Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Entrées - Page 3

  • Salade de pâtes aux fruits de mer

    Imprimer Catégories : Entrées

    Avec la chaleur vient l'envie de salades à la fois fraîches et complètes, jamais meilleures que lorsqu'elles ont été préparées le matin et que les ingrédients ont eu le temps de communier entre eux toute la journée. Arrive le soir et le plaisir de s'attabler : tout est prêt, il ne reste plus qu'à déguster... Voici donc la :

    SALADE DE PÂTES AUX FRUITS DE MER

    Pour 4, il faut :

    • 250 g de pâtes
    • 250 g de cocktail de fruits de mer (noix de Saint-Jacques, têtes et pattes de calmar blanchies, crevettes cuites décortiquées et moules cuites décoquillées)
    • une tomate
    • quelques oignons frais
    • une demi-cuillère à café de moutarde
    • deux cuillères à café de jus de citron
    • quatre cuillères à café d'huile d'olive
    • Faire cuire les pâtes.

    Décongeler le cocktail de fruits de mer, si besoin est, dans un court-bouillon pour poisson.

    Couper en petits dés la tomate et les oignons.

    Égoutter les pâtes, les passer sous l'eau avant de les mettre dans un saladier. Ajouter la sauce réalisée avec la moutarde, le citron et l'huile d'olive.

    Après avoir bien imbibé les pâtes, ajouter la tomate, les oignons et les fruits de mer. Mélanger de nouveau et laisser au réfrigérateur jusqu'au moment de servir.

    Saler et poivrer si besoin.

    salade.jpg

    Remarques :

    • J'avais utilisé des pâtes au curry (d'où la couleur étrange), mais des pâtes nature ou aux légumes feront parfaitement l'affaire !
    • C'est la parfaite salade des fonds de placard...
    • le cocktail de 4 fruits de mer est tout droit sorti de chez Picard - qui a dit "comme d'habitude" ?
    10 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Foie gras à la gelée de porto et au sel de l'Himalaya

    Imprimer Catégories : Entrées

    J'avais déjà eu l'occasion de vous parler des produits Eric Bur, à l'occasion de mon fondant au chocolat et graines de lavande. Cette fois-ci, ce n'est plus un, mais deux produits que j'ai testé ensemble ! Mais oui, soyons fous !

    J'avais choisi de servir en entrée (avant le couscous dont je vous ai déjà parlé...) un des fameux foies gras de la famille DELEST, celui de la ferme Darrigade. Et pour accompagner ledit foie gras, pour changer des chutneys et autres confitures de fugue, j'ai décidé de tester ce pot de gelée au porto Eric Bur. Mal m'en a pris : car si le foie gras, comme d'habitude, faisait l'unanimité, ce fut loin d'être le cas de la gelée. Fade, sans goût, d'une texture à la fois molle et gélatineuse, bref, le néant !

    Alors, comme je ne voulais pas en laisser mes invités sur cette note discordante, et tâchant de confirmer l'adage célèbre selon lequel "il faut toujours laisser sa chance aux produits) j'ai sorti l'autre arme secrète : le sel rose de l'Himalaya, toujours de chez Eric Bur. Et là, ouf ! Il a fait un tabac ! Les gens ont adoré le sentir craquer sous la dent, dégageant un parfum unique, bien loin des senteurs iodées auxquelles nous sommes coutumiers, qui se mêlait parfaitement à la douceur du foie gras.

    foie gras.jpg

    Après, nous sommes passés au couscous, mais ça, je vous l'ai déjà raconté... Quant au dessert, ce sera pour la prochaine fois ! (ça, c'est du teasing, non ?)

    5 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Rouleaux de coppa à la Romaine

    Imprimer Catégories : Entrées

    Finalement, c'est fou ce qu'elle m'a inspiré, cette salade Romaine ! Parce que les crostinis, c'est bien joli, mais je me suis dit qu'on pouvait sans doute aller voir plus loin. Du genre... salade cuite ! Et là, je suis allée faire un tour du côté de l'incontournable Cuillère d'argent, et je suis tombée sur une recette dont je me suis inspirée... pour mieux la détourner ! Voici donc les :

    ROULEAUX DE COPPA A LA ROMAINE

    Pour 4, il faut :

    • une petite laitue ou un sachet de Romaine
    • 10 tranches de coppa
    • 20 g de beurre demi-sel
    • une échalote
    • 15 cl de bouillon de volaille

    Émincer finement la salade.

