Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

apéritif

  • Blinis au saumon fumé

    Imprimer Catégories : Apéritif

    Les anciens Slaves ont créé les blinis ronds et blonds pour en faire un symbole d'hommage au soleil. Traditionnellement on les cuisait à la fin de l'hiver pour célébrer la renaissance de l’astre solaire. (Source : Mon P'tit Régal - hors-série n°7). Alors certes nous sommes encore loin de la fin de l'hiver, mais ces mini-blinis accompagnent parfaitement les apéritifs qui fêtent notre entrée dans cette nouvelle année; voici donc les :

    BLINIS AU SAUMON FUME

    Pour une trentaine de blinis, il faut :

    • 150 g de farine
    • 2 œufs
    • 10 g de levure de boulanger
    • 20 cl de lait
    • sel et poivre
    • beurre

    Pour la garniture

    • 150 g de saumon ou truite fumé(e)
    • un blanc d’œuf
    • un pot de ricotta
    • sel et poivre
    • de la ciboulette
    • quelques gouttes de jus de citron

    Séparer les blancs des jaunes.

    Verser la farine, la levure, et bien mélanger.

    Faire tiédir le lait et ajouter les jaunes. Mélanger au fouet, saler et poivrer. Intégrer au mélange farine-levure.

    Battre les blancs en neige et les incorporer à la pâte.

    Laisser reposer une heure au réfrigérateur.

    Battre la ricotta, saler et poivrer, ajouter quelques gouttes de citron.

    Battre le blanc en neige et l'incorporer à la ricotta.

    Ciseler la ciboulette et l’intégrer, en réservant quelques brins pour la décoration.

    Trancher le saumon en petits carrés.

    Dans une poêle, faire chauffer du beurre et déposer de petits tas de tas de pâte. Retourner le blini quand de petites bulles se sont formées à la surface et laisser cuire encore une minute.

    Laisser refroidir puis tartiner le blini de crème, déposer le morceau de poisson fumé et ajouter un éclat de ciboulette.

    cuisine, apéritif, saumon, blinis

    Remarques :

    • Vous pouvez utiliser du saumon mariné, moins salé.
    • Et remplacer les brins de ciboulette par des œufs de saumon.
    1 commentaire Pin it! Lien permanent
  • Les "Garlic Toasts" d'Apple ou les petits pains à l'ail de Gwyneth

    Imprimer Catégories : Apéritif

    Rappelez-vous, je vous avais déjà parlé d'Apple, la fille de Gwyneth PALTROW. La voici de retour à travers le livre de recettes qu'a publié sa maman. Oui, je sais, moi aussi, lorsqu'on m'a dit "livre de recettes de Gwyneth PALTROW", avec sa ligne haricot vert, sa copine Madonna, ses menus macro-bio et autres on-dit (il paraît qu'elle mange tous les matins une omelette aux blancs d'oeufs, sans rien d'autre !!!), j'ai un peu gloussé. D'accord la dame a un site, Goop, et alors ? C'est tendance, voilà tout.

    Sauf que... Le livre de Gwyneth PALTROW se révèle une très jolie surprise. Son prix, d'abord : un gros bouquin, bien carré, bien épais, pour 19,90€. Ses recettes ensuite : cent cinquante recettes qui vont de l'entrée au dessert, des plats qui s'adaptent aux grandes tablées comme aux petites familles, du végétarien, du pas végétarien, du bio, du "normal", bref, de l'accessible. Enfin, et c'est la jolie surprise, c'est moins un livres de recettes qu'un livre de souvenirs. Le titre original est d'ailleurs My Father's Daughter, autrement "la fille de son père" et c'est en effet un très bel hommage qu'elle rend à son père, d'abord, qui a su lui donner le goût et l'envie du bon, du plaisir, de la convialité autour de la table, mais aussi à sa mère, ses grands-parents ou même... la famille qui l'a hébergée quelques temps en Espagne !

    Tout cela compose un livre assez original en son genre, à la fois carnet de recettes et autobiographie. Alors, bien sûr, on peut accrocher - ou non - à cette manie assez américaine de mettre de l'intime et de l'enthousiasme un peu partout, mais il en reste un bouquin très sympathique, que l'on peut consulter régulièrement, que ce soit par plaisir ou par nécessité.

