Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Légumes - Page 4

  • Clafoutis de courgettes aux olives

    Imprimer Catégories : Légumes

    Ouf, ça y est ! Les légumes d'été commencent à arriver dans notre panier des Bios de Feuilly. Tenez, pas plus tard que la semaine dernière, on y trouvait des petites pommes de terre grenaille, des petits pois extra fins et des jeunes courgettes, toutes fines, toutes menues. Et là, je me suis souvenue que Choupette nous avait proposé, il y a quelques temps de cela, un clafoutis des dites courgettes. Quelques recherches plus tard, un aménagement ou deux plus loin, voici un plat qui a fait un tabac à table. Je vous le conseille le soir, avec une bonne salade... comme une de celles que l'on trouve dans nos paniers... Voici donc le :

    CLAFOUTIS DE COURGETTES

    Pour 5-6 personnes, il faut :

    • 500 g de petites courgettes
    • 50 g d'olives noires
    • 150 g de fromage - j'ai opté pour un mélange mozzarella-comté
    • 100 g de farine
    • 2 oeufs + 2 jaunes
    • 30 cl de lait entier
    • 5 cuillères à soupe d'huile d'olive
    • de la menthe ciselée
    • 2 brins de thym frais
    • une demi-cuillère à café de curry en poudre
    • du sel et du poivre

    Laver et sécher les courgettes. Les découper en lamelles à l'aide d'un épluche-légume ou d'une mandoline.

    Faire chauffer deux cuillères à soupe d'huile d'olive et y faire revenir les courgettes et le thym afin que les courgettes rendent leur eau (si elles en ont...). Assaisonner après l'évaporation.

    Mélanger dans un saladier la farine, le curry, une pincée de sel, du poivre et les oeufs. Ajouter petit à petit le lait et deux cuillères à soupe d'huile d'olive.

    Lorsque la pâte est bien lisse, incorporer le fromage, les herbes et les olives coupées en morceaux.

    Huiler un plat à gratin et y déposer les courgettes en les répartissant bien. Verser dessus l'appareil à clafoutis.

    Enfourner à four chaud (200°) pendant 35 minutes. Servir chaud ou tiède.

    Clafoutis_de_courgettes

    Remarques :

    • La recette initiale de Choupette était au fromage de chèvre, mais mon époux ne supportant pas le fromage (quand il a du goût - je parle ici du fromage...), j'ai opté pour un mélange plus neutre mais qui apporte beaucoup d'onctuosité à l'ensemble
    • Choupette utilisait également un mélange varié d'herbes (estragon, menthe, persil...), je m'en suis tenue à la menthe.
    • Bien sûr, c'est très bon froid aussi...
    7 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Quand la Chine rencontre l'Italie : le pak choi aux anchois

    Imprimer Catégories : Légumes

    J'ai conscience de l'exotisme de mon titre mais cependant, l'évidence est là : il s'agit bien d'une rencontre - fructueuse - entre Orient et Occident, entre Chine et Italie. L'idée m'est venue l'autre samedi, alors que je me trifouillais les méninges afin de savoir comment accommoder les choux chinois du mon panier des Bios de Feuilly. Oh, bien sûr, j'aurais pu ressortir ma recette de pak choi caramélisé, mais c'était déjà presque routinier. Non, il fallait autre chose. Un truc qui dépayse vraiment. Genre... la cuisine méditerranéenne !

    Je m'en suis allée farfouiller du côté de ma Cuillère d'argent. Et là, je suis partie d'un constat simple : le pak choi, ça ressemble beaucoup aux bettes. Or le chou chinois n'existe pas dans la cuisine italienne (j'en entends déjà ricaner). Par contre, la bette, oui ! Cherchons donc une recette qui mette en scène des bettes et qui change de l'éternelle béchamel. Et c'est ainsi que j'ai trouvé une recette de bietole con le acciughe. Voici donc le :

    PAK CHOI A L'ITALIENNE

    Pour 4, il faut :

    • un kilo de pak choi
    • 4 anchois au sel
    • 3 cuillères à soupe d'huile d'olive
    • une gousse d'ail hachée
    • du sel et du poivre

    Préparer le pak choi en ôtant les feuilles et le débiter en tronçons de cinq centimètres. Les laver puis les cuire à la cocotte-minute pendant quatre minutes dans de l'eau salée. Bien égoutter.

