Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blowing in the wind - Page 4

  • "Pour une fille !" (Ruy Blas - Victor HUGO)

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Certaines vérités se trouvent souvent au fond des "classiques", ainsi ce monologue initial de Salluste dans la pièce de Victor HUGO :

    Ah ! C'est un coup de foudre ! ... – oui, mon règne est passé,
    Gudiel ! – renvoyé, disgracié, chassé ! –
    Ah ! Tout perdre en un jour ! – l'aventure est secrète
    Encor, n'en parle pas. – oui, pour une amourette,
    – Chose, à mon âge, sotte et folle, j'en convien ! –
    Avec une suivante, une fille de rien !
    Séduite, beau malheur ! Parce que la donzelle
    Est à la reine, et vient de Neubourg avec elle,
    Que cette créature a pleuré contre moi,
    Et traîné son enfant dans les chambres du roi ;
    Ordre de l'épouser. Je refuse. On m'exile.
    On m'exile ! Et vingt ans d'un labeur difficile,
    Vingt ans d'ambition, de travaux nuit et jour ;
    Le président haï des alcades de cour,
    Dont nul ne prononçait le nom sans épouvante ;
    Le chef de la maison de Bazan, qui s'en vante ;
    Mon crédit, mon pouvoir ; tout ce que je rêvais,
    Tout ce que je faisais et tout ce que j'avais,
    Charge, emplois, honneurs, tout en un instant s'écroule
    Au milieu des éclats de rire de la foule !

    Victor HUGO, Ruy Blas, 1838.

    acte I, scène 1

    Rappel : La liberté de presse ne s'use que si on s'en sert pas - 10/02/2009

    Texte intégral de la pièce consultable ici.

    2 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Jouons un peu...

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Je ne suis pas très anniversaire ; pour tout vous dire, j'ai même loupé les 5 ans de mon blog dimanche !

    Mais j'ai trouvé cette appli plutôt drôle ICI.

    Alors, en attendant d'ouvrir vos paquets sous le sapin, vous pourrez toujours chanter et danser en affirmant : "Quand même, mon année, c'est la mieux !"

    1 commentaire Pin it! Lien permanent
  • "Restent des pointillés"...

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Parce qu'il fallait bien que ça s'arrête.

    Parce que quelque chose était définitivement cassé.

    Parce que le malaise était partout.

    Parce que c'était "indécent".

    Pourtant...

    On devra encore imprimer le rêve de l'égalité,
    On devra jamais supprimer celui de la fraternité.
    Restent des pointillés

    Noir Désir, "Un jour en France"

    The rest is silence.

    Hamlet, V, 2

    5 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Champagne ! Votez, commentez et gagnez !

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Il ne reste plus que trois jours pour commenter ma recette de Brie crousti-fondant et sa gelée de Champagne rosé et gagner une bouteille de champagne, puis de voter ensuite pour ma recette sur le site Champagnes de vignerons et tenter de gagner UNE CAISSE de champagne cette fois-ci !

    2 commentaires Pin it! Lien permanent
  • La rentrée, vraiment ?

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Aubrac.jpg

    Environs de Nasbinals - Aubrac  - Lozère

    1 commentaire Pin it! Lien permanent
  • "A la fois Einstein et Racine"

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    "- Dis moi quelque choses, que je l'emporte".
    Panique. Je cherche, ça tourne, il faut trouver quelque chose dont elle se souvienne, quelque chose qui résume tout ce que nous avons été, quelque chose qui soit bien à nous, à nous deux seuls, où il y ait nos cerveaux trop gros et nos coeurs si larges, quelque chose qu'aurait dit... je ne sais pas moi, un type qui serait à la fois Einstein et Racine. Einstein et Racine !...
    Alors, d'un seule coup je me penche au dessus de la rambarde, les mains en porte-voix, et hurle : "e=mc², mon amour !"

    E = mc², mon amour, 1977.

    (Claude KLOTZ dit) Patrick CAUVIN, 1932-2010

    1 commentaire Pin it! Lien permanent
  • Apéro fada : les résultats !

