Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Entrées - Page 4

  • Carpaccio de Saint-Jacques et aubergines grillées

    Imprimer Catégories : Entrées

    Restons encore un peu en vacances. Si vous allez vous promener (et je ne saurais que trop vous encourager à le faire) en Drôme provençale, ne manquez pas de vous arrêter à Saint Marcel Les Sauzet. Là, vous y trouverez un restaurant charmant, où l'accueil est extrêmement chaleureux et les menus à tomber. Il s'agit du Prieuré et je vous invite à aller faire un tour sans tarder sur leur site afin de les découvrir mieux. Votre regard s'arrêtera peut-être sur une des entrées : la charlotte aux trois crustacés (miettes de crabe, écrevisses décortiquées et lamelles de Saint-Jacques), aubergines et tomates confites à l'huile d'olive... Un délice absolu. Que modestement j'ai voulu décliné de retour à la maison, lorsque j'ai trouvé de très jolies aubergines dans mon panier. Les coquilles Saint-Jacques, elles étaient déjà là, tapies au fond du congélateur, souvenir de notre escapade normande. Voici donc le :

    CARPACCIO DE SAINT JACQUES ET AUBERGINES GRILLEES

    Pour deux, il faut :

    • une grosse aubergine ou deux petites
    • 8 coquilles Saint Jacques
    • de l'huile d'olive
    • une cuillère à soupe de vinaigre balsamique
    • deux branches de thym
    • une poignée de haricots verts cuits
    • sel et poivre

    Allumer le four en position grill (240°). Laver les aubergines et les couper en tranches d'épaisseur moyenne dans le sens de la largeur. Déposer les tranches sur une plaque et les badigeonner rapidement d'huile d'olive à l'aide d'un pinceau.

    Faire griller les tranches sur les deux faces en n'oubliant d'huiler la seconde face. Les saler et les réserver sur du papier absorbant.

    Eponger les coquilles Saint Jacques et les émincer en lamelles assez épaisses (presque un demi-centimètre).

    Dresser l'assiette : disposer les rondelles d'aubergines, puis les lamelles de Saint Jacques et le fagot de haricots verts.

    Préparer la vinaigrette en mélangeant le vinaigre avec trois cuillères à soupe d'huile d'olive. Napper les éléments de l'assiette avec cette vinaigrette et servir sans attendre.

    carpaccio st jacques.jpg

    Remarques :

    • Si vos aubergines sont très grosses, vous pouvez les faire dégorger au gros sel une demi-heure avant de les griller. Vous ne les salerez pas, dans ce cas.
    • Vous pouvez ajouter (je n'en avais pas le jour de la photo) une tomate cerise - pour la touche de couleur et la saveur supplémentaire.
    • Préparer les aubergines de cette manière évite qu'elles ne deviennent des "éponges" à huile, ce qui se produit souvent lorsqu'on les poêle...
    9 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Petite verrine de taboulé de quinoa et sa brochette de crevette

    Imprimer Catégories : Entrées

    C'est une recette comme je les affectionne : une assiette qui fait ouvrir grands les yeux des convives et qui vous a coûté un minimum d'efforts... Une recette qui allie "l'art d'accommoder les restes" avec la petite touche de fantaisie. C'est parti au départ d'un taboulé au quinoa comme j'en ai déjà fait. Cela a continué avec des crevettes dodues découvertes par hasard au fil des courses. Et cela s'est conclu par une entrée simple et légère pour un dîner d'été sur la terrasse, avec le barbecue qui crépite au loin... Voici donc les :

    PETITE VERRINE DE TABOULE DE QUINOA ET BROCHETTE DE CREVETTES

    Pour 4, il faut :

    • aller chercher la recette du taboulé marin au quinoa ici
    • 20 crevettes de belle taille
    • 3 cuillères à soupe d'huile d'olive
    • une cuillère à soupe de jus de citron
    • une pincée de piment d'espelette
    • des piques à brochette

    Mélanger dans un bol l'huile d'olive et le citron. Ajouter le piment et y plonger les crevettes. Bien mélanger et laisser mariner au moins une heure.

    Peu de temps avant de passer à table, dresser l'assiette : verser le taboulé dans les verrines. Embrocher cinq crevettes par pique. Présenter le tout sur une grande assiette, avec une virgule de piment d'espelette pour faire plus classe.

    verrine quinoa brochette crevette.jpg

    Remarques :

    • C'est délicieusement frais, et le piquant du piment rehausse avec bonheur l'ensemble
    • Bien sûr, rien ne vous oblige à faire un taboulé au quinoa, le classique peut convenir, mais ce sera moins... maritime !