    Rien de révolutionnaire, je vous l'ai dit, dans les recettes, mais j'avoue que j'ai bien aimé notamment ces "garlic toasts" selon Miss MARTIN PALTROW, qui me rappelaient les morceaux de pain que nous dégustions à l'apéritif, dans les Cyclades, arrosés de l'huile d'olive du cru. Voici donc les :

    PETITS PAINS A L'AIL

    Pour une quinzaine de toasts, il faut :

    • du pain (!)
    • de l'huile d'olive, la plus douce possible
    • du sel
    • de l'ail

    Faire griller le pain coupé en rondelles.

    Frotter les tranches grillées avec des gousses d'ail.

    Arroser - très - généreusement d'huile d'olive.

    Saupoudrer de gros sel.

    pain à l'ail.jpg

    Servir avec un petit rosé bien frais (à consommer avec modération, bien sûr) et c'est encore les vacances !

    Remarques :

    • Mademoiselle PALTROW conseille une ciabatta bien fraîche ou un pain de campagne, je serai plus économe et vous dirai que du pain un peu rassis fait aussi bien l'affaire !
    • Attention à ne pas vous emballer sur l'ail, cela "accroche" bien le pain... à vos risques et périls !

    3 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Verrine de glace de foie gras et son chutney de figue

    Imprimer Catégories : Apéritif

    Depuis quelques semaines, une épicerie fine a ouvert dans ma ville. Son propriétaire tenait auparavant avec un associé un restaurant où l'on se régalait avec originalité. Dire que c'était notre cantine serait peut-être un peu présomptueux, car après un verre de Tarriquet, une tarte à l'andouillette ou un fondant au chocolat et son caramel de beurre salé, nous n'étions pas au summum de nos possibilités pour attaquer l'après-midi, mais c'était un endroit où il faisait bon venir se faire plaisir.

    La boutique est à son image : conviviale et.... succulente ! Et elle regorge de produits qui ont le chic pour relever les plats et apporter une petite touche d'originalité. C'est ainsi que j'y ai découvert la glace au foie gras. Inédite, séduisante, mais qu'en faire ? j'ai opté finalement pour des verrines apéritives et voici donc la :

    VERRINE DE GLACE DE FOIE GRAS ET SON CHUTNEY DE FIGUE

    Pour une dizaine de verrines, il faut :

    • 250 g de figues
    • un oignon
    • 50 g de raisins secs
    • une demi-pomme
    • 90 g de cassonade
    • 1,5 dl de vinaigre de cidre
    • une demi-cuillère à café de cinq-épices
    • une demi-cuillère à café de gingembre frais
    • une demi-cuillère à café de sel
    • une poignée de noisettes
    • de la glace au foie gras

    Faire tremper les raisins dans de l'eau tiède.

    Préparer le chutney en coupant en petits cubes l'oignon, les figues et la pomme.

    Dans une cassserole, faire chauffer le vinaigre et la cassonade jusqu'à dissolution.

    Y plonger les raisins, les figues, les pommes et les oignons (tout en morceaux).

    Saupoudrer d'épices, saler et ajouter le gingembre.

    Remuer doucement puis baisser le feu pour laisser mijoter pendant une bonne heure afin que le liquide s'évapore. Réserver.

    Concasser les noisettes et les faire torréfier à sec dans une poêle.

    Dresser en déposant une cuillère à soupe de chutney au fond d'une verrine, saupoudrer de noisettes, poser une boule de glace et ajouter encore quelques noisettes.

