Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ma Cuisine rouge - Page 6

  • Une heureuse découverte : un nouveau magazine

    Imprimer Catégories : Lectures

    Alors que je farfouillais parmi les couvertures des revues qui s'étalaient devant moi, j'ai fait une jolie découverte : Paprika.

    Paprika.jpg

    Un magazine qui alliait deux de mes passions : la cuisine et les voyages. Et, le hasard faisant bien les choses, le premier numéro consacrait un long dossier à Lisbonne, la ville où nous étions le mois dernier ! C'est donc avec plaisir que j'ai retrouvé des photos ensoleillées qui rappelaient furieusement les nôtres, des gourmandises salées (ah, la Conserveira de Lisboa) et sucrées (les pasteis de Belem - avec la recette !), des rencontres...

    Mais le reste du magazine n'en était pas moins intéressante : entretien avec Antoine de Maximy, rendez-vous gourmands, bref, j'ai passé un excellent moment à feuilleter les pages de ce magazine que je ne peux que vous conseiller (prix de vente : 5€ - abonnement à 25 et Paprika s'engage à reverser 5€ à Action contre la faim) !

    1 commentaire Pin it! Lien permanent
  • En attendant le biopic sur Cloclo...

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Il y avait déjà cette pépite, découverte grâce à Mathieu NOEL :

    Il y a maintenant cette version qui dépote :

    0 commentaire Pin it! Lien permanent
  • "Vous êtes-vous jamais demandé ce que vaut une vie humaine ?"

    Imprimer Catégories : Lectures

    "Mon mari, Andrius, dit que le mal gouvernera le monde jusqu’à ce que les hommes et les femmes de bonne volonté se décident à agir. Je le crois. Ce témoignage a été écrit pour laisser une trace ineffaçable et tenter l’impossible : parler dans un monde où nos voix ont été éteintes. "

    Ne manquez pas ce roman poignant et inoubliable dont je parle ICI.

    A63567.jpg

    "Lina est une jeune lituanienne comme tant d'autres. Très douée pour le dessin, elle va intégrer une école d'art. Mais un nuit de juin 1941, des gardes soviétiques l'arrachent à son foyer. Elle est déportée en Sibérie avec sa mère et son petit frère, Jonas, au terme d'un terrible voyage. Dans ce désert gelé, il faut lutter pour survivre dans les conditions les plus cruelles qui soient. Mais Lina tient bon, portée par l'amour des siens et son audace d'adolescence. Dans le camp, Andrius, dix-sept ans, affiche la même combativité qu'elle"

    Après plusieurs voyages en Lituanie où elle a interviewé des historiens, des psychologues et des rescapés du Goulag, Ruta Sepetys a écrit ce roman inoubliable.

     

    - Je ne vois pas ta mère travailler la terre...
    - Non, répondit Andrius en se penchant vers moi. [...] Et sais-tu pourquoi ?[...]
    Parce qu'ils l'ont menacée de me tuer si elle n'acceptait pas de coucher avec eux. Et le jour où ils seront fatigués d'elle, rien ne les empêchera de me tuer si ça leur chante. Dis-moi un peu, Lina, que ressentirais-tu si ta mère pensait qu'elle devait se prostituer pour te sauver la vie ? [...] A ton avis, que ressentirait mon père s'il savait ça ? Et que ressent ma mère quand elle doit coucher avec les gens qui ont assassiné son mari ?

    Ruta SEPETYS, Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre, 2011.

    2 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Escapade lisboète

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    0.jpgParce qu’envie de changer d’air, de voir monter la température au dessus de zéro et de flâner, comme ça, pour rien, à travers des ruelles tortueuses ou encore traîner au bord de l’eau à la regarder filer, nous nous sommes offert une escapade de quelques jours à Lisbonne.
    Après des jours passés à guetter le thermomètre stagnant désespérément au-dessous de zéro, quel réconfort d’arriver sur un ciel bleu Klein et d’apercevoir, au loin tandis qu’on survole la ville, le pont Vasco de Gama qui élance sa silhouette sur le Tage !

