je suis toujours heureuse en constatant que le nombre et la régularité des visites chez moi.

    Merci encore.

    6 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Vive la bouffe ! (Québec)

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Un pays qui affiche aussi clairement ses convictions, jusque sur les tickets de caisse de ses supermarchés, mérite le respect :

    Québec, IGA, gourmandise

    Québec, IGA, gourmandise

    2 commentaires Pin it! Lien permanent