    Rincer les anchois à l'eau froide et les découper en tous petits morceaux. Peler la gousse d'ail.

    Faire chauffer deux cuillères à soupe d'huile d'olive et y cuire l'ail écrasé et les anchois en les écrasant bien. Ajouter les côtes bien égouttées et laisser mijoter cinq minutes environ en remuant régulièrement.

    Saler et poivrer si besoin et ajouter éventuellement la dernière cuillère d'huile d'olive au moment de servir.

    pak_choi_italien

    Remarques :

    • Vous pouvez ajouter un peu de parmesan au moment de servir.
    • Le pak choi prend une texture fondante qui se marie à merveille avec les anchois.
    2 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Choux farcis portion

    Imprimer Catégories : Légumes

    Ils étaient tapis au fond de mon panier du mardi : trois jolis choux verts tout dodus. Qu'en faire, sinon des choux farcis ? C'est ce qui leur advint... Voici donc les :

    CHOUX FARCIS PORTION

    Pour 6, il faut :

    • 3 petits (tout petits) choux verts
    • 300 g de viande de boeuf hachée
    • 200 g de chair à saucisse
    • une gousse d'ail
    • deux cuillères à café de persil ciselé
    • un oeuf
    • deux tranches de pain sec
    • un peu de lait
    • sel et poivre

    Laver les choux et les blanchir deux minutes dans de l'eau salée à la cocotte-minute à partir du chuchotement.

    Égoutter et laisser refroidir.

    Dans un saladier, émietter le pain et le recouvrir de lait afin de le ramollir. L'écraser ensuite grossièrement à la fourchette, ajouter la viande hachée, la chair à saucisse, la gousse d'ail écrasée, le persil et l'oeuf. Saler et poivrer.

    Ouvrir délicatement les petits choux afin d'en dégager le coeur. Prélevez-en un et hachez-le pour l'incorporer à la farce.

    Emplir les choux de deux bonnes cuillères à soupe de farce et replier délicatement les feuilles.

    Enfourner pour trois quarts d'heure à four chaud (160°) en ajoutant un peu d'eau au fond du plat si besoin est.

    chou_farci

    Remarques :

    • La recette est "express", mais la prochaine fois, je ferai revenir le chou haché dans un peu de beurre avant de le mélanger à la farce.
    • Ces choux se congèlent très bien.
    6 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Croquettes de butternut ou le secret d'une détox réussie

    Imprimer Catégories : Légumes

    N'y voyez là aucun paradoxe : la détox par la friture, c'est possible, et j'en amène la preuve, mais commençons par le commencement : la détox, c'est quoi ?

    Avant tout un concept qui permet de vendre des magazines avant (genre TOP SANTÉ ! : détoxifiez-vous avant les fêtes) ou après, genre ELLE ou MARIE-FRANCE qui propose, pour le premier "cinq cures détox testées par la rédaction", ou pour le second dix recettes allant de la soupe d'ail, parfaite à la fois pour purger l'organisme ET votre entourage proche de votre présence, au jus d'herbe (à acheter en poudre et en magasin diététique). Donc la détox, c'est quoi ? C'est l'art de purifier ponctuellement son organisme en le mettant au repos - les plus avisés d'entre vous diront : "Où est la différence avec une bonne vieille diète ?" et là je répondrai "aucune", sauf que DETOX, c'est quand même plus chic et ça fait moins : "J'ai la gueule de bois et abusé des bonnes choses, plus rien ne passe" ! Pour celles - et ceux - que cela intéresse, vous pouvez toujours aller faire un tour du côté du dossier d'au Féminin sur le sujet.

    Donc chez nous, ce dimanche, c'était DETOX ! Parce que apéro vendredi soir, suivi d'un repas andouillette-côte du Rhône, voire fondant au chocolat pour certains, un samedi galette-brioche des rois, puis un repas champagnisé et saumonisé à souhait, avant de le chocolater en conclusion. La DETOX s'imposait !