    (1).jpg

    « Première visite à Lisbonne ? » nous demande Nuno, notre hôte lisboète venu nous récupérer pour nous emmener dans sa chambre d’hôte. Nous acquiesçons, encore tout étourdis par la lumière matinale.
    « Alors il faut que je vous montre un peu la ville ! »

    12.jpg


    Et nous voilà partis à l’est, vers le Parc des Nations, ancienne zone industrielle métamorphosée en nouveau quartier ultra moderne lors de l’Exposition de 1998. Les bâtiments défilent, le soleil brille sur les vitres, les rues sont aérées, cela respire.
    Car Lisbonne est une ville de respiration. De part sa situation d’abord, au bord du Tage, entièrement tournée vers la mer, cet océan que les Portugais dominèrent pendant des siècles. De part son architecture ensuite, avec ses bâtiments jamais trop hauts, où le ciel reste omniprésent et où les couleurs chatoient. De part ses gens enfin, ouverts, accueillants, serviables, toujours prêts à vous venir si vous semblez hésiter sur une direction ou un arrêt de tramway.
    Un dimanche à Belém, tous les guides nous le conseillaient. Or nous étions justement dimanche et, après avoir posé nos bagages et savouré un premier petit déjeuner local  - bolo de arroz(délicieux gâteau à la farine de riz) et café au lait -  avec notre hôte qui nous présenta sa ville et «son » programme culturel, nous nous sommes engouffrés dans le premier tramway pour grimper jusqu’à Belém.

    2.jpg

    Nous l’avons abordée par l’eau, suivant le fil du Tage : le monument des Découvreurs d’abord, avec sa forme de caravelle et Vasco de Gama à la proue, ce Padrão dos Descobrimentossurnommé ironiquement « Poussez pas derrière ! » par les moins fans de l’architecture salazariste, puis la fameuse Tour de Belém, construite au début du XVIème siècle pour garder l’entrée du port de Lisbonne, à l’origine au milieu du Tage… avant de se retrouver au bord après le tremblement de terre de 1755 !

    3.jpg

    Après un petit passage par le musée Berardo et sa somptueuse collection de plus de huit cents œuvres, nous dépassons le musée de la Marine pour découvrir le Monastère des Hiéronymites, l’église Santa Maria et le tombeau de Vasco de Gama. Et bien évidemment nous ne quitterons pas Belém sans aller déguster les fameux pasteis de Belém, tout tièdes, saupoudrés de sucre et de cannelle – un délice !

    4.jpg

    Le lendemain, nous partons avec Nuno en excursion autour de Lisbonne : au programme, Sintra, Cascais et la côte atlantique. Nous commençons par la ville de Sintra, ses palais et ses travesseiros, délicieux rouleaux de pâte feuilletée fourrés à la crème d’amande  servis chaud et qui fondent en bouche, avant de monter au Palais de Pena, palais magique de conte de fées, puis de se perdre dans les jardins du palais de la Regaleira, où l’on a joué au Club des Cinq explorant les souterrains avec nos torches !

    5.jpg

    Une halte dans un petit village de la côte pour y déjeuner sur le pouce d’une soupe et d’un sandwich aux oignons fondants,

    6.jpg

    et c’est le départ vers le Cabo da Roca, point le plus à l’ouest du continent européen, « l'endroit où la terre s'arrête et où la mer commence ». (Camoes). C’est ensuite la bouche de l’Enfer (Boca do inferno) puis la plage de Cascais.

    7.jpg

    Le troisième jour, nous entrons enfin dans Lisbonne – comprendre le vieux Lisbonne. Dans un tramway bringuebalant, qui chaloupe au fil des ruelles escarpées,

    11.jpg

    nous arrivons dans le quartier de l’Alfama et le château Saint George (Castelo de São Jorge), avec un magnifique point de vue sur la ville. Nous allons passer la journée à nous perdre dans le labyrinthe des multiples quartiers de la ville, à admirer les maisons dedans-dehors avec leurs azulejos, à emplir nos yeux de ce blanc, ce bleu, ces couleurs vives, et à adopter le rythme nonchalant de ceux qui y vivent. Sans oublier de déjeuner dans une petite taverne et de nous régaler de bolinhos de bacalhau(croquettes de morues)…

    8.jpg

    Le dernier jour arrive et nous l’avons réservé pour le Parc des Nations. Après l’ancien, le nouveau. Là, constructions audacieuses, fontaines apaisantes, oceanorium magique, tout rayonne sous le soleil.

    9.jpg

    Jeux de lumière, jeux d’eau, ce quartier pensé comme novateur et écologique est une vraie réussite, réussissant à capturer l’identité maritime de Lisbonne ainsi que sa modernité. J’ai personnellement gardé un petit faible pour les deux immeubles en forme de bateaux, hommage à deux des caravelles de Vasco de Gama, les tours Saint Gabriel et Saint Raphaël…

    10.jpg

    Cinquième jour, il est neuf heures. Ce matin, le ciel, comme les autres jours, reste obstinément bleu. Et l’avion s’envole. Comment on dit nostalgie en portugais, déjà ?