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    C'est fini : depuis avant-hier, minuit (ou hier matin, tout est relatif), le concours Apéro fada est terminé ! J'ai donc procédé au dépouillement (eh oui, même en vacances, les profs corrigent...) et d'emblée, une constatation s'impose : les femmes sont décidément beaucoup plus lectrices que les hommes. Ou alors moins paresseuses. Ou plus joueuses. Ou plus gourmandes tout simplement.

    Tout ceci pour dire que finalement, après avoir souvent buté sur la neuvième question (Karanci ou Tchakhmakhian ?), deux bulletins sont restés en finale. Nous avons donc procédé familialement à un tirage au sort. C'est la main la plus jeune, donc la plus innocente (photo à l'appui), qui a tranché :

    main innocente.jpg

    Et la gagnante est Sophie, du blog La Soupe au caillou. Mais n'allez pas croire pour autant qu'il n'y ait que des blogueurs qui aient participé... J'ai eu beaucoup de plaisir à lire les bulletins-réponses de lecteurs et leurs témoignages de sympathie. Merci encore à vous.

    Sophie recevra donc son kit Apéro dans les prochains jours :

    Apéro Puget.jpg

    En attendant, voici tout de même les réponses aux dix questions. Et merci encore à tous !

    Quel est l’étal préféré de Marina De Blasi ? Celui de la marchande d’œufs.

    Quel auteur propose cette recette de volaille : Quatre petits poulets, fendus par moitié, frappés du plat de la hachette, salés, poivrés, bénits d'huile pure, administrée avec un goupillon de pebreda dont les folioles et le goût restent sur la chair grillée ? Colette.

    Qui prépare des soufflés [qui] seraient allés se coller au plafond tant ils étaient légers, volatils, immatériels ? C’est Mademoiselle, dans Vango de T. de Fontbelle.

    Qui s’est vu servir lors d’un voyage en Italie des croûtes aux truffes noires de Norcia ? C’est C. Geissler.

    Qui aime l’ail en souvenir de la première fille qu’il a embrassé qui sentait cette odeur ? J.C. Izzo.

    Avec quel fruit l’auteur de ce livre a l’impression d’avoir sept ans de nouveau, plus rien n'a d'importance que la force avec laquelle[elle] presse les graines entre [ses] doigts pour les lancer devant [elle], et les dessins que [elle] trace à la cuiller dans la chair juteuse ? C’est la pastèque (F. Mayes).

    Dans quel roman peut-on trouver à la carte le plat suivant : Huîtres en coquille et saucisses maison au cognac, pistaches + truffes noires - servies avec une crème de raifort au Bushmills ? Dans Alcool,( P.Z. Brite).

    Chez qui peut-on manger des moules grosses comme le pouce, farcies avec un mélange à base d'œufs, de mie de pain et de fromage. Des anchois marinés dont la chair était ferme et fondait sous la langue. Des pointes de poulpes. Une salade de tomates et de chicorée. Quelques fines tranches d'aubergines grillées. Des anchois frits ? Chez les Scorta, de L. Gaudé.

    Chez quelle famille et dans quelle ville peut-on petit-déjeuner ainsi : Il y avait des olives noires, des poivrons rouges farcis aux olives vertes, du fromage frais, du fromage tressé, du fromage de chèvre, des oeufs durs, des gâteaux au miel, de la sauce buffalo, de la confiture d'abricot et de la confiture de fraise faite maison et de tomates à la menthe et à l'huile d'olive, présentés dans de jolies coupes en porcelaine ? Chez les Kanzanci à Istanbul, E. Shafak.

    Dans quel roman trouve-t-on le gâteau idéal pour une journée froide : parfumé au gingembre, sucré mais fort ? Dans Le treizième conte de D. Setterfield.

    2 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Concours Puget : gagnez un kit Apéro fada

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Attention, il ne vous reste que cinq jours pour participer au concours de Ma Cuisine rouge et gagner le kit Apéro fada : le 4 août, ce sera terminé...

    0 commentaire Pin it! Lien permanent
  • Il fait chaud...

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Pauline ESTER, "Il fait chaud", 1989.

    0 commentaire Pin it! Lien permanent