    Au menu, radis noirs (trrrrès détox, le radis noir) apprêté avec ma fameuse sauce qui va avec tous les trucs pas géniaux d'emblée mais bons pour la santé, céleri-rave, jambon blanc et... croquettes de courge butternut ! Ça, ça relève plutôt de l'art d'accommoder les restes. Rappelez-vous, mercredi, je faisais un gratin de courge butternut. Évidemment il en est resté. d'où l'idée de le reproposer, mais sous une autre forme, histoire de ne pas donner l'impression que ce gratin, vous allez me le finir, et vite ! Eh bien, c'est fou comme la détox, associé à de la friture, ça passe bien. Voici donc les :

    CROQUETTES DE BUTTERNUT

    Pour 12 croquettes, il faut :

    • les restes d'un gratin de courge (au moins une douzaine de cuillères à soupe)
    • deux oeufs
    • de la chapelure,
    • du sel et du poivre
    • une friteuse

    Emplir les compartiments d'une boîte à oeufs d'une bonne cuillère de purée de courge. Faire durcir au congélateur pendant une bonne heure et demie.

    Battre deux oeufs dans une assiette à soupe, saler et poivrer. Disposer la chapelure dans une autre assiette à soupe.

    Démouler les boules de purée durcies et les tremper dans l'oeuf, puis la chapelure, en renouvelant l'expérience deux fois.

    Plonger les croquettes dans le bain de friture pendant deux minutes environ et servir aussitôt.

    Croquettes_de_butternut

    Remarques :

    • La recette m'a été vaguement inspirée du livre de Philippe CONTICINI où il proposait une recette de croquettes de tomate.

    • Les enfants ont eu l'impression d'être au Mc Do - et c'était un compliment !
    4 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Gratin de butternut

    Imprimer Catégories : Légumes

    Pas trop le moral, ces jours-ci, mais il faut bien manger. Et coloré, justement, histoire de se dynamiser. Parce que les soucis, ça fait vieillir, alors autant se charger en béta-carotène, tout plein anti-oxydants, si si, c'est Internet qui me l'a dit...

    Or cette fois, dans mon panier du mardi, il n'y avait non pas un mais quatre butternuts ! La différence avec les fois précédentes, c'est qu'ils étaient de taille moyenne, voire petite. Histoire de faire plaisir aux enfants sans me lancer dans une création échevelée, je suis restée sur un gratin, fortement inspiré du gratin de courge muscade déjà proposé. Voici donc le :

    GRATIN DE COURGE BUTTERNUT

    Pour 4-6, il faut :

    • 4 petits butternuts
    • 2 oignons
    • deux cuillères d'huile
    • un demi-cube de bouillon de volaille
    • sel, poivre
    • 100 g de fromage râpé
    • une béchamel réalisée comme ci-suit

    Peler les courges, les laver et les couper en dés de 3-4 centimètres. Éplucher et émincer les oignons. Les faire revenir dans une sauteuse jusqu'à ce qu'ils soient transparents et ajouter alors les dés de butternut. Bien mélanger, ajouter le demi-cube de bouillon, un demi-verre d'eau, saler et poivrer légèrement et laisser mijoter une bonne demi-heure en remuant régulièrement.

    Égoutter les butternuts et préparer la béchamel.

    Préchauffer le four à 210° (th 7).

    Dans un plat à gratin, disposer la courge et verser dessus la béchamel. Ecraser la courge en la mêlant à la béchamel. Saupoudrer de fromage râpé et laisser cuire 25 minutes environ.