    Sites :

    Et si vous cherchez à louer un appartement, une chambre d'hôte, avec un guide enthousiaste et passionné par sa ville - parlant de surcroît parfaitement le Français - n'hésitez pas et contacter Nuno Baptista sur son site.

    0 commentaire Pin it! Lien permanent
  • L'Ecole est finie... et ce n'est pas joli !

    Imprimer Catégories : Ma Bibliothèque... verte !

    Il y a eu Matin brun, de Franck PAVLOFF, Révoltez-vous de Stéphane HESSEL, L’Ecole est finie d’Yves GREVET s’inscrit dans la droite ligne de ces ouvrages, petits opuscules invitant à ne pas rester passifs face au présent.

    L'école est finie.jpg

    Le court – très court (45 pages) – roman d’Yves GREVET fait froid dans le dos par son efficacité et sa lucidité. La société qu’il dépeint, gouvernée par l’argent et constituée d’injustices, où seuls les plus forts – entendre les plus riches – survivent, est d’une troublante actualité et ne peut qu’interroger chacun sur ce qu’il attend de l’avenir.  
    Dans ce monde de 2028, on ne sait plus ce qu’est un livre – on ne connaît que les catalogues des magasins – et on doit faire partie des heureux gagnants de la loterie qui auront le droit de se faire soigner les dents. Heureusement, il existe, bien cachées, des lieux de résistance : les « écoles du maquis », où d’anciens instituteurs à la retraite enseignent « comme autrefois » dans l’échange et l’ouverture d’esprit, où l’on apprend l’histoire qui aide à mieux comprendre d’où l’on vient et où l’on arrive. Mais ces écoles sont traquées et les enfants quoi les rejoignent doivent couper les ponts avec leurs familles…
    L’Ecole est finie est un livre à lire d’urgence, à relire, à méditer et à faire circuler sans attendre. Avant que…
    Au moment de nous mettre au lit, ma petite sœur me raconte en faisant la moue qu’aujourd’hui elle a encore perdu à la « tombola des soins dentaires » et que ma mère lui a annoncé qu’elle devrait donc aller chez Solange la « bricoleuse » pour faire soigner ses caries. Elle a peur de souffrir car la guérisseuse n’utilise pas d’anesthésiant. Je me rappelle qu’à l’âge de neuf ans j’étais moi aussi allé chez le dentiste des pauvres, le seul dont les soins sont remboursés. Ma mère et moi étions arrivés très en avance pour être sûrs d’avoir un numéro. Ensuite, le dentiste avait fait tourner sa roue pour désigner les dix malades qui auraient le droit d’être soignés. Ce jour-là, j’avais eu la chance d’être choisi par le sort.

    Yves GREVET, L’Ecole est finie.

    Feuilleter le début du livre ici.

    Lire un autre extrait .

    3 commentaires Pin it! Lien permanent
  • "Mardi Gras, ne t'en va pas, y'a des bugnes, y'a des bugnes..."

    Imprimer Catégories : Desserts

    ... Mardi Gras, ne t'en va pas, y'a des bugnes, t'en auras pas.

    Comptine

    Bien sûr il faut accepter de sentir l'odeur de la friture pendant quelques heures dans la maison...

    Bien sûr il faut accepter de voir farine et sucre glace flotter dans la cuisine...

    Mais ensuite... quel bonheur de les déguster :

    Bugnes 2012.jpg

    La recette est toujours .

    0 commentaire Pin it! Lien permanent
  • Quelques recettes de fête...

    Imprimer Catégories : Index

    Voici quelques idées de recettes pour les fêtes qui s'annoncent :

    Pour l'apéritif

    Pour les poissons :

    Pour la viande :

    Autres :

    Fromages et desserts :

    Je vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année !

    1 commentaire Pin it! Lien permanent
  • Bref, j'ai acheté un Thermomix

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    On m'a parlé du Thermomix, on m'a dit que c'était génial et que ça faisait tout.

    Je suis allée à une démonstration et j'ai vu que c'était génial et que ça faisait tout.

    Je suis rentrée chez moi et j'ai dit à mon mari : "C'est génial, ça fait tout. Ca pèse, ça mélange, ça cuit, bref, ça fait tout."

    Il m'a dit : "Mais c'est cher."

    J'ai répondu : "Mais c'est cher."

    Il m'a dit : "Si tu dois m'en parler tous les jours, autant que tu l'achètes."

    J'ai dit : "Oui, mais c'est cher."

    Je l'ai acheté.