    Déposer sur une tranche de coppa de la salade émincée, enrouler la tranche autour et fermer par un cure-dent. Former huit rouleaux.

    Faire chauffer la moitié du beurre et y faire revenir le reste de salade émincé, l'échalote hachée et les deux dernières tranches de coppa coupées en petits morceaux.

    Lorsque l'ensemble est bien "confit", ajouter (délicatement) les rouleaux de coppa et les faire dorer en les retournant souvent.

    Verser sur l'ensemble le bouillon de volaille et laisser mijoter dix minutes.

    Saler si besoin et refaire cuire à feu vif quelques minutes.

    Servir arrosé de jus de cuisson.

    rouleau coppa romaine.jpg

     

    Remarques :

    • Nous sommes très loin de la recette originale, je le précise tout de suite : pas de pancetta, pas de salade ébouillantée, pas de carotte, pas de salade dans le bouillon, bref, ceci est ma création !
    • ... qui a beaucoup plu à la maison et que je me réserve de refaire dès que j'aurai quelques feuilles de salade un peu passées qui traînent...

    5 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Crostini sur sa salade romaine pour le concours de recettes BONDUELLE

    Imprimer Catégories : Entrées

    J'en vois déjà certains sourire, voire s'indigner. "Quoi ? une recette avec de la salade en sachet ? - pour une pro de la salade bio, elle fait fort !"

    Oui mais... D'abord je n'ai pas toujours connu l'AMAP. Ensuite il fut un temps où je n'ai pas toujours eu le temps d'acheter des salades, de les nettoyer et de les trier. Enfin il fut un temps où je n'étais pas quatre à table, mais un peu toute seule, et dans ces moments, je vous assure que la salade en sachet m'était bien utile.

    Surtout que là, je ne vais pas vous parler de n'importe quelle salade en sachet, mais de la nouveauté de Bonduelle : la laitue Romaine. La belle idée que voilà, et la jolie salade ! Toute fraîche, toute croquante et... drôlement appétissante. Et comme BONDUELLE organise un grand concours autour de cette salade sur son blog, j'ai commencé à me décarcasser pour trouver des recettes "qui changent".

    Au fait, allez- vous - encore - me dire, pourquoi vouloir participer au concours la Romana Vita ? Ben.... parce qu'il y a trois week end à Rome à gagner, pardi ! Je vous explique rapidement l'affaire : du 4 au 31 mai 2009, Bonduelle organise sur son site un concours de création de recette à base de laitue romaine appelé "Vita Romana". La laitue romaine, c'est cette salade qui se déguste aussi bien crue que cuite et d'ailleurs les deux recettes que je vais vous proposer iront dans ce sens. Pour participer, il faut imaginer sa recette et la déposer sur le site www.bonduelle.fr. La recette sera évaluée selon plusieurs critères, tels que l'utilisation culinaire de la Romaine, l'originalité de la recette, ses qualités gustatives, nutritionnelles et sa présentation finale. Début juin, un jury désignera les heureux gagnants de trois week end à Rome (comme dirait Etienne) et dix coffrets de cours de cuisine. De plus, les mille premiers participants recevront un livret de recettes autour de la Romaine. Pour multiplier mes chances, j'ai imaginé deux recettes autour de la Romaine et voici donc la première :

    CROSTINI SUR SA SALADE ROMAINE

    Pour 4, il faut :

    • un sachet de Laitue romaine
    • une douzaine d'olives noires
    • 4 petits rocamadours
    • 8 tranches de coppa
    • une gousse d'ail
    • une tomate
    • une cuillère à soupe de citron
    • Huile d'olive
    • de l'origan

    Trancher le pain en 4 tronçons d'une douzaine de centimètres, puis couper en deux chaque tronçon.

    Frotter la surface avec la gousse d'ail puis avec la tomate coupée en deux.

    Déposer sur le pain deux tranches de coppa et un rocamadour coupé en deux.

    Saupoudrer d'un filet d'huile d'olive et d'origan.

    Enfourner en position "grill" pendant une bonne dizaine de minutes.

    Pendant ce temps, préparer la salade en découpant la tomate en petits cubes et les olives en rondelles. Ajouter la salade Romaine.

    Préparer la vinaigrette en mélangeant le citron avec trois cuillères à soupe d'huile d'olive et quelques pincées d'origan.