     

    3 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Pissaladière comme je veux

    Imprimer Catégories : Entrées

    Cet été, je me suis lancée dans la pissaladière. Rien de révolutionnaire, allez-vous me dire. Certes. Sauf que l'avantage (et l'inconvénient, diront les puristes), c'est que de multiples variations sont possibles : pâte feuilletée, pâte à pain, olives ou tapenade, câpres ou non... un nombre infini de possibilités s'offre à nous. En plus, on n'est pas obligé de refaire toujours la même... Une seule constante : les oignons, fondants, presque caramélisés, qui ressemblent plus à une friandise qu'à un légume. Je vous livre aujourd'hui ma version préférée de la chose : lit de tapenade, oignons confits, quelques anchois, un régal ! Voici donc :

    LA PISSALADIÈRE

    Pour 6, il faut :

    • une demi pâte à pain d'après la recette de Gontran ici
    • environ 800 g d'oignons
    • un petit pot de tapenade (ou une tapenade-maison si vous êtes courageux)
    • quelques anchois
    • 4 cuillères à soupe d'huile d'olive
    • sel et poivre

    Éplucher et émincer les oignons. Les faire revenir dans une poêle avec l'huile d'olive à feu moyen d'abord, puis doux, en remuant souvent afin qu'ils confissent doucement.

    Après une demi-heure environ de ce régime, arrêter le feu, saler et poivrer.

    Préchauffer le four à 210° (th 7). Étaler la pâte à pain. La recouvrir d'une bonne couche de tapenade avant de disposer les oignons. Déposer à votre goût quelques anchois que vous aurez préalablement rincés et essuyés.

    Faire cuire entre 20 et 25 minutes. Servir chaud, tiède ou froid.

    pissaladi_re

    Remarques :

    • J'adore quant à moi la déguster tiède : je trouve que les arômes s'y développent mieux
    • Attention à ne pas trop saler les oignons, la tapenade et les anchois le sont déjà.
    • Je ne l'ai pas précisé parce que c'est presque un pléonasme mais VIN ROSE obligatoire !
    6 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Je veux un bento !

    Imprimer Catégories : Entrées

    Que ce soit clair tout de suite : ce message n'a pas d'autre but que de faire pleurer dans les chaumières. Vous tirer les larmes. Vous apitoyer. Vous faire dire que non, ce n'est pas possible de la laisser comme ça...

    Alors voilà, je veux un bento ! Ça m'a pris ce week end, en lisant le supplément magazine de l'EXPRESS - oui, je sais, parfois, il m'arrive de lire autre chose que ELLE ou SAVEURS, cela dépend de l'endroit où je me trouve. Et là, c'était l'EXPRESS, et c'était un article sur la folie Bento. Alors un bento, c'est quoi ? C'est adorable ! La version japonaise d'une boîte à pique-nique, ou plus prolétairement la cantine de mon grand-père. Sauf qu'au lieu d'être en métal rétamée, elle est en plastique et pleine de jolies couleurs et de jolies formes. Et dedans, on fait plein de jolies préparations qui attirent autant les yeux que les papilles !

    Et, bien, sûr, vous aurez noté que lorsqu'on désire très fortement quelque chose, il disparaît de notre champ de vision immédiat, pire, de notre champ de préhension. Donc aucun bento qui ne se soit présenté sous ma main ce jour. Le drame ! Parce que le taboulé au quinoa que j'ai mangé ce midi, dans un moche Tupperware, vous ne croyiez pas qu'il aurait beaucoup à son aise dans un ravissant bento ?

    Donc il s'agit d'un appel éhonté à ceux qui, de près ou de loin, ont à voir avec le Japon : s'ils veulent bien m'en procurer un, je paierai rubis sur l'ongle : mandat, Paypal ou autre (dans la limite d'une proposition décente, bien sûr...).Et comme je ne suis pas égoïste, je vous donne quand même ma recette de taboulé au quinoa. Voici donc le :

    TABOULÉ MARIN AU QUINOA

    Pour 4, il faut :

    • 4 tasses de graines de quinoa
    • 200 g de petites crevettes décortiquées
    • deux tomates
    • un concombre
    • une cuillère à soupe de tahin
    • une cuillère à soupe d'huile de noix
    • une cuillère à soupe de citron
    • trois cuillères à soupe d'huile de colza
    • une cuillère à soupe de sauce Kikkoman

    Cuire la graine de quinoa dans deux fois son volume d'eau, après l'avoir rincée, pendant dix minutes à partir de l'ébullition. Découvrir et laisser refroidir.

