Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dessert - Page 7

  • Gâteau court et dodu appelé Petite Madeleine...

    Imprimer Catégories : Desserts

    Il y avait déjà bien des années que, de Combray, tout ce qui n'était pas le théâtre et le drame de mon coucher, n'existait plus pour moi, quand un jour d'hiver, comme je rentrais à la maison, ma mère, voyant que j'avais froid, me proposa de me faire prendre, contre mon habitude, un peu de thé. Je refusai d'abord et, je ne sais pourquoi, me ravisai. Elle envoya chercher un de ces gâteaux courts et dodus appelés Petites Madeleines qui semblent avoir été moulés dans la valve rainurée d'une coquille de Saint-Jacques. Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d'un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j'avais laissé s'amollir un morceau de madeleine. Mais à l'instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d'extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m'avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. Il m'avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu'opère l'amour, en me remplissant d'une essence précieuse : ou plutôt cette essence n'était pas en moi, elle était moi.

    Marcel PROUST, Du Côté de chez Swann, 1913.

    Non, vous ne vous êtes pas égarés dans ma rubrique "Littératures gourmandes", il s'agit bien d'une recette. Mais je n'ai pas résisté à vous servir en préambule ces lignes de Marcel PROUST que je trouve absolument fabuleuses : tout est pesé, tout tombe parfaitement, comme du Saint-Laurent dirait Carla BRUNI, pas un mot de trop, et surtout, cette précision du sentiment, cette perfection dans la restitution de la sensation. Oserais-je après cela vous servir mes madeleines à moi ? Oui, j'ose. Voici donc mes :

    PETITES MADELEINES

    Pour une trentaine de madeleines, il faut :

    • 120 g de farine
    • 180 g de sucre
    • 5 oeufs
    • 200 g de beurre
    • 2 cuillères à café d'extrait de vanille liquide
    • un sachet de levure
    • une pincée de sel

    Faire fondre le beurre.

    Battre les oeufs avec le sucre et la vanille.

    Ajouter la farine, mêlée à la levure et au sel. Ajouter ensuite la farine et bien mélanger.

    Laisser reposer une heure.

    Préchauffer le four à 180° (th 6) et remplir les moules. Enfourner et cuire une petite vingtaine de minutes. Démouler les madeleines encore chaudes et laisser refroidir sur une grille.

    madeleines_001

    Remarques :

    • C'était ma première recette de madeleine : la prochaine fois, je mettrai moins de beurre et de sucre.
    • Petit conseil : utiliser des moules en silicone et les poser bien à plat sur la grille, sinon, la pâte va s'enfuir. Je le sais, je l'ai testé !

    MADELEINES

    11 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Mardi-Gras sponsorisé

    Imprimer Catégories : Desserts

    Mon ASTRO 2007 de ELLE me l'avait prédit : "Après les vaches maigres de Saturne, sa solitude, ses poids, ses désillusions, voici jupiter et ses vaches grasses ! (...) Voici de nouvelles têtes, d'autres champs d'action, des chances de vous épanouir moralement et matériellement." Eh bien tout ça, c'est vrai, ça marche !

    Moralement d'abord, puisque depuis quelques semaines, je reçois plein de messages extrêmement gentils concernant ce blog et ses contenus, ce qui flatte énormément mon ego, et matériellement ensuite, puisque via Ma Cuisine rouge, Francine la farine bien connue m'a proposé de sponsoriser mon Mardi-Gras. Oh, je n'ai pas l'outrecuidance de penser être la seule élue, mais néanmoins, je dois dire que j'ai sauté sur l'occasion puisque depuis des mois, la Francine fluide est introuvable dans les rayons de mon hyper, et que mon verre doseur est fendu. Or monsieur Francine me proposait un paquet de farine ET un verre pour tester la fameuse recette qu'ils ont imaginé : 4-3-2-1.

    Ce matin, j'ai donc reçu mon paquet. Et là, petite surprise : il ya avait bien un verre, mais de doseur point : c'était un joli verre tout rond, certes, mais tout verre aussi. En même temps, pour appliquer leur recette-miracle, il n'en fallait pas plus. J'ai donc décidé de ne PAS faire ma recette habituelle et de tester la recette Francine. Voici donc les :

    CRÊPES FRANCINE

    Il faut :

    • 4 verres de lait
    • 3 oeufs
    • 2 verres de farine
    • une pincée de sel
    • un sachet de sucre vanillé
    • une cuillère à soupe de fleur d'oranger
    • une cuillère à soupe d'huile

    Mélanger le sel, le sucre, les oeufs et la farine. Ajouter le lait petit à petit, puis la fleur d'oranger.