    Gratin_butternut

    Remarques :

    • La saveur très (très) douce de la butternut fait un tabac auprès des enfants !
    • C'est vraiment très doux...
    5 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Gratin de courge muscade

    Imprimer Catégories : Légumes

    A la maison, la courge, c'est mon mari. Enfin, je veux dire, le spécialiste ès préparations cucurbitacées, c'est lui. Il n'a pas son pareil pour la découper, la trancher et, enfin, l'accommoder. Et depuis que nous bénéficions de paniers bio, ses gratins n'en sont que plus délicieux, puisque la courge y est absolument somptueuse, d'un goût et d'une finesse incomparable. Celui-ci est tout simple, mais absolument délicieux. Voici donc le :

    GRATIN DE COURGE MUSCADE

    Pour 4, il faut :

    • Un bon quart voire une moitié de courge (tout dépend de la taille du bestiau)
    • 100 g de fromage râpé
    • sel, poivre
    • 40 cl de lait
    • 20 g de beurre demi-sel
    • 4 cuillères à soupe de farine

    Peler et découper la courge en gros morceaux. La faire cuire à l'autocuiseur, six minutes après le chuchotement de la soupape.

    Préparer la béchamel en faisant fondre le beurre. Verser la farine d'un coup et mélanger, puis ajouter progressivement le lait. Tourner jusqu'à épaississement. Saler et poivrer au goût.

    Écraser la courge à la fourchette et incorporer la béchamel. Verser le tout dans un plat à gratin beurré. Saupoudrer de fromage râpé et enfourner pendant une petite demi-heure, th 6 (180°).

    Gratin_courge

    Remarques :

    • La photo ne rend malheureusement pas justice au plat...
    8 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Galettes de pommes de terre du soir - espoir...

    Imprimer Catégories : Légumes

    Cette première quinzaine de Décembre aura été à marquer d'une pierre noire à la maison. Je résume les derniers événements pour ceux qui auraient loupé un épisode : première semaine, mon petit amour de garçon s'est transformé en mini-calculette à boutons rouges, motif : varicelle. J'ajoute que cela tombait idéalement, l'exclusion de la crèche, avec les conseils de classe et l'hystérie de la soeur qui "ne voulait pas attraper la varicelle"...

    Fin de la semaine, retour chez le médecin : conjonctivite pour l'enfant mâle et même chose pour la mère, plus une voix en zigzag. Week end pseudo reconstituant pour le moral, mais pas pour la voix.

    Deuxième semaine : toujours aphone, mais avec en plus un oeil hyper douloureux. Re-visite chez le médecin, qui envoie en urgence chez l'ophtalmo. Bilan : un truc étrange et un collyre à mettre pendant quinze jours. Mardi, oeil toujours douloureux et un peu gonflé ; voix rauque, genre Bonnie Tyler, de retour dans l'après-midi (la voix, pas Bonnie Tyler...).

    Mercredi matin : horreur ! Vous avez vu Elephant Man, de David LYNCH ? Eh bien, c'était moi... enfin, sur un côté du visage seulement, ce qui rendait la chose plus atroce encore. J'en avais mal aux dents ! Et pour couronner le tout, alors que je nouais la blonde chevelure de ma fille qui se préparait à partir à l'École du Sport, que découvré-je ? Eh bien, un bouton de varicelle... puis deux... puis douze !

    Il y a des moments dans la vie où tout semble aller mal. Et puis, tout à coup, des petites choses viennent vous rappeler que non, tout n'est pas horrible : des truffes fraîches qui arrivent (j'en reparlerai)... et une envie de galettes de pommes de terre. Quelque chose de tout simple, mais réconfortant. Voici donc mes :

    GALETTES DE POMME DE TERRE DU SOIR - ESPOIR

    Pour 6 galettes, il faut :

    • une dizaine de pommes de terre moyennes
    • une douzaine de tranches de coppa
    • sel et poivre
    • un peu d'huile pour la poêle

    Laver les pommes de terre et les peler. Les râper. Saler et poivrer.

    Faire chauffer l'huile dans la poêle et façonner de petites galettes de pommes de terre en déposant deux tranches de coppa au centre.

    Faire cuire une bonne dizaine de minutes les galettes à feu moyen en les retournant régulièrement.

    Servir chaud avec une salade verte.