    Préparer la sauce en mélangeant le tahin, la sauce Kikkoman, le citron et les huiles. Y mettre les crevettes et bien les enrober.

    Couper les tomates et le concombre (pelé ou non à votre goût) en petits cubes et les saler.

    Dans un saladier, mélanger la graine de quinoa, les cubes de concombre et tomates et la sauce avec les crevettes. Laisser reposer au moins une heure avant de servir.

    quinoa_taboul_

    Remarques :

    • C'est bon, c'est frais et ça rassasie : parfait pour un repas complet. Ne manquent que le fruit et le laitage...

    • Bon, pour les baguettes, il faudra chercher une autre recette...

    11 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Souvenir culinaire normand : les coquilles Saint-Jacques...

    Imprimer Catégories : Entrées

    La Normandie, ce n'est pas seulement des paysages magnifiques.

    13_04__4_

    C'est aussi des crustacés à gogo, le poisson acheté directement sur le quai et encore frétillant dans la poêle, une originale tartiflette normande goûtée à Rouen (camembert, pommes de terre, pomme verte, calvados et andouille de Vire), et je pourrais continuer encore longtemps comme ça.

    La chance a voulu que ce soit encore la saison des coquilles Saint Jacques fraîches. Nous sommes donc rentrés lestés de sept kilos de ces belles choses et, bien sûr, je n'ai pu hésiter à ressortir la fameuse recette de ma mère qui a fait ses preuves :

    LES COQUILLES SAINT-JACQUES A LA MANIÈRE DE MA MAMAN

    St_Jacques

    Pour la recette, c'est ici.

    Le noir sur l'image, ce n'est pas du brûlé, mais des truffes...

    6 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Des non-régimes et un flan de carotte à la cannelle et au pavot

    Imprimer Catégories : Entrées

    Un débat nous animait il y a quelques jours sur le blog de Clarabel, évoquant le "ras-le-bol contre les messages de prévention sur la santé de nos enfants". A les entendre, nous fabriquerions tous de potentiels obèses, et le résultat, c'est que l'alimentairement correct devient si omniprésent qu'il en traumatise ceux -et celles - qui n'ont pas lieu de l'être.

    Avec un sens de l'à-propos tout à fait judicieux à deux jours du printemps, le magazine ELLE nous gratifie de son fameux numéro SPÉCIAL MAIGRIR de la saison, avec une nouveauté : "Tout sauf un régime !", tel est le nouveau slogan. D'une presse qui tous les mois ou presque vous évoque la "nouvelle diète", le "perdez 3 cm de tour de taille pour les fêtes" ou encore "entrez en 2 jours dans votre maillot de cet été", c'est pour le moins savoureux...

    Le dossier ouvre sur une interview du Docteur APFELDORFER (étymologiquement le "village de la pomme", c'est un signe...) qui publie un nouveau livre : Mangez en paix ! Sa théorie, c'est que nous avons oublié l'essentiel : "manger est un plaisir". Or influencés par les Anglo-Saxons, nous en avons désormais une conception scientifique : il faudrait consommer 1800 calories par jour, 5 fruits et légumes, 4 portions de glucides pour 2 portions de protéines. Or, explique le Docteur Pomme, "le problème, c'est que nous sommes des Latins. Pour nous, un repas, c'est de l'amour, une histoire, des recettes, un partage avec les autres et surtout un plaisir." Nous serions donc tiraillés entre ces deux conceptions et - en définitive - complètement paumés !

    L'idée générale, c'est qu'on "ferait mieux d'écouter nos sensations" : si on a envie d'une bonne côte de boeuf, c'est qu'on a besoin de protéines, si on consomme de la tartiflette à la montagne, c'est qu'on brûle plein de calories sur les pistes ( là, je m'élève en faux : je peux consommer de la tartiflette ailleurs qu'en montagne, et par ailleurs je ne mets jamais un pied sur les pistes !). Notre grand drame, c'est que nous ne savons plus écouter notre corps car on a créé "la culpabilité qui empêche d'écouter son corps". Il faut donc retrouver cette innocence vis-à-vis des aliments : "réconciliez-vous avec vous même et vous saurez manger dans votre zone de confort".