    Laisser reposer une heure au moins. Au moment de faire les crêpes, ajouter l'huile.

    Graisser la poêle et... agissez !

    cr_pes_002

    Remarques :

    • J'ai franchement été dubitative durant la préparation : je trouvais ma pâte trrrès liquide, mais en fait non ! Les crêpes sont légères, un peu croustillantes sur les bords, très bonnes, quoi !

    • On peut sucrer davantage, ou changer l'aromatisation, tout est possible !

    cr_pes_004

    5 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Le retour de la bugne !

    Imprimer Catégories : Desserts

    Eh oui, ça y est, c'est reparti : Février + Lyon = bugnes. Cette année, j'ai donné dans la version flemmarde : la recette de l'année dernière, mais à la MAP. Voici donc les :

    BUGNES VERSION MAP

    • 1,5 dl de lait
    • un sachet de levure de boulanger lyophilisée
    • 75 g de beurre demi-sel
    • 350 g de farine
    • 1 pincée de sel
    • 50 g de sucre
    • Le zeste d'une orange
    • 2 oeufs
    • Huile de friture (aujourd'hui, c'était Frial)
    • Sucre glace

    Verser dans la MAP : le lait, le beurre fondu, les oeufs, le zeste d'orange, la farine, le sucre et la levure de boulanger. Lancer un programme Pâte seul et attendre une heure trente.

    Fariner le plan de travail et étaler la pâte le plus finement possible. Découper les bugnes puis les inciser en leur centre pour passer la pâte à l'intérieur.

    Faire frire rapidement les bugnes sur chaque face et les saupoudrer de sucre glace avant de servir.

    cuisine,dessert

    Remarques :

    • J'ai préféré garder les zestes un peu longs plutôt que de les râper, c'est bien meilleur, selon moi...
    • Etaler la pâte le plus finement possible, les bugnes n'en seront que meilleures !

    Et pour les bugnes plates, c'est ICI.

    13 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Cake d'automne - mon délice et mon drame...

    Imprimer Catégories : Desserts

    Que je vous explique le pourquoi de mon titre : j'adore les cakes ! Avec une préférence pour ceux aux fruits secs, que je baptise "d'automne" parce que j'en ai envie. Le problème, c'est qu'à la maison, je suis un peu la seule à les apprécier. Et que un cake entier, même en le mangeant au goûter et au petit-déjeuner trois jours durant, ça finit par faire beaucoup. Néanmoins je persiste. D'abord parce que, je me répète, c'est très bon ; ensuite parce que les fruits secs, c'est très bon pour la santé, tous les magazines vous le diront, et que je trouve plus facile de manger lesdits fruits secs entourés de pâte que natures ! Pour toutes ces raisons, voici donc le :

    CAKE D'AUTOMNE AUX FRUITS SECS

    Pour 4, il faut :

    • 3 oeufs
    • 140 g de beurre demi-sel
    • 200 g de farine à poudre levante
    • 140 g de sucre roux
    • 50 g d'amandes effilées
    • 50 g de noisettes
    • 50 g d'abricots secs
    • 50 g de raisins secs

    Préchauffer le moule à 210° (th 7).

    Battre ensemble les oeufs et le sucre jusqu'à ce que le mélange mousse. Ajouter alors la farine.

    Faire fondre le beurre, l'incorporer au mélange et ajouter éventuellement quelques gouttes de lait pour détendre la pâte.

    Couper les abricots secs en quatre. A l'aide d'une spatule, intégrer à la pâte les amandes, les noisettes, les raisins et les abricots secs.

    Verser la préparation dans le moule et enfourner en ramenant la température à 200°. Puis la descendre à 180° (th 6) au bout de vingt minutes.

    Laisser cuire 50 minutes environ. Tester la cuisson à l'aide d'un couteau.

    Neige_009

    Remarques :

    • Evidemment, avec ces grands froids, rien ne vaut une bonne tranche tartinée de beurre, histoire de préserver son taux d'acides gras !
    • Mais au goûter, avec un thé épicé, c'est fabuleux aussi !