    Servir sans attendre.

    verrine.jpg

    Remarques :

    • Vous pouvez utiliser des figues fraîches ou congelées (P... au hasard)
    • Vous trouverez cette glace au foie gras dans les épiceries fines (enfin, dans la mienne, elle y est !)
    2 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Parce qu'on dirait que c'est encore l'été : fougasse et poivrons marinés

    Imprimer Catégories : Apéritif, Légumes, Pains

    Je sais, je sais, l'été, c'est jusqu'au 20 septembre, mais il n'empêche, avec cette rentrée qui nous est tombée dessus, voilà qu'on se met en mode automne. Finies les envies de petit top décolleté, fini le vernis aux couleurs flashy, les orteils rentrent sagement dans leurs chaussures fermées - histoire de les habituer - et... finis les apéros qui s'éternisent en refaisant le monde, parce que c'est pas tout, mais demain, on bosse !

    Alors en attendant, et afin d'avoir encore un peu l'impression d'être resté en mode vacances, je vous propose cette recette, estivale à souhait. Voici donc la :

    FOUGASSE ET SES POIVRONS MARINES

    Pour 4-6 personnes, il faut :

    • 4 à 6 poivrons rouges
    • 370g de farine type 65
    • un sachet de levure de boulanger
    • 23 cl d'eau
    • deux gousses d'ail
    • vinaigre balsamique
    • huile d'olive
    • sel et poivre
    • origan séché

    Laver et essuyer les poivrons. Les mettre au four à 200° jusqu'à ce que la peau boursoufle et noircisse. Sortir et laisser refroidir.

    Dans la MAP, verser la farine, une cuillère à café de sel, une cuillère à café d'origan, une cuillère à soupe d'huile d'olive, la levure et arroser d'eau tiède. Faire tourner la machine en programme "pâte seule".

    Peler les poivrons, les épépiner et les couper en lamelles. Déposer dans un récipient creux.

    Peler et écraser l'ail. Ajouter une pincée de sel, un tour de moulin à poivre, une demi-cuillère à soupe de vinaigre balsamique, trois cuillères à soupe d'huile d'olive et mélanger. Verser le tout sur les poivrons, saupoudrer d'origan et laisser reposer au frais au moins deux heures.

    Lorsque le programme est terminé, diviser la pâte en deux morceaux et les étaler sur une plaque préalablement huilée. Laisser reposer une heure.

    Faire préchauffer le four à 200°. Enfoncer la pâte à intervalle régulier afin de faire des trous, asperger d'une lichette d'huile d'olive, d'un peu de sel de guérande et enfourner pour une vingtaine de minutes.

    Servir à peine refroidie, accompagnée des poivrons.

     

    poivrons marinés sur fougasse.jpg

    Remarques :

    • Les poivrons sont encore meilleurs faits la veille.
    • Vous pouvez utiliser également des poivrons jaunes et orange, c'est joli.

     

    7 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Cigarettes provençales et mousse de tomates confites pour un Apéro Fada

    Imprimer Catégories : Apéritif

    Allez savoir pourquoi, lorsque l'on m'a demandé de réalisé un Apéro Fada pour Puget, mon cerveau s'est mis en mode voyageur. Il faut dire que la mallette le suggérait :

    De la tapenade, du confit de tomates séchées, des olives, tout parlait de soleil, de senteurs provençales. Des envies de croustille, aussi, de petites choses que l'on grignoterait comme ça, sans y penser autour d'un verre avec des amis... C'est ainsi que j'en suis arrivée aux cigarettes russes. Les cigarettes russes, vous connaissez ? Eh bien, imaginez qu'on les délocalise, le temps d'un apéritif... Qu'on les sorte des recettes sucrées et qu'on les associe à une mousse salée, de tomates confites par exemple. C'est ainsi que j'ai abouti à cette recette qui peut se dissocier, d'ailleurs. Voici donc les :

    CIGARETTES DE TAPENADE ET MOUSSE DE TOMATES CONFITES

    Pour une quarantaine de cigarettes, il faut :

    Pour la mousse, il faut :

    Préparer les cigarettes provençales :

    Couper chaque feuille de brick en quatre.

    Tartiner très légèrement (une couche transparente) la base large du quart de cercle de tapenade et rouler très serrée la cigarette. Au dernier tiers, passer un pinceau beurré sur le triangle restant (encore non roulé) et finir la cigarette en roulant toujours très serrée et en la déposant pointe dessous, afin qu'elle ne se défasse pas.

    Préchauffer le four à 180° (th. 6).