    Galette_pomme_de_terre

    Remarques :

    • Cette recette peut prendre différentes formes et différentes garnitures, on peut y ajouter de l'ail, du persil, du fromage, remplacer la coppa par du jambon cru, mais personnellement, avec d'excellentes pommes de terre, c'est ainsi que je les préfère !
    • Surtout mangez-les bien chaudes, quand la coppa a bien imprégné la pomme de terre et que la galette croustille.
    4 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Pak-choï (ou chou chinois) caramélisé et poulet laqué

    Imprimer Catégories : Légumes

    L'autre soir, dans le panier des Bios de Feuilly, il y avait ça :

    Pak_choi

    Bien évidemment, les naïfs se sont exclamés : "Oh, des blettes !" Et les autres, les rôdés au truc, ont pensé : "Trop simple. Ça doit être autre chose." Effectivement, La confirmation arriva : c'était du chou chinois. Sauf que, pour moi, le chou chinois jusqu'à présent, c'était ce chou de couleur blanche et de forme oblongue, à manger aussi bien cru que cuit. Naïve que j'étais ! Une brève recherche sur la Toile m'en apprit plus...

    D'abord il y a chou chinois et chou chinois. Le chou chinois porte le joli nom savant de brassica rapa et il se présente sous deux formes :

    • le chou de Pékin, ou brassica rapa pekinensis, autrement dit le Pé-tsaï
    • le chou chinois, ou brassica rapa chinensis, autrement dit le Pak-choï

    En l'occurrence, nous avions ici affaire à un véritable chou chinois, c'est-à-dire un pak-choï. Ça ressemble à des blettes et c'est une excellente source de potassium et de vitamine A. Sauf que pour le préparer, même on m'avait assuré que braisé, avec du fromage, ce serait excellent, cela m'emballait moyen. J'ai donc opté pour du plus dépaysant et je l'ai servi avec des cuisses de poulet laquées à ma façon. Voici donc le :

    PAK-CHOÏ CARAMELISE ET POULET LAQUE

    Pour 4, il faut :

    • 800 g de pak-choï
    • 4 cuisses de poulet coupées en deux
    • 2 gousses d'aïl
    • une cuillère à café de gingembre en dés
    • 50 cl de bouillon de volaille
    • une cuillère à soupe de miel
    • 3 cuillères à soupe de sauce Kikkoman
    • 2 cuillères à soupe de citron
    • 3 cuillères à soupe d'huile neutre
    • huile d'olive

    Faire mariner le poulet dans l'huile, le citron, la sauce Kikkoman et le miel.

    Séparer les feuilles des tiges et couper ces dernières en deux dans la longueur puis en morceaux (environ quatre par tige).

    Laver feuilles et côtes.

    Verser une cuillère d'huile d'olive dans la poêle et faire revenir l'ail écrasé et le gingembre. Au bout de quelques minutes, ajouter les côtes et laisser cuire quelques instants.

    Recouvrir du bouillon de volaille et faire cuire une dizaine de minutes en couvrant.

    Ajouter les feuilles, saler et poivrer et laisser de nouveau mijoter à couvert pendant une dizaine de minutes.

    Commencer à faire cuire doucement le poulet dans une poêle en l'arrosant régulièrement de la marinade.

    Découvrir le chou et utiliser régulièrement le bouillon pour délayer la marinade et empêcher que le poulet ne brûle.

    A la fin de la cuisson du poulet, verser le chou et le reste du bouillon dans la poêle. Laisser les parfums se mélanger durant cinq minutes et servir.

    Chou_chinois

    Remarques :

    • Le riz blanc est une affreuse concession aux enfants : "Tu manges des légumes ET du riz !"
    • La saveur du pak-choï ainsi mijotée se révèle très douce, alors que simplement cuit au bouillon, c'est un peu "wild", il faut bien l'avouer...
    10 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Revigorant gratin de poireaux aux crozets de sarrasin

    Imprimer Catégories : Légumes

    Trêve de littérature, revenons à des choses sérieuses ! La semaine dernière, nous avons traversé une semaine polaire. Il fallait donc sortir les grands moyens. Ce fut fait. Des crozets au sarrasin bio de chez Markal, des poireaux tout droit sortis du panier, du fromage, et ainsi fut résolue la question du froid. Voici donc un revigorant :

    GRATIN DE POIREAUX AUX CROZETS DE SARRASIN

    Pour 5, il faut :

    • 5 jolis blancs de poireaux (utilisez le vert dans la soupe)
    • 200 g de crozets de sarrasin
    • 125 g de fromage (j'ai pris celui qui traînait au frigo, c'était un mélange pour pizza...)
    • 20 cl de crème fraîche
    • 7 cl de vin blanc sec
    • un cube de bouillon de volaille
    • une branche de thym
    • sel et poivre

    Nettoyer les poireaux et les découpez en fines rondelles. Les verser dans une casserole avec du vin blanc, le thym et un peu de sel. Laisser étuver à couvert en remuant de temps en temps, une dizaine de minutes environ.