    CAKE_D_AUTOMNE

    13 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Gelée de litchi à la meringue italienne glacée

    Imprimer Catégories : Desserts

    La recherche du dessert parfait est une quête sans fin. Sans compter la relativité de cette perfection : ce soir-là, le dessert parfait, c'était un dessert léger, qui conclue délicieusement le repas sans alourdir les papilles. C'est ainsi que je me suis arrêtée sur la recette proposée par REGAL. Gelée, litchi, meringue, tout me parlait légèreté. Pourquoi italienne, la meringue ? je n'en savais trop rien. Mais j'ai tenté. Le résultat est beaucoup plus photogénique dans les pages de REGAL mais nous nous sommes régalés : doux, frais, léger, c'était bien le dessert parfait. Voici donc la :

    GELEE DE LITCHI A LA MERINGUE ITALIENNE GLACEE

    Pour 6, il faut :

    • 4 oeufs
    • 200 g de sucre semoule
    • un citron
    • 4 feuilles de gélatine
    • 2 boîtes de litchi de 450 g
    • 3 pincées de vanille en poudre
    • 2 pincées de poivre

    Séparer les blancs de jaunes. Battre les blancs en neige ferme et réserver.

    Faire fondre le sucre dans 7 cl d'eau pendant une quinzaine de minutes pour arriver au "petit boulé" (120° selon la recette de Régal, au jugé, tant que le sucre reste blanc mais commence à épaissir selon moi). Ajouter en toute fin quelques gouttes de citron et verser aussitôt ce sirop sur les blancs sans cesser de fouetter jusqu'à ce que le mélange soit bien lisse, brillant et froid. Réserver au moins une heure au congélateur.

    Mettre les feuilles de gélatine à tremper.

    Faire chauffer à feu doux  le sirop d'une boîte de litchis dans une casserole à fond épais. Lorsque le sirop est chaud, arrêter la cuisson. Essorer les feuilles de gélatine et les incorporer au sirop en remuant avec un fouet. Laisser le mélange revenir à température ambiante.

    Verser le sirop tiède dans des verrines et les mettre au réfrigératuer au moins trois-quarts d'heure.

    Couper chaque litchi en quatre ou cinq morceaux. Ajouter le poivre et la vanille et mélanger. Réserver au frais.

    Lorsque la gelée est prise, répartir les litchis dans les verres et recouvrir de meringue. Garder au réfrigérateur jusqu'au moment de servir.

    No_l_004

    GELEE_DE_LITCHI_MERINGUEE

    11 commentaires Pin it! Lien permanent
  • A déguster avec un thé de Noël : gâteau à l'orange et aux graines de pavot

    Imprimer Catégories : Desserts

    Il y avait deux oranges qui traînaient dans la corbeille... Des graines de pavot au fond du placard, attendant de venir décorer d'hypothétiques pains... Le livre de Pascale sur l'étagère... Tous les ingrédients pour produire un savoureux gâteau de goûter, à déguster avec un thé de Noël, doucement épicé. Voici donc le :

    GÂTEAU A L'ORANGE ET AUX GRAINES DE PAVOT

    Pour 8, il faut :

    • 250 g de farine à levure incorporée
    • 25 g de poudre d'amande
    • 175 g de beurre demi-sel
    • 150 g de sucre
    • 4 oeufs
    • 2 cuillères à soupe rases de graines de pavot
    • le jus d'une orange et le zeste d'une autre

    Préchauffer le four à 180° (th 6). Beurrer un moule à gâteau de 23-25 cm.

    Faire fondre le beurre et le mélanger au sucre pour obtenir un mélange crémeux.

    Ajouter les oeufs un par un en mélangeant bien à chaque fois. Incorporer la farine, la poudre d'amande, les graines de pavot et le zeste d'orange râpée.

    Finir par le jus d'orange et bien mélanger.

    Verser la pâte dans le moule et enfourner pendant 25-30 minutes : la lame du couteau doit ressortir sèche.

    10_12_007

    Remarques :

    • J'ai quelque peu modifié la recette de Pascale : elle faisait mettre de la levure, en plus de la farine à poudre levante, ce qui ne me semblait pas très utile : la légèreté du gâteau parle pour lui...
    • Le contraste moelleux du gâteau-croustillant des petites graines est délicieux
    • Je craignais un côté douceâtre, genre biscuits Chamonix de notre enfance, mais pas du tout : l'orange donne un parfum délicat et pas du tout envahissant !