    Badigeonner de beurre les cigarettes alignées et enfourner. Cuire les cigarettes cinq minutes environ.

    Préparer la mousse :

    Faire chauffer dans une casserole la crème fraîche et le confit de tomate.

    Faire tremper dans l'eau froide les feuilles de gélatine.

    Lorsque le mélange bout, arrêter le feu et essorer les feuilles de gélatine avant de les faire fondre dans le mélange en remuant bien.

    Filtrer au chinois la préparation et la verser dans un siphon.

    Ajouter une cartouche de gaz et mélanger.

    Laisser reposer au réfrigérateur pendant trois heures minimum.

    Le dressage :

    Verser la mousse dans un joli plat et disposer autour les cigarettes.

    Asseyez-vous avec vos invités, riez, dégustez !

    Remarques :

    • Si vous n'avez pas de siphon, montez votre crème en chantilly et incorporer délicatement le confit.
    • Vous pouvez préparer les cigarettes à l'avance et les cuire au dernier moment : elles seront tièdes et croustillantes.

    ET MAINTENANT, LE CONCOURS !

    Parce que vous aussi, vous pouvez recevoir la même mallette en osier pleine de bonnes choses, idéale pour délocaliser votre apéro ou tout simplement partir en pique-nique ! Mais pour ce faire, il va falloir travailler un peu...

    CONCOURS DE L’ETE : LIRE, GOÛTER, DEGUSTER

    Les vacances, c’est le moment du farniente : on se pose, on bouquine et on se retrouve pour l’apéro !

    Afin de pouvoir pratiquer tout cela dans de bonnes conditions, je vous propose un petit jeu, qui va vous permettre d’aller piocher du côté de ma rubrique Littérature gourmande de quoi satisfaire vos envies de lecture. Et puis, histoire que votre cerveau ne reste pas inactif trop longtemps, je vais vous soumettre dix questions tirées de ces lectures. Enfin, comme toute peine mérite salaire, celui qui répondra sans faute et le plus précisément possible aux questions se verra offrir un kit Apéro fada Puget.

    Je vous rappelle que vous pouvez vous aider de l’index des livres et de leurs extraits : http://www.macuisinerouge.com/archive/2006/06/17/index-des-extraits-de-litterature-gourmande.html. Bonne chance !

    Indice : ce sont globalement des recettes estivales…

    Question 1 : Quel auteur propose cette recette de volaille : Quatre petits poulets, fendus par moitié, frappés du plat de la hachette, salés, poivrés, bénits d'huile pure, administrée avec un goupillon de pebreda dont les folioles et le goût restent sur la chair grillée ?

    Question 2 : Quel est l’étal préféré de Marina De Blasi ?

    Question 3 : Qui prépare des soufflés [qui] seraient allés se coller au plafond tant ils étaient légers, volatils, immatériels ?

    Question 4 : Qui s’est vu servir lors d’un voyage en Italie des croûtes aux truffes noires de Norcia ?

    Question 5 : Qui aime l’ail en souvenir de la première fille qu’il a embrassé qui sentait cette odeur ?

    Question 6 : Avec quel fruit l’auteur de ce livre a l’impression d’avoir sept ans de nouveau, plus rien n'a d'importance que la force avec laquelle[elle]presse les graines entre [ses] doigts pour les lancer devant [elle],et les dessins que [elle]trace à la cuiller dans la chair juteuse ?

    Question 7 : Dans quel roman peut-on trouver à la carte le plat suivant : Huîtres en coquille et saucisses maison au cognac, pistaches + truffes noires - servies avec une crème de raifort au Bushmills ?

    Question 8 : Chez qui peut-on manger des moules grosses comme le pouce, farcies avec un mélange à base d'œufs, de mie de pain et de fromage. Des anchois marinés dont la chair était ferme et fondait sous la langue. Des pointes de poulpes. Une salade de tomates et de chicorée. Quelques fines tranches d'aubergines grillées. Des anchois frits ?