    Mélanger et présenter les crostinis chauds sur le lit de salade.

    crostini salade romaine.jpg

    Remarques :

    • Les rocamadours sont de petits fromages de chèvre extra fondants. Pas très italiens, je vous l'accord, mais délicieusement parfumés !
    • Vous pouvez toujours tenter le coup avec de la mozzarelle, mais ce sera plus fade !

    Article sponsorisé

    6 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Salade de lentilles aux poissons fumés

    Imprimer Catégories : Entrées

    Nous le savons, nous l'avons lu, et on nous l'a redit : les lentilles, c'est bon pour la santé ! Parce que la lentille est une légumineuse qui ne contient quasiment pas de graisses. Elle est donc légère(89 kcal/100 g) mais aussi pleine de glucides complexes, qui permettent de rassasier efficacement et d'éviter les petites fringales entre les repas. de surcroît,la lentille bat des records d'apport en minéraux très diversifiés, des éléments dont on manque souvent, et surtout en fer (3,3 mg/100 g). Minéral anti-anémique, il permet de garder tonus et énergie et de mieux résister aux infections. Enfin, un bon plat de lentilles reste l'un des moyens les plus efficaces de combattre les problèmes de transit paresseux : 100 g seulement fournissent 8 g de fibres, soit un bon tiers des besoins quotidiens recommandés.

    Bon, tout ça, c'est pour la bonne conscience. Parce que moi, je vous avoue volontiers que ce que je préfère souvent dans les lentilles, c'est... le petit salé qui va avec ! Et que là, bon...reconnaissons... qu'on n'est plus tellement dans le light ! Mais cela va changer, je vous l'assure ! Avec LA salade que je vais vous proposer aujourd'hui : plus de charcuterie pour accompagner les lentilles mais du poisson fumé ! Ah ! Si ça, ce n'est pas de la nourriture santé ! Surtout que ce ne sont que des poissons bons pour nous : saumon, flétan, marlin, autrement dit le "trio de poissons fumés en émincés" de chez Picard... Voici donc la :

    SALADE DE LENTILLES AUX POISSONS FUMES

    Pour 4, il faut :

    • 240 g de lentilles vertes
    • 2 feuilles de laurier
    • un brin de thym
    • 5 petits oignons frais (ou moins, ou plus, selon votre goût)
    • 150 g de poissons fumés (saumon, flétan et marlin)
    • quelques tomates cerise
    • une cuillère à soupe de la sauce gravlax d'IKEA, à l'aneth, ou le cas échéant de la moutarde douce
    • une cuillère à soupe de jus de citron vert
    • 3 cuillères à soupe d'huile d'olive
    • sel et poivre

    Faire cuire les lentilles après les avoir rincées dans trois fois leur volume d'eau (où vous aurez ajouté les feuilles de laurier et le thym), pendant vingt à trente minutes. Les égoutter et les réserver.

    Éplucher et émincer les oignons. Couper les poissons en petits dés. Dans un saladier, mélanger oignons, poissons et lentilles.

    Préparer la sauce en mêlant la sauce gravlax (ou moutarde douce), le jus de citron vert et l'huile d'olive. Verser sur les lentilles.

    Bien imprégner la salade de sa sauce et laisser reposer au moins une demi-journée.

    Au moment de servir, ajouter des tomates cerise coupées et saler et poivrer éventuellement.

    salade lentilles poissons fumés.jpg

    Remarques :

    • J'ai utilisé des lentilles bio.
    • Plus cette salade "attend", meilleure elle est !
    7 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Pain feuilleté aux épinards

    Imprimer Catégories : Entrées

    Ça a commencé comme une discussion à bâtons rompus autour du panier de légumes : "Cette fois-ci, il n'y avait pas grand-chose en épinard ! Une fois cuits, à peine deux cuillères à soupe..." Ce à quoi ma voisine m'a répliqué qu'elle, elle avait choisi d'en faire une recette familiale, venue du fin fond de sa Sicile. Elle a prononcé un nom que je serais bien incapable de reproduire ici avant de m'expliquer le concept : pâte à pain pétrie avec de l'huile d'olive, épinard, jambon, fromage.