    GATEAU_A_L_ORANGE_ET_PAVOT

    11 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Cake à la farine de châtaigne

    Imprimer Catégories : Desserts

    J'éprouve une grande tendresse pour les cakes d'automne. Ceux où l'on découvre au fil des bouchées des fruits secs, des arômes voluptueux... Ceux que l'on sert avec un thé un peu corsé, pour se réconforter après avoir passé quelques heures au froid... Ceux où l'on décèle des goûts originaux...

    C'est ainsi que dans mon placard dormait de la farine de châtaigne. Oh, j'en avais bien utilisé un peu dans quelques pains, mais néanmoins, une bonne partie du paquet dormait dans mon placard. Feuilletant un des derniers Femme actuelle, je suis tombée sur cette recette. Voici donc, un  peu modifiée, bien sûr, le :

    CAKE A LA FARINE DE CHÂTAIGNE

    Pour 6 personnes, il faut :

    • 150 g de beurre demi-sel
    • 150 g de sucre glace
    • 3 oeufs
    • 150 g de farine à poudre levante intégrée
    • 60 g de farine de châtaigne
    • 50 g d'amandes effilées
    • 50 de pralin
    • une cuillère à café de vanille en poudre

    Mélanger le beurre ramolli et le sucre glace jusqu'à obtenir une préparation crémeuse. Ajouter les oeufs les uns après les autres, puis incorporer les deux farines.

    Préchauffer le four à 180° (th 6). Ajouter à la pâte les amandes, le pralin et la vanille.

    Verser la préparation dans un moule à cake anti-adhésif et cuire 30 minutes au four th 6, puis 15 minutes  th 5.

    Laisser refroidir avant de démouler.

    cake_001

    Remarques :

    • Contrairement à ce que ses ingrédients pourraient laisser penser, c'est un cake très léger dans sa texture.
    • Le lendemain matin, tartiné de beurre et de confiture de châtaigne (soyons fous !), c'est un délice...

    cake_002

    cake

    8 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Biscuit léger aux poires d'automne

    Imprimer Catégories : Desserts

    Initialement, c'était un biscuit léger de juillet aux abricots. Bon, évidemment, en novembre et avec des poires, il fallait changer le nom. C'est donc devenu un biscuit aux poires. L'idée m'est venue alors que je cherchais une recette qui me permette d'utiliser des poires qui commencer à bletter* dans leur corbeille. La texture de la poire réclamait, selon moi, un biscuit mousseux autour, afin de créer le contraste. Voici donc le :

    BISCUIT LEGER AUX POIRES D'AUTOMNE

    Pour 6, il faut :

    • 3 ou 4 poires bien mûres
    • 20 g de beurre
    • 5 oeufs
    • 70 g de farine
    • 125 g de sucre
    • une pincée de sel

    Faire préchauffer le four (th 6 - 180°). Peler et évider les poires, après les avoir coupé en deux.

    Casser les oeufs et séparer les blancs des jaunes. Ajouter la pincée de sel aux blancs et les battre en neige  ferme.

    Battre les jaunes avec le sucre pour obtenir un mélange mousseux puis incorporer la farine.

    Petit à petit, intégrer les blanc à l'ensemble. La pâte doit faire "le ruban", signe que tout est bien incorporé.

    Beurrer un moule à manqué et verser le tiers de la pâte. Disposer les demi-poires, face bombée vers le bas. Recouvrir du reste de pâte.

    Enfourner et laisser cuire 50 minutes environ, en baissant légèrement (160°) à mi-cuisson.

    Démouler une fois tiédi et déguster, tiède ou froid.

    biscuit_poire_001

    Remarques :

    • Au moment de servir, ce gâteau très raisonnable m'est soudain apparu trop raisonnable. Je l'ai donc nappé de chocolat fondu...

    • L'effet recherché moelleux-fermeté recherché était tout à fait réussi !

    * "bletter" est bien entendu un néologisme, issu de ma pensée dominicale et appartenant à ma théorie de l'évolution de la langue française dont je vous parlerai peut-être un autre jour.