    Question 9 : Chez quelle famille et dans quelle ville peut-on petit-déjeuner ainsi : Il y avait des olives noires, des poivrons rouges farcis aux olives vertes, du fromage frais, du fromage tressé, du fromage de chèvre, des œufs durs, des gâteaux au miel, de la sauce buffalo, de la confiture d'abricot et de la confiture de fraise faite maison et de tomates à la menthe et à l'huile d'olive, présentés dans de jolies coupes en porcelaine ?

    Question 10 : Dans quel roman trouve-t-on legâteau idéal pour une journée froide : parfumé au gingembre, sucré mais fort ?

    Réponses à renvoyer avec vos nom, prénom et adresse (si vous voulez recevoir votre cadeau) à l’adresse suivante : lire.gouter.deguster@gmail.com

    Article sponsorisé

    Partage propulsé par Wikio

    2 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Velouté d'huîtres tiède

    Imprimer Catégories : Apéritif

    Pour finir cette année 2009 sur une note raffinée, je vous propose pour ce soir cet amuse-bouche (qui peut devenir entrée si vous augmentez les quantités) ultra simple à réaliser, sachant se réserver au réfrigérateur en attendant son heure, et qui ravira les amateurs d'huîtres comme les autres, ceux qui craignent "la texture" de l'huître crue. Ici, elle est pochée mais a gardé son goût iodé. Voici donc le :

    VELOUTE D'HUÎTRES TIEDE

    Pour 6 verrines, il faut :

    • 12 huîtres (les numéros trois sont parfaites)
    • un poireau
    • 30 g de beurre
    • 4 cuillères à soupe de vin blanc
    • 6 cuillères à soupe de crème fraîche

    Ouvrir les huîtres et récupérer le jus.

    Filtrer le jus et y mettre les huîtres. Faire chauffer doucement dans une casserole et arrêter dès que pointe l'ébullition.

    Égoutter les huîtres et réserver le jus.

    Laver et émincer un poireau. Le faire suer sans colorer dans le beurre pendant quelques minutes en remuant sans arrêt. Verser le vin blanc et laisser réduire. Lorsqu'il n'y en a presque plus, ajouter cette préparation au jus d'huître ; verser la crème fraîche, 6 huîtres et mixer finement le tout.

    Passer la préparation obtenue au chinois et la réserver en attendant le service.

    Déposer au fond d'une verrine (ou d'une flûte à champagne, pour faire festif) une huître et verser le velouté préalablement tiédi. Déguster...

    Velouté d'huître tiède.jpg

    Je vous souhaite une excellente fin d'année 2009 et plein de bonnes choses pour 2010 !

    7 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Roulés de jambon au pavot pour apéros surprise

    Imprimer Catégories : Apéritif

    Depuis quelques jours, on sent qu'on y est. Qu'on a commencé à passer de l'autre côté. Celui des jours plus longs, des températures plus douces. On se prend à rêver de robes légères, de sandales, voire de maillot de bain. On a enfin envie de remettre le nez dehors après dix-huit heures, au lieu de se calfeutrer chez soi bien au chaud. Eh oui, le printemps pointe le bout (le tout petit bout, attention) de son nez. Alors, pour ne pas l'effrayer tout de suite avec des envies de barbecue, voici de quoi agrémenter les apéritifs improvisés. Du pain de mie, du jambon, on a tous (ou presque) ça sous la main. Voici donc les :

    ROULES DE JAMBON AU PAVOT

    Pour une vingtaine de roulés, il faut :

    • 5 tranches de pain de pie
    • 3 tranches de jambon
    • du beurre
    • des graine de pavot

    Ecroûter le pain de mie et écraser-le au rouleau à pâtisserie pour qu'il soit le plus plat possible.

    Le tartiner de beurre et monter le sandwich avec une tranche de pain de mie, une demi-tranche de jambon et une autre tranche de pain.

    Rouler le sandwich le plus serré possible et l'envelopper de film fraîcheur. Le laisser prendre forme au réfrigérateur au moins une demi-heure.

    Au moment de servir, beurrer rapidement l'extérieur du pain et les rouler dans des graines de pavot. Couper des tronçons de trois centimètres et présenter.