    Moi, vous me connaissez... Il n'en fallait pas plus pour me faire gamberger jusqu'à la prochaine livraison - congrue - d'épinards. Sauf que... je me suis décidée vers dix-huit heures et que c'était un peu court pour faire ma pâte à pain. Je suis donc allée dénicher une pâte feuilletée au fond du congélateur et c'est ainsi que j'ai proposée cette entrée-plat complet du soir qui a fait un tabac ! Voici donc le :

    PAIN FEUILLETE AUX EPINARDS

    Pour 4, il faut :

    • un rouleau de pâte feuilletée
    • environ 400 g d'épinard
    • 2 tranches de jambon
    • 100 g de fromage rapé
    • un oeuf
    • huile d'olive
    • sel et poivre

    Équeuter et laver rapidement les épinards. Les essuyer avant de les faire revenir quelques minutes à peine dans une sauteuse avecun peu d'huile d'olive.

    Hacher le jambon.

    Préchauffer le four à 170°.

    Étaler la pâte feuilletée et déposer le fromage rapé, les épinards et le jambon.

    Rouler délicatement la pâte de façon à former un rouleau pas trop serré.

    Badigeonner la surface d'oeuf battu et enfourner pour une petite demi-heure - ou moins. Servir sans attendre.

    Pain feuilleté épinard.jpg

    Remarques :

    • L'avantage de cette recette, c'est qu'elle se prête à de multiples déclinaisons : je l'imagine déjà avec de la mozzarelle ou du jambon cru...
    • Promis, dès que je teste la version pâte à pain, je vous en parle !
    • Merci Angelina !
    10 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Bouillon tiède de foie gras et langoustines

    Imprimer Catégories : Entrées

    Il y a des recettes, comme ça, qui vous inspirent dès que vous les voyez. Celle-ci appartient à cette catégorie : festive, rapide, délicieuse, elle était faite pour mon réveillon de Noël ! Trouvée dans la Lettre PICARD du mois de décembre, elle peut se faire avec tous les produits de la marque, mais également avec les mêmes produits, en frais. Voici donc le :

    BOUILLON TIEDE DE FOIE GRAS ET LANGOUSTINES

    Pour 4, il faut :

    • 300 g de queues de langoustines crues
    • 150 g de foie gras cru en éclats
    • 150 g de julienne de légumes, ici 50 g de carottes, 50 g de céleri-rave et 50 g de concombre
    • une échalote
    • une cuillère à soupe d'huile d'olive
    • sel et poivre

    Dans un demi-litre d'eau bouillante, plonger les langoustines surgelées. Attendre la reprise du boût et couper le feu. Couvrir et laisser refroidir.

    Dans une sauteuse, faire suer l'échalote coupée en petits dés avec l'huile d'olive pendant cinq minutes avant d'ajouter la julienne de légumes. Là encore, laisser cuire cinq minutes et remuant très souvent.

    Verser sur cette préparation le bouillon de cuisson des langoustines, en réservant ces dernières. Faire cuire cinq minutes après reprise de l'ébullition à feu très doux. Saler et poivrer.

    Décortiquer les langoustines et les ajouter au bouillon de légumes.

    Fariner les éclats de foie gras et les faire dorer sans graisse, 30 secondes à feu chaud, puis deux minutes à feu doux en remuant sans cesse.

    Servir les assiettes en déposant en dernier lieu le foie gras.

    bouillon langoustine foie gras.jpg

     

    Remarques :

    • Congeler le foie gras permet de le fariner sans difficulté et de le saisir, avant de le cuire doucement. Il n'y a donc pas de perte de graisse, comme cela arrive souvent avec le foie gras frais.
    • La dernière étape se fait au moment du service, le reste peut se préparer à l'avance, avantage non négligeable...
    • Dans la recette originale, il y avait à rajouter des herbes, mais dans l'enthousiasme (et après l'apéritif), je les ai oubliées ! Et on s'en passe très bien.
    • En revanche, la prochaine, j'ajouterai peut-être quelques brisures de truffes...
    4 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Quenelles à la sauge et à la coppa

    Imprimer Catégories : Entrées

    C'est en feuilletant le denier REGAL que je suis tombée sur cette recette de quenelle "qui change". Parce que c'est vrai que moi, en bonne lyonnaise, je les prépare toujours de la même manière : une sauce Nantua et hop ! On fait gonfler ! Là, la recette permettait de changer vraiment, en révélant le goût subtil de la quenelle. Evidemment dans ce cas, il faut absolument choisir UNE bonne quenelle : personnellement, je fais systématiquement confiance à Giraudet, une valeur sûre de la quenelle. De surcroît, ils les proposent maintenant en version bio.