    Faire cuire les crozets dans une casserole d'eau bouillante salée où vous aurez ajouter le cube de bouillon pendant une bonne dizaine de minutes.

    Préchauffer le four à 180° (th 6).

    Mélanger ensemble les crozets tout justes égouttés, les poireaux, la crème et les trois-quarts du fromage. Saler et poivrer au goût.

    Disposer dans un plat à gratin et terminer le reste de fromage en surface. Faire gratiner une quinzaine de minutes et déguster très chaud.

    Poireaux_p_tes

    Remarques :

    • Vous avez dit "riche" ? je préfère revigorant, après tout, IL FAIT FROID, on vous dit !
    • La recette vient du magazine Saveurs mois de Novembre ("encore?" entends-je), mais il y avait 250 g de Beaufort, j'ai donc allégé...
    • C'est un vrai bonheur !
    8 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Ragoût roboratif de pois chiches et chorizo

    Imprimer Catégories : Légumes

    La recette, je l'ai piquée à Sandra. Quand j'ai vu ce bol - qui j'imaginais fumant - de pois chiches enrobés de sauce tomate, et ces rondelles de chorizo qui me faisaient de l'oeil, je me suis dit que c'était une recette à essayer sans tarder ! De surcroît, j'avais un sachet de pois chiches tout droit venus d'Italie qui m'attendait depuis quelques semaines. Alors hier, il faisait froid, nous nous sommes réchauffés autour de ce ragoût.

    Bien évidemment, j'ai "enrichi" un peu la recette. Là où Sandra conseillait de mettre ail, oignons, pois chiches, tomate et eau, je n'ai pu m'empêcher de faire revenir les oignons dans l'huile d'olive, avant de les colorer avec le chorizo doux. Et j'ai glissé du thym et du laurier dans la cocotte... Et puis comme le père de famille a pensé que des pois chiches bruts, ce serait brutal, justement, pour nos petits, il a suggéré une semoule pour accompagner la sauce. Ainsi avons-nous customisé le ragoût catalan. Voici donc le :

    RAGOÛT ROBORATIF DE POIS CHICHES ET CHORIZO

    Pour 4, il faut :

    • 400 g de pois chiches
    • 2 boîtes de tomates en cube
    • un chorizo doux
    • 2 oignons
    • 3 gousses d'ail
    • 2 cuillères à soupe d'huile d'olive
    • une branche de thym
    • deux feuilles de laurier

    Réhydrater les pois chiches huit heures au minimum.

    Émincer les oignons. Les faire revenir dans la cocotte-minute avec l'huile d'olive jusqu'à ce qu'ils deviennent transparents.

    Couper le chorizo en rondelles et l'ajouter aux oignons. Laisser suer deux minutes en remuant régulièrement.

    Égoutter les pois chiches, les rincer et les verser dans la cocotte, avec les tomates, l'ail coupé en deux, le thym et le laurier. Utiliser une des boîtes de tomates pour verser deux boîtes et demi d'eau.

    Fermer la cocotte et la faire monter en pression, soupape en position 2. Lorsque la vapeur chuchote, baisser le feu et laisser cuire trente minutes.

    Finir la cuisson en laissant mijoter, sans couvercle, une vingtaine de minutes.

    servir (éventuellement) avec une semoule-minute.

    Rago_t_de_pois_chiche

    Remarques :

    • Comme le dit Sandra, plus c'est réchauffé, plus c'est bon ! Donc acte.
    • La semoule, c'est une idée, mais... pas indispensable !
    9 commentaires Pin it! Lien permanent