    Noël 026.jpg

    Remarques :

    • Recette déclinable à l'envie : on peut remplacer le beurre par du fromage frais ou du fromage aux herbes...
    • ... ou le jambon par du saumon ou de la truite fumé...
    • Les quantités données sont modulables : tout dépend de la taille de vos tranches de pain de mie et de celles de votre jambon !
    10 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Triangles fondants

    Imprimer Catégories : Apéritif

    On devrait toujours avoir des feuilles de brick dans son réfrigérateur. Parce que c'est l'assurance de boucler en un clin d'oeil de savoureuses petites choses. Ainsi vendredi soir, apéritif. L'idée était simple : outre les toasts de tapenade, picorer plein de petits trucs en les trempant dans du guacamole et de la suce aux herbes. Sauf que... au moment de préparer le plateau, impossible de trouver le guacamole ! Alors que faire ? improviser des feuilletés alors que la pâte est encore au congélateur ? Et que le plateau de fromage du week end dernier est encore dans le réfrigérateur ? Certes bien entamé, mais justement...

    Et c'est parti pour des triangles fondants, à la mozzarelle artisanale, au reblochon et au Saint Félicien ! Voici donc les :

    TRIANGLES FONDANTS

    Pour une vingtaine de triangles, il faut :

    • 10 feuilles de brick
    • des fromages à pâte molle : ici, c'était reblochon, mozzarelle et Saint Félicien
    • de la poudre de curry
    • du piment doux
    • 50 g de beurre

    Préchauffer le four à 180°.

    Couper les feuilles de brick en deux et les badigeonner au fur et à mesure de beurre fondu.

    Pour les triangles à la mozzarelle : saupoudrer la demi-feuille de brick de poudre de piment, plier la feuille en deux de manière à obtenir une bande de cinq centimètres environ. Placer l'équivalent d'une cuillère à café de fromage et rabattre le coin externe de manière à former un triangle. Plier ce triangle sur lui-même jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de feuille - cela paraît compliqué à écrire mais quand on a pigé le truc, c'est enfantin et hyper rapide !

    Déposer les triangles au fur et à mesure de leur confection sur une plaque de cuisson.

    Pour les triangles au reblochon : saupoudrer la demi-feuille de brick de poudre de curry, plier la feuille en deux de manière à obtenir une bande de cinq centimètres environ. Placer l'équivalent d'une cuillère à café de fromage et rabattre le coin externe de manière à former un triangle. Plier ce triangle sur lui-même et papati et patata...

    Pour les triangles au Saint Félicien, se contenter du fromage, sans ajouter d'épices, donc... plier la feuille en deux de manière à obtenir une bande de cinq centimètres environ, etc. etc...

    Enfourner pour une dizaine de minutes et servir sans attendre.

    Triangles fondants.jpg

     

    Remarques :

    • Délicieux bien chaud et croustillants, ces triangles deviennent vite caoutchouteux une fois refroidis - mieux vaut les cuire au fur et à mesure.
    • Vous pouvez essayer avec plein de fromages différents : brie, morbier, etc...
    11 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Pourquoi cuisine-t-on ? et petits roulés de crêpes au saumon

    Imprimer Catégories : Apéritif

    L'énorme lieu commun que de dire "je ne sais pas cuisiner" ! Dites plutôt : "Je n'ai pas envie de cuisiner". Et ne voyez là aucun jugement sur l'expression de ce désir, ou plutôt de ce non-désir : chacun a le droit de faire et surtout d'éprouver ce qu'il veut.

    Parce que pourquoi cuisine-t-on ? (et je ne parle ici du basique alimentaire répondant au sempiternel "Qu'est-ce qu'on mange ?") Qu'est-ce qui fait que l'on a envie de faire bien et de faire bon ? Vaste question où entrent pleins de choses aussi différentes que la gourmandise personnelle, l'envie d'être aimé, le désir de susciter l'admiration ou encore le refus d'être assimilé à "ça" (c'est souvent une réaction féminine : on ne veut pas être ramenée à ce rôle traditionnellement bonbonne, alors non, moi, je ne sais pas cuisiner !) ou de ressembler à sa mère...