    Alors, histoire de mieux cerner votre "zone de confort", je vous propose une petite entrée l'air de rien, qui rassasie, fait manger des légumes tout en satisfaisant notre besoin de douceur. Voici donc les :

    FLANS DE CAROTTE A LA CANNELLE ET AU PAVOT

    Pour 3 flans, il faut :

    • 200 g de carottes râpées
    • 2 oeufs
    • 20 g de beurre
    • une bonne cuillère à soupe de graines de pavot
    • 2 bonnes pincées de cannelle
    • sel et poivre

    Faire fondre le beurre dans une casserole. Ajouter les carottes, saler et poivrer et faites revenir un instant avant de recouvrir d'eau. Saupoudre de cannelle. Laisser cuire une quinzaine de minutes.

    Préchauffer le four à 160°. Battre les oeufs en omelette avec les graines de pavot. Saler et poivrer. Égoutter les carottes et les incorporer à l'oeuf en écrasant bien.

    Huiler 3 ramequins et y verser la préparation. Cuire au bain-marie durant 25 minutes environ.

    Servir tiède ou froid.

    flan_carotte

    Remarques :

    • Je préfère personnellement la version froide ; je trouve que chaud, on perd la subtilité des arômes.
    • J'ai déjà évoqué le dilemme familial : certains aiment la carotte crue, d'autres cuite. En même temps, il est très facile de prélever une bonne louche de carottes râpées dans le saladier et de s'improviser, pour soi aussi, une entrée à la carotte. Comme ce flan par exemple. Il offre l'avantage de pouvoir se décliner en plat, puisqu'il contient des oeufs... à condition d'avoir un petit appétit. Ou de manger plusieurs flans.
    • La cannelle est facultative mais j'adore son association avec la carotte !

    16 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Cake à la betterave

    Imprimer Catégories : Entrées

    Moi, la betterave, c'est comme les carottes : crue, ça ne passe vraiment pas ! Est-ce dû au fait que "chez nous", on appelle les premières les carottes rouges, ce qui montre bien qu'il y a un rapport ? Je ne sais, mais toujours est-il que lorsque j'en ai trouvé deux dans mon panier, si mon cher époux s'est mis à faire des bonds de joie, du genre "Youpi, de la betterave, et crue en plus !", moi, j'ai légèrement gambergé, histoire d'en faire quelque chose sans devoir l'ingurgiter brute.

    Et j'ai trouvé. Dans un petit livre à la couverture jolie comme tout, cousin de celui dont je vous parlais il y a peu : un cake aux légumes oubliés. Bon, dans les légumes oubliés, il y avait betterave et panais et moi, j'avais oublié le panais. Mais qu'à cela ne tienne, je l'ai remplacé par de la pomme de terre et hop, le tour était joué. J'ai également doublé le temps de cuisson suggéré et j'ai finalement obtenu un ravissant - quoiqu'un peu gore - cake d'apéritif-entrée. Voici donc le :

    CAKE A LA BETTERAVE

    Pour 6, il faut :

    • 150 g de farine à poudre levante
    • 3 oeufs
    • 6 cl d'huile
    • un yaourt
    • 5 cl de vin blanc
    • une betterave
    • une pomme de terre
    • une poignée de noisettes
    • 50 g de fromage râpé
    • sel et poivre

    Dans un saladier, verser la farine, le sel, le poivre et incorporer les oeufs, l'huile, le yaourt et le vin blanc.

    Préchauffer le four à 180°.

    Peler la betterave et la pomme de terre, les rincer et les râper. Les rajouter au mélange.

    Concasser grossièrement les noisettes et les ajouter ainsi que le fromage au reste.

    Verser dans un moule à cake et laisser cuire entre 50 minutes et une heure.

    Servir froid ou tiède.

    cake_betterave

    Remarques :

    • Cuite, la betterave révèle une saveur douce qui se mêle parfaitement à la noisette.
    • Comme ça, TOUT le monde a mangé de la betterave !

    8 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Les empanadas de Patricia ou comment rendre acceptable les réunions entre midi et deux

    Imprimer Catégories : Entrées

    Souvent l'on me dit : "Oh, comme tu as de la chance d'être prof ! Comme ça, tu peux vraiment profiter de tes enfants, les emmener à l'école, aller les chercher..." C'est vrai. Enfin, sauf quand on commence, comme moi, tous les matins à 8h00 cette année, ou encore qu'on finit à cinq heures... Mais avouons-le cependant : c'est vrai que ça permet globalement d'être plus présente que lorsqu'on attaque à 8h00 et finit à 19h00.