    J'ai fait : de la pâte feuilletée, de la pizza, des gougères, de la purée, de la soupe de potiron,du sucre glace, de la soupe de carotte, du sucre vanillé, de la soupe tout court, de la crème chocolat-vanille, de la crème anglaise, un fondant au chocolat, des boulettes de viande sauce aux câpres, du saumon vapeur, du pain, de la mousse au chocolat, des lasagnes, des crêpes... en dix jours.

    Bref, j'ai acheté un Thermomix.

    Références : Bref...

    8 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Ma Cuisine rouge évolue...

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind

    Vous l'aurez sans doute constaté depuis quelques temps, Ma Cuisine rouge est beaucoup moins dynamique et active qu'elle ne l'a été. La faute au temps qui passe, à l'envie qui s'émousse, aux autres tentations.

    Si l'envie de cuisiner et la gourmandise sont toujours là, force est de constater qu'après bientôt six ans d'existence (car Ma Cuisine rouge est née en Décembre 2005), l'imagination et le renouvellement ne sont pas toujours au rendez-vous, cette sept centième note en est la preuve. Ce que je voulais initialement comme un carnet de recettes personnelles ouvert à tous le reste, c'est évident, mais les nouvelles recettes se font plus rares... Mon autre blog me prend aussi du temps, mes lectures, ma vie enfin, néanmoins, je suis toujours heureuse en constatant que le nombre et la régularité des visites chez moi.

    Merci encore.

    6 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Timbale de crabe et crevette et sa gelée de crustacés

    Imprimer Catégories : Entrées, Poissons

    Ariaké, il y a longtemps que je vous en parle. Le summum du bouillon, rien de plus. Ces sachets magiques à infuser vous transcendent n'importe quelle recette, et j'avoue raffoler, les soirs de "jeûne" après excès, du bouillon de légumes nature, bu simplement dans un mug !

    Vous imaginez donc que lorsque j'ai été contactée pour participer à un concours de recettes utilisant les produits Ariaké, je n'ai pas hésité beaucoup... 

    En revanche, j'avoue que le choix de la recette m'a bien fait travaillé les méninges. Une recette qui mette en valeur le produit, certes, mais sans l'écraser sous tout le reste et en apportant un peu d'imagination quand même... un joli challenge !

    J'ai finalement opté pour une recette à base de crustacés, qui me permettait d'utiliser le bouillon du même nom et de le "customiser" un peu. Voici donc cette :

    PETITE TIMBALE DE CRABE ET CREVETTE ET SA GELEE DE CRUSTACES

    Pour 6 timbales, il faut :

    • 200 g de crabe en miettes
    • 400 g de queues de crevette
    • deux sachets de bouillon ARIAKE aux crustacés
    • 15 cl de crème
    • 3 blancs d'oeuf
    • 2 grammes d'agar agar
    • sel et poivre
    • une feuille d'algue nori pour la décoration

    Préparer le bouillon en faisant infuser 60 cl d'eau et les bouillons : plonger les sachets dans l'eau bouillante et laisser 5 à 10 minutes. Y plonger les crevettes trente secondes si elles sont cuites et une minute si elles sont à décongeler.

    Égoutter les crevettes et les réserver. Filtrer le bouillon et réserver.

    Préparer les timbales en mélangeant dans un robot-mixeur les blancs d'oeuf, le crabe, 50 g de crevettes décortiquées, la crème, le sel et le poivre.

    Chemiser de film transparent de petits moules à soufflés. Les remplir aux deux tiers et les filmer hermétiquement.

    Laisser cuire quarante minutes au bain-marie, dans une casserole couverte, en laissant à peine frémir.

    Préparer la gelée en diluant l'agar agar dans 40 cl de bouillon filtré et porter à ébullition. Laisser tiédir.

    Rincer des petits moules à soufflés (les mêmes que pour les timbales) et ne pas essuyer. Déposer dans chacun deux crevettes et verser la gelée de façon à recouvrir les crevettes. Laisser prendre au réfrigérateur.

    DRESSAGE : démouler les timbales refroidies et les déposer au centre de l'assiette. Démouler délicatement la gelée et la placer sur la timbale crabe-crevette. Décorer avec des crevettes restantes et une feuille d'algue nori et servir.

    cuisine,gourmande,Ariaké,entrée,gelée,crevette,crabe

    Remarques :

    • Vous pouvez choisir de faire un bavarois géant, en utilisant un moule démontable qui vous permettra de faire la mousse de crabe et crevette et faire prendre la gelée directement dessus, avant de démouler.
    • J'ai réalisé cette recette avec des queues de crevettes surgelées P...

    RECETTE PARTICIPANT AU CONCOURS ARIAKE-750 G

    1 commentaire Pin it! Lien permanent