    L'erreur la plus souvent commise par ceux qui ne cuisinent pas, c'est de dire "Je rate toujours tout !". Ce qui est souvent le cas, cargénéralement ces mêmes personnes, lorsqu'elles décident de cuisiner, se lancent toujours dans des préparations délirantes : le genre de chose qui réclame cinquante ingrédients, une dizaine de casseroles et quatre heures de travail intense. Le résultat : souvent raté, parce que vous en avez ras-le-bol et finissez par tout bâcler... si vous êtes arrivé au bout... Et je passe sur le moment d'intense solitude quand, après avoir réussi les étapes trois à six (les plus périlleuses), vous vous plantez sur l'avant-dernière !

    Eh bien, rien de tout cela avec la recette que je vous propose aujourd'hui. Délicieuse, enfantine et jolie à regarder, elle a tout pour plaire ! Voici donc les :

    PETITS ROULES DE CRÊPES AU SAUMON

    Pour une vingtaine de bouchées, il faut :

    • 4 crêpes à la farine de sarrasin, dont vous trouverez la recette ici, mais que vous pouvez acheter toutes faites
    • 4 tranches de saumon (ou de truite fumée)
    • un fromage aux ails et fines herbes, genre Boursin

    Etaler les crêpes.

    Les tartiner de fromage aux herbes. Généreusement !

    Poser dessus les tranches de saumon fumé.

    Rouler les crêpes sur elles-même (c'est la partie la plus délicate, c'est dire si c'est difficile) - on a le droit de se pourlécher les doigts quand ça dépasse.

    Envelopper les rouleaux obtenus dans du film fraîcheur et laisser au réfrigérateur jusqu'au moment de servir.

    Trancher les rouleaux en tronçons de deux ou trois centimètres et présneter.

    crêpe.jpg

     

    Remarques :

    • Vous pouvez varier les plaisirs : utiliser de la mayonnaise et du jambon blanc, mettre de la viande de renne séché comme on en trouve chez Ikea (ça fera plaisir aux enfants, de manger l'attelage du Père Noël...)
    • Ne tranchez pas trop petit : le rouleau se déferait.
    12 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Gressins pour l'apéro... et Gontran toujours...

    Imprimer Catégories : Apéritif

    Ah, décidément, on ne se lasse pas d'une équipe qui gagne... même si cette équipe n'est composée que d'une personne, à savoir l'éternel Gontran CHERRIER. Car oui, c'est encore dans son livre Gontran fait son pain que j'ai extrait cette recette de gressins. Le résultat ? un bonheur pour l'apéritif, à déguster nature ou trempé dans un caviar d'aubergine par exemple. Voici donc les :

    GRESSINS DE L'APERO

    Pour 5-6 personnes, il faut :

    • une cuillère à café de levure sèche
    • 12 cl d'eau
    • 4 cuillères à soupe d'huile d'olive
    • 250 g de farine
    • une cuillère à café de sel
    • pour la garniture : des herbes de Provence, des olives coupées en morceaux, des graines de pavot, de sésame...

    Délayer la levure dans l'eau et ajouter l'huile d'olive. Verser dans la MAP, puis ajouter la farine et le sel.

    Lancer la machine pour un programme "pâte seule" (1h30).

    Préchauffer le four à 210°.

    Diviser la pâte en autant de "parfums" que vous vouklez et pétrissez rapidement avec ces ingrédients.

    Sur un plan de travail, étaler la pâte avec un rouleau à pâtisserie pour obtenir une épaisseur de 0,5 cm. Couper des lanières d'environ 0,5 cm et les poser sur la plaque du four. Saupoudrer éventuellement encore de graines en humidifiant alors légèrement la surface des gressins.

    Faire cuire dix minutes.

    gressins

    Remarques :

    • Pour "l'aromatisation", c'est affaire de choix : j'ai ajouté quant à moi des olives noires, des herbes de Provence, du pavot et du sésame, mais vous pouvez tout oser !
    • Veiller à ne pas les faire trop cuire : ils sont bons moelleux !

    6 commentaires Pin it! Lien permanent