    La recette a beaucoup plu à la maison. Servie avec une salade, elle a constitué un plat complet (en même temps, une quenelle et demi par personne, cela fait de bonnes portions...). J'ai modifié la recette initiale et je compte la modifier encore la prochaine fois, mettant moins de vin blanc que les quantités données. Pour le reste, voici donc les :

    QUENELLES A LA SAUGE ET A LA COPPA

    Pour 4, il faut :

    • 4 quenelles nature ou 8 selon que vous voulez en faire une entrée ou un plat
    • 2 poireaux
    • 8 feuilles de sauge
    • 2 cuillères à soupe de crème fraîche
    • 8 tranches de coppa
    • 10 cl de vin blanc (c'est trop !)
    • 2 cuillères à soupe d'huile d'olive
    • sel et poivre

    Préchauffer le four à 180°.

    Nettoyer les poireaux puis les émincer.

    Dans une poêle, verser l'huile puis faire étuver les poireaux pendant une dizaine de minutes.

    Verser le vin blanc et cuire encore dix minutes, avant d'incorporer la crème fraîche. Saler légèrement.

    Poivrer les quenelles et poser de part et d'autre deux feuilles de sauge. Envelopper ensuite chaque quenelle dans deux tranches de coppa.

    Verser la fondue de poireaux au fond d'un plat à four et poser les quenelles dessus.

    Enfourner pour une vingtaine de minutes et servir sans attendre.

    quenelle coppa sauge.jpg

     

    Remarques :

    • La prochaine fois, je diviserai par deux la quantité de vin blanc ; trop forte et associée au vin blanc, elle rendait presque "indigeste" la fondue de poireaux. Et les enfants n'ont pas trop apprécié.
    • Bien surveiller la cuisson : la quenelle gonfle mais peut très vite se dessécher.
    • La recette initila enveloppait les quenelles dans du lard, et non de la coppa. Je préfère la coppa, plus parfumée.

    12 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Muffins tout sésame au saumon

    Imprimer Catégories : Entrées

    La recette m'a fait de l'oeil dès que je l'ai vue chez Alice. D'abord parce que les muffins, moi, j'adore ça, et autant salés que sucrés, ensuite que le sésame, j'en ai toujours dans mes placards. Et là, la recette ne proposait pas moins que de l'utiliser sous TROIS formes ! Autant dire que j'étais conquise...

    Alice n'a pas parlé de muffin dans sa recette, il s'agit selon elle de "petits dômes moelleux", mais comme je me suis permis de modifier sa recette initiale, pendant que j'y étais, j'ai aussi modifié le libellé ! Voici donc les :

    MUFFINS TOUT SESAME AU SAUMON

    Pour une douzaine de muffins, il faut :

    • 160 g de farine type 65
    • 20 cl de lait ribot
    • un cuillère à soupe d'huile de sésame
    • une cuillère à soupe bombée de tahin
    • un demi-sachet de levure
    • 3 oeufs
    • 200 g de dés de saumon
    • 12 cuillères à café de graines de sésame
    • du poivre

    Verser la farine, la levure et le poivre dans un saladier. Ajouter les oeufs, le lait ribot, le tahin et l'huile de sésame. Mélanger rapidement, la pâte n'a pas besoin d'être lisse.

    Préchauffer le four à 180°.

    Ajouter les dés de saumon, bien les enrober de pâte puis emplir les moules à muffins.

    Saupoudrer chaque gâteau d'une cuillère à café de graines de sésame puis enfourner pour vingt-cinq minutes au moins. Il faut que les muffins soient dodus et dorés.

    Servir tiède ou froid.

    Muffins saumon.jpg

    Remarques :

    • Les dés de saumon fumé sont souvent moins chers que les tranches et conviennent tout aussi bien. La truite fumée aussi, d'ailleurs...
    • Vous pouvez utiliser de plus petits moules et présenter ces muffins à l'apéritif.