    BICUIT_LEGER_AUX_POIRES

    6 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Une chinoiserie parmi d'autres... part 2

    Imprimer Catégories : Desserts

    Malgré tout, avoir choisi la version slurpique. Donc acte :

    5_11_017

    Voici donc le :

    CHINOIS AU PRALIN

    Pour la brioche, il faut :

    • 55 g de beurre fondu
    • un gros oeuf
    • 10 cl de lait tiède
    • 25 g de cassonade
    • un demi-cuillère à café de sel
    • 260 g de farine
    • un sachet de levure de boulanger

    Pour la garniture :

    • 4 cuillères à soupe de cassonade
    • un oeuf
    • 100 g de pralin

    Mettre dans la MAP le beurre, l'oeuf, le lait, le sucre, le sel, la farine et la levure. Lancer un programme "Pétrissage ou pâte seule".

    Sortir le pâton et le pétrir avant de l'étaler au rouleau pour former un rectangle.

    Battre l'oeuf et l'étaler sur la pâte. Saupoudrer de cassonade et finir par le pralin.

    Rouler l'ensemble en un boudin serré en enroulant la partie longue du rectangle.

    Beurrer un plat rond, type moule à manqué. Couper le boudin en tranches et les disposer dans le plat.

    Laisser reposer une heure, avant de badigeonner le tout avec un oeuf, un peu de lait et 20 g de cassonade. Cuire à 200° une demi-heure environ.

    5_11_016

    Remarques :

    • Rien de particulier, sinon que les deux versions sont excellentes !

    Chinois_au_pralin

    14 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Une chinoiserie parmi d'autres...

    Imprimer Catégories : Desserts

    C'est une chose qui traîne sur les blogs culinaires depuis quelques jours : le chinois. Non, non, je ne parle pas de cette passeoire fine que tout le monde connaît, mais de ce truc à tomber que l'on découvre çà et là, chez Papilles-et-Pupilles. Comme je suis d'un naturel curieux, après avoir salivé devant toutes ces belles photos, j'ai voulu en avoir le coeur net et en savoir plus sur ce chinois.

    Alors le chinois, qu'est-ce ? a priori une brioche fourrée à la crème pâtissière. Déjà c'est appétissant. Sauf que les blogueuses débordent d'imagination et en proposent des variantes... J'avoue avoir hésité : entre la version au pralin de madame Papille et celle amandes-pépites de chocolat de madame Manue, reprise par mamzelle Cri-Cri. Et puis, nécessité faisant loi, j'ai ouvert mes placards. Y ai trouvé de la poudre d'amande et des pépites de chocolat, mais point de pralin. C'est donc la version Manue que j'ai testée - et à peine modifiée ! Voici donc le :

    CHINOIS A LA CREME D'AMANDE ET AUX PEPITES DE CHOCOLAT

    Pour la brioche, il faut :

    • 55 g de beurre fondu
    • un gros oeuf
    • 10 cl de lait tiède
    • 25 g de cassonade
    • un demi-cuillère à café de sel
    • 260 g de farine
    • un sachet de levure de boulanger

    Pour la garniture :

    • 50 g d'amandes en poudre
    • 50 g de cassonade
    • un gros oeuf
    • 50 g de beurre fondu
    • une rasade de rhum
    • une cuillère à soupe de farine
    • une cuillère à café de poudre de vanille
    • 80 g de pépites de chocolat

    Mettre dans la MAP le beurre, l'oeuf, le lait, le sucre, le sel, la farine et la levure. Lancer un programme "Pétrissage ou pâte seule".

    Mélanger tous les ingrédients de la crème d'amande.

    Sortir le pâton et le pétrir avant de l'étaler au rouleau pour former un rectangle. Etaler la crème d'amande dessus puis saupoudrer de pépites de chocolat.

    Rouler l'ensemble en un boudin serré en enroulant la partie longue du rectangle.

    Beurrer un plat rond, type moule à manqué. Couper le boudin en tranches et les disposer dans le plat.

    Laisser reposer une heure, avant de badigeonner le tout avec 10 cl de lait et 20 g de cassonade. Parsemer d'amandes effilées. Cuire à 200° une demi-heure environ.

    Remarques :

    chinois_002

    • N'ayant plus de sucre blanc, j'ai utilisé de la cassonade.
    • N'ayant pas d'arôme d'amande amère, j'ai préféré la vanille...
    • J'ai oublié de saupoudrer d'amandes effilées !

    Chinois

    9 commentaires Pin it! Lien permanent