Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lectures

  • Bienvenue dans la jungle (Patricia SARRIO)

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind, Lectures
    Le 18 septembre 2016 paraissait la version électronique de Bienvenue dans la jungle. Un mois plus tard, c’est la version brochée qui pointait le bout de son nez. L’heure est venue, six mois plus tard, de tirer un premier bilan.
    Ce sont 190 exemplaires électroniques et 215 exemplaires papier qui ont été vendus. Présent également dans les bibliothèques de prêt Amazon Kindle, 53 636 de ses pages ont été lues (soit l’équivalent de presque deux cents romans achetés). En définitive, Bienvenue dans la jungle a été lu (au moins, car je ne compte pas les emprunts et autres prêts) plus de six cents fois ! Jamais je n’en aurais escompté autant de succès. Il est même présent à la Médiathèque de Saint-Priest !
    Merci donc à tous ceux et celles qui l’ont lu, y ont pris plaisir, me l’ont dit (voire l’ont écrit...) et m’ont même suggéré des pistes pour le deuxième... qui est en route, pas d’inquiétude ! Et merci à ceux qui ont accepté de le faire connaître, ainsi Françoise Guérin sur son blog Mot Compte double, et de le diffuser, comme la librairie Récit Music de Genas, Séverine et Caroline.

    bienvenue dans la jungle,patricia sarrio,polar,humour,lyon,éducation,romance,kindle,ebook,autoédition

     
    0 commentaire Pin it! Lien permanent
  • ALERTE - Bienvenue dans la jungle en promo spéciale - ALERTE

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind, Lectures

    A ne pas manquer : Bienvenue dans la jungle version électronique sera en promo durant le mois de février :

    C'est l'occasion de le découvrir... si vous ne l'avez déjà fait !

    0 commentaire Pin it! Lien permanent
  • Les honneurs de la presse pour "Bienvenue dans la jungle"

    Imprimer Catégories : Blowing in the wind, Lectures, Littérature gourmande

    Semaine chargée Bienvenue dans la jungle :

    L'auteur Françoise Guérin lui a offert une belle Page blanche sur son blog Mot compte double :

    bienvenue dans la jungle,patricia sarrio,polar,roman,roman policier,romance,auto édition,amazon,kdp,humour

    Et l'émission Hashtag, sur France Culture, en a parlé :

    bienvenue dans la jungle,patricia sarrio,polar,roman,roman policier,romance,auto édition,amazon,kdp,humour

    A visiter également, sa page Facebook : @Bienvenuedslajungle

    0 commentaire Pin it! Lien permanent
  • Une heureuse découverte : un nouveau magazine

    Imprimer Catégories : Lectures

    Alors que je farfouillais parmi les couvertures des revues qui s'étalaient devant moi, j'ai fait une jolie découverte : Paprika.

    Paprika.jpg

    Un magazine qui alliait deux de mes passions : la cuisine et les voyages. Et, le hasard faisant bien les choses, le premier numéro consacrait un long dossier à Lisbonne, la ville où nous étions le mois dernier ! C'est donc avec plaisir que j'ai retrouvé des photos ensoleillées qui rappelaient furieusement les nôtres, des gourmandises salées (ah, la Conserveira de Lisboa) et sucrées (les pasteis de Belem - avec la recette !), des rencontres...

    Mais le reste du magazine n'en était pas moins intéressante : entretien avec Antoine de Maximy, rendez-vous gourmands, bref, j'ai passé un excellent moment à feuilleter les pages de ce magazine que je ne peux que vous conseiller (prix de vente : 5€ - abonnement à 25 et Paprika s'engage à reverser 5€ à Action contre la faim) !

    1 commentaire Pin it! Lien permanent
  • "Vous êtes-vous jamais demandé ce que vaut une vie humaine ?"

    Imprimer Catégories : Lectures

    "Mon mari, Andrius, dit que le mal gouvernera le monde jusqu’à ce que les hommes et les femmes de bonne volonté se décident à agir. Je le crois. Ce témoignage a été écrit pour laisser une trace ineffaçable et tenter l’impossible : parler dans un monde où nos voix ont été éteintes. "

    Ne manquez pas ce roman poignant et inoubliable dont je parle ICI.

    A63567.jpg

    "Lina est une jeune lituanienne comme tant d'autres. Très douée pour le dessin, elle va intégrer une école d'art. Mais un nuit de juin 1941, des gardes soviétiques l'arrachent à son foyer. Elle est déportée en Sibérie avec sa mère et son petit frère, Jonas, au terme d'un terrible voyage. Dans ce désert gelé, il faut lutter pour survivre dans les conditions les plus cruelles qui soient. Mais Lina tient bon, portée par l'amour des siens et son audace d'adolescence. Dans le camp, Andrius, dix-sept ans, affiche la même combativité qu'elle"

    Après plusieurs voyages en Lituanie où elle a interviewé des historiens, des psychologues et des rescapés du Goulag, Ruta Sepetys a écrit ce roman inoubliable.

     

    - Je ne vois pas ta mère travailler la terre...
    - Non, répondit Andrius en se penchant vers moi. [...] Et sais-tu pourquoi ?[...]
    Parce qu'ils l'ont menacée de me tuer si elle n'acceptait pas de coucher avec eux. Et le jour où ils seront fatigués d'elle, rien ne les empêchera de me tuer si ça leur chante. Dis-moi un peu, Lina, que ressentirais-tu si ta mère pensait qu'elle devait se prostituer pour te sauver la vie ? [...] A ton avis, que ressentirait mon père s'il savait ça ? Et que ressent ma mère quand elle doit coucher avec les gens qui ont assassiné son mari ?

    Ruta SEPETYS, Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre, 2011.

    2 commentaires Pin it! Lien permanent
  • 1 canard 2 Daguin (A. et A. DAGUIN)

    Imprimer Catégories : Lectures

    Le sympathique livre que voilà !

    daguin.jpeg

    "2 chefs, 2 générations, 2 façons de (bien) traiter le canard, toute une démarche vers une cuisine humaniste photographiée au plus près et au plus juste par Isabelle Rozenbaum.

    Le propos de cet ouvrage est d’illustrer le dialogue entre deux cuisiniers – père et fils – et deux conceptions de la cuisine : pour chaque partie du canard, du bec au croupion en passant par les ailerons, les oscilles, le magret et bien sûr le foie gras, André proposera une recette 80 % animal et 20 % végétal, et Arnaud son contraire (20 % animal 80 % végétal)."

    Prenez donc deux chefs, qui ont la particularité d'être également père et fils. Enracinez-les dans un terroir de saveurs. Faites-les dialoguer. Accommodez le tout de belles photos, d'une mise en page soignée,  et vous obtiendrez cet ouvrage savoureux, où le dialogue est permanent, à la fois plein de d'humour et d'amour. Amour du produit, amour du pays, il y est question de "festival de Canes", de foie gras de canard aux gousses, de foie de canard frais à la julienne de légumes du père auquel répond le foie frais et julienne, vinaigre du fils, de papillote de langoustine au foie frais face à la soupette de langoustine, dés de printemps, foie gras...

    Je pourrais vous énumérer l'index de toutes les recettes, plus alléchantes les unes que les autres, le bonheur que l'on éprouve à tourner les pages de ce livre, à saliver, à imaginer, à apprendre aussi, car l'érudition y est omniprésente, je me contenterai de vous conseiller l'ouvrage, avec une petite réserve cependant concernant l'exécution des recettes : il faut avoir des produits impeccables (pas toujours évident selon l'endroit où l'on habite) et certaines recettes sont carrément ardues. Mais reste le plaisir de la langue...

    Vous trouverez sur le site des éditions du Sud-Ouest le descriptif du livre.

    3 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Petite revue de presse de rentrée

    Imprimer Catégories : Lectures

    Une fois n'est pas coutume, livrons-nous à l'exercice de la revue de presse... que nous cantonnerons aux revues culinaires. Vous l'aurez constaté, nous sommes en pleine période de "foire aux vins" et, qu'il s'agisse de SAVEURS, d'ELLE A TABLE ou encore de CUISINE BY LIGNAC, aucun n'y coupe :Saveurs.jpg

    SAVEURS, outre son article sur "Les Corbières", dans sa rubrique "Des hommes et des vignes", consacre dix-huit pages au sujet avec un dossier intitulé "Sur le chemin des grands vins" où, "région par région et dégustation à l'appui", ils mettent l'accent sur "de très bons crus méconnus qui, en marge de ceux dont la réputation n'est plus à faire, réservent d'excellentes surprises". On va donc ainsi déambuler de la Bourgogne au Languedoc-Roussillon, de l'Alsace à la Loire, du Rhône à Bordeaux, tout en passant par la Provence et la Champagne. L'ensemble est bien mené, précis, avec une présentation du vignoble, un coup de projecteur sur un (ou une) vigneron et la sélection du magazine.

    C'est un "supplément vins" de trente pages qu'a choisi de présenter la magazine ELLE A TABLE. Une sorte de mini-magazine, où se déclinent "l'actu vin", les "accords mets/vins" et enfin un guide des cavistes, région par région, ainsi que sur le Net. L'ensemble est moins "fouillé" que dans SAVEURS mais on peut apprécier les propositions de recettes, à associer avec les crus. En outre, le magazine propose également une interview de Kad MERAD "côté cave", l'analyse de dix rosés corses, six vins à accorder avec un risotto aux champignons et un article sur les accords "Fromages et vins".

    Cuisine by.jpgTendance oblige, c'est aux vins bio et vins du monde que s'intéresse CUISINE BY LIGNAC, car "si le bio est tendance, le vin bio n'est pas en reste et fait un carton dans les caves à vins et les supermarchés", c'est pourquoi ils vont nous donner "toutes les réponses" ! L'article est intéressant, on y apprend notamment qu'un vin bio n'est pas nécessairement un vin naturel. "Tout dépend de la façon dont sera travaillé le vin. La culture biologique requérant davantage d'exigences, le producteur a plutôt tendance à soigner aussi ses pratiques oenologiques."

    Le bio est d'ailleurs au coeur