    11 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Budget serré de la rentrée : terrine de volaille

    Imprimer Catégories : Entrées

    C'est vrai, ça... On nous dit : "La rentrée, c'est la déprime, les poches et les porte-monnaie sont vides..." Et je confirme : les miennes et celles d'une partie de mon entourage le sont. En même temps, c'est un peu le cas toute l'année, mais bon... En plus y a les profs, ces vrais sadiques, qui prennent plaisir à demander des fournitures soit extrêmement chères soit extrêmement introuvables. A ce sujet, je me permets d'ailleurs de m'interroger : comment se fait-il que des parents apparemment et sous l'oeil des caméras de télévision se saignent aux quatre veines pour satisfaire les fantasmes enseignants les plus fous - pensez donc, un cahier par matière, des copies doubles, des stylos pour écrire...- et que leurs bambins, arrivés au 15 octobre, soient si démunis pour qu'un cours ne commence pas sans un : "Y quelqu'un qui aurait une feuille à me passer ?", sachant bien entendu que le quelqu'un ne passera pas UNE feuille, mais le paquet complet ! Et c'est vrai que dans ce cas, je suis bien d'accord, il faudrait revoir sérieusement la prime de rentrée pour les parents d'élèves vache-à-lait de la classe...

    Bon, tout ça pour dire que ce n'est pas parce qu'on est fauché qu'il faudrait se priver ! Et je le prouve : avec cette terrine (testée lors du fameux buffet d'anniversaire des quarante ans), qui offre de multiples avantages. D'abord elle est atrocement facilement à faire, pour peu qu'on ait les produits adéquats et surtout le boucher qu'il faut. Ensuite elle fait son petit effet à la cantonade quand vous la brandissez et que les gens s'étranglent : "C'est TOI qui l'as fait ?" Enfin, et ce n'est pas le moindre de ses intérêts en ces temps où la convivialité est un des seuls remparts qui nous restent : elle est copieuse ! On peut manger à dix dessus facile ! Voici donc la :

    TERRINE DE VOLAILLE

    Pour 10 personnes, il faut :

    • 700 g d'abats de volaille - des foies seulement ou un mélange de coeur, poumon, foie, etc...
    • 300 g de porc haché
    • 300 g de lardons fumés
    • 10 cuillères à soupe d'armagnac
    • 5 gousses d'ail
    • un bouquet de persil plat
    • un sucre
    • une large bande de barde de lard
    • sel et poivre

    Préchauffer le four à 180°.

    Couper les lardons en petits dés. Dénerver les foies en ôtant le nerf principal. Couper tous les abats en quatre ou cinq morceaux.

    Laver, essorer et hacher le bouquet de persil, tiges comprises. Eplucher et émincer finement les gousses d'ail.

    Dans un saladier, mélanger le porc haché, les dés de lardons, les abats, le persil, l'ail et verser l'armagnac. Ajouter le sucre, saler légèrement et poivrer avant de remuer le tout pour bien mélanger.

    Tapisser la terrine avec la bande de lard - ne pas hésiter à faire du découpage en tout genre...-  et verser la préparation. Recouvrir d'une dernière bande de lard avant d'enfourner la terrine, posée au centre d'un grand plat empli à moitié d'eau.

    Laisser ainsi cuire au bain-marie pendant une heure quarante-cinq.

    Sortit la terrine du four et la laisser refroidir dans le bain-marie. La tasser, avec un couvercle, une planche et poser des poids afin de la laisser reposer deux jours au réfrigérateur.

    Avant de servir, démouler la terrine, ôter la barde et... déguster !

    Pâté volaille.jpg

    Remarques :

    • Initialement, j'ai trouvé cette recette dans le premier livre de Julie ANDRIEU : La Cuisine de Julie. Elle la fait pour sa part exclusivement avec des foies de volaille. Le problème, c'est qu'une fois sur deux quand j'achète mes foies, je confonds les boîtes et je me retrouve avec l'ensemble des abats ! Et c'est très bon comme ça.
    • Ne vous fixez pas sur l'armagnac : la dernière fois, je l'ai faite au Pineau des Charentes et c'est très bien passé également !
    • Elle n'est pas toujours très facile à découper mais son goût compense aisément ce petit défaut...
    • Le plus casse-pied, c'est la phase "d'écrasement" : le gras sort, ça dégouline, d'où l'intérêt de procéder à cette manoeuvre dans le plat de bain-marie...
    • Et si en plus vous prenez le temps de laisser reposer la préparation à la viande pendant une nuit, les arômes n'en seront que vifs.
    • Et s'il vous reste trop de préparation, utilisez-la en tourte.

     

    3 commentaires Pin it! Lien permanent