    C'est pour préserver cette "qualité de vie" que l'Education Nationale, soucieuse de notre bien-être, place les réunions entre enseignants uniquement entre midi et deux. Comme ça, on finit les cours à 12h00, on entre en réunion, et ladite réunion s'interrompt à 13h45 quand la sonnerie retentit. Et on décompresse dans l'escalier qui mène à la cour de récréation...

    Mais il y a pire que ces réunions. Il y a les casse-croûte solitaires. En effet, quoi de pire que tous ces gens qui sortent qui leur sandwich, qui leur Tupperware, qui leur Bolino (!). Et les remarques fusent : "Oh, toi, tu as quoi ? ça a l'air bon..." et de replonger le nez dans sa salade Saupiquet... C'est pourquoi avec un noyau dur de collègues soucieux de préserver la bonne marche de leur organisme et persuadés que le bonheur au travail passe par une alimentation saine et diversifiée, nous avons mis en place les "concert-repas" : on se concerte autour d'un buffet où chacun a confectionné quelque chose. Bon, il faut avouer qu'après une quiche, une tarte à la tomate, du jambon de pays, des roulades de saumon, du confit de porc, un moelleux au chocolat et une tarte aux pommes, nous sommes souvent plus lourds en redescendant l'escalier, voire somnolents, mais en tous cas, nous avons rendu convivial un moment qui ne l'était pas nécessairement...

    C'est ainsi que lors des dernières corrections du brevet, une de nos collègues nous a fait découvrir une de ses spécialités, un truc à tomber, que nous avons littéralement dévoré en nous pourléchant les doigts. A l'entendre, c'était pourtant tout simple, de la pâte brisée toute prête, du pisto, du thon et un oeuf. N'empêche : facile ou pas, c'était délicieux et ce fut aussi l'avis de ma petite famille à qui je fis découvrir le plat un soir. Bon, évidemment, j'ai fait la pâte et... j'aurais pu faire le pisto (sauf que Patricia m'en a rapporté des boîtes de ses vacances en Espagne). Voici donc :

    LES EMPANADAS DE PATRICIA

    Pour 8 chaussons, il faut :

    • 350 g de farine
    • 150 g de beurre mou
    • une cuillère à café de sel
    • une boîte de thon au naturel de 190 g
    • 2 gros oignons
    • 2 poivrons rouges
    • 500 g de tomate - ou pulpe de tomate
    • un ou deux piments rouges frais
    • un oeuf dur
    • 2 cuillères à soupe d'huile d'olive
    • sel

    Travailler ensemble beurre et farine salée pour obtenir une "semoule". Ajouter un verre d'eau environ pour obtenir une pâte souple que vous réserverez une heure au réfrigérateur.

    Peler et émincer les oignons. Peler les poivrons et les découper en dés. Ébouillanter les tomates et les peler en petits dés également. Rincer les piments et les hacher après avoir éliminé les graines.

    Faire chauffer l'huile dans et y faire revenir les oignons. Ajouter poivrons et piments et laisser mijoter cinq minutes. Verser les tomates, saler et laisser cuire une vingtaine de minutes.

    Hors du feu, ajouter l'oeuf dur écalé et haché ainsi que le thon émietté.

    Préchauffer le four à 210°. Étaler la pâte et y découper des cercles d'une quinzaine de centimètres de diamètre. Déposer une bonne cuillère à soupe de farce et refermer le chausson en mouillant les bords avec un peu d'eau et en roulottant la pâte.

    Enfourner les empanadas sur une feuille de papier sulfurisé et cuire une vingtaine de minutes.

    Empanadas

    Remarques :

    • Cela se mange tiède, avec une salade verte, ou à température ambiante
    • Les ingrédients en italique sont ceux que l'on retrouve dans les boîtes de pisto tout fait !
    8 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Tarte croustillante de boudin sur compotée d'oignon aux pommes

    Imprimer Catégories : Entrées

    Comme un certain nombre de culino-blogueurs, j'ai été contactée par :

    afin de découvrir leurs produits, les tester et en faire profiter les autres. Parmi leur impressionnant - et appétissant - catalogue, j'ai choisi un confit d'oignon aux pommes bio. C'est une recette qui s’inspire directement de la célèbre « sauce Cameline » que l’on trouve dans les livres de cuisine du XIVème siècle, autrement dit une sauce brune dans laquelle la saveur de cannelle domine.

    Ce confit d’oignon est composé de gros oignons blancs, petits oignons grelots, verjus (jus de raisin) du Périgord, raisins et OL0033Vsucre de canne et épices (cannelle et gingembre) ; goûté seul, c'est délicieux, à la fois doux et épicé. J'ai immédiatement vu avec quoi j'allais le marier : du boudin noir ! Et l'association a fait merveille, servie en entrée, avec une salade verte assaisonnée à l'huile de noix. Voici donc mes :

    TARTES CROUSTILLANTES DE BOUDIN SUR LEUR COMPOTÉE D'OIGNON AUX POMMES

    Pour 4 personnes, il faut :

    • un rouleau de pâte feuilletée
    • un pot de confit d'oignon
    • une quarantaine de centimètres de boudin noir

    Préchauffer le four à 210° (th 7).

    Étaler la pâte et découper quatre tartelettes individuelles. Les disposer sur la plaque de cuisson, recouverte d'un papier sulfurisé.

    Déposer sur chaque fond de tarte une bonne cuillère à café, voire une et demie, de confit. L'étaler en couche fine.

    Découper le boudin en rondelles d'un demi-centimètre et les disposer en rosace sur la tartelette.

    Enfourner pendant vingt minutes et servir sans attendre, accompagnée d'une salade verte assaisonnée d'huile de noix.

    Tarte_boudin

    Remarques :

    • La simplicité de sa recette n'a d'égale que sa délicatesse. La douceur épicée du confit se marie parfaitement avec celle du boudin et le croustillant de la pâte feuilletée apporte une touche finale à la chose !
    • L'huile de noix pour la vinaigrette est facultative mais convient divinement à l'ensemble !

    6 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Cake épinard-crevettes ou l'art d'accommoder les restes...

    Imprimer Catégories : Entrées

    Nos anciens (ou plutôt nos anciennes) détenaient une science culinaire précieuse : celle de savoir quoi faire des trois bouts de viande qui traînaient au fond du frigo, du fond de sauce qui attendait depuis plusieurs jours ou des deux pauvres carottes esseulées. Car la cuisine aujourd'hui, c'est souvent des recettes. Précises, nettes. Bien sûr, et les blogs le montrent un peu plus chaque jour, on se laisse aller à modifier ces recettes, à substituer un ingrédient à un autre. Mais il n'empêche qu'un point subsiste toujours : les restes.

    Parce que je vous imagine comme moi : il faut qu'il y en ait ! Sinon, cela signifie qu'on a TOUT mangé, et donc qu'il n'y avait pas assez ! C'est logique ! Les magazines et autres manuels de savoir manger-savoir maigrir auront beau nous le ressasser : on ne doit pas finir son assiette, n'empêche qu'on le fait ! Et qu'on sauce en plus, si c'est trop bon !

    C'est ainsi que l'autre jour, je me retrouvai avec au fond de mon frigo l'équivalent de trois cuillères à soupe d'épinard. Des épinards somptueux. Tout droit sortis du panier bio de la semaine, préparés avec art par mon mari, cuits à la vapeur puis mélangés à une béchamel onctueuse, servis avec oeufs durs et croûtons... oui mais, il en restait trois cuillères le soir venu. Que faire ? se partager la chose ? Dommage... Regarder une seule personne se régaler ? Égoïste. C'est ainsi que j'optai pour le cake, qui concilierait tout le monde. Voici donc le :

    CAKE EPINARD-CREVETTES

    Pour 6, il faut :

    • 250 g de farine
    • un sachet de levure
    • une pincée de sel
    • un demi-verre d'huile de colza
    • un demi-verre de vin blanc
    • 4 oeufs
    • 100 g de petites crevettes décortiquées
    • 3 cuillères à soupe d'épinard

    Préchauffer le four à 180° (th. 6).

    Dans un saladier, verser la farine, la levure et le sel. Incorporer l'huile et le vin, puis les oeufs.

    Lorsque la pâte est onctueuse, ajouter les épinards et les crevettes.

    Faire cuire 45 à 50 minutes. Démouler tiède et servir tiède ou froid.

    Cake__pinard_crevettes

    Remarques :

    • Une fois de plus, l'usage du moule en bois a permis de conserver le moelleux.
    • Ne pas hésiter à majorer le temps de cuisson si besoin est.

    7 commentaires Pin it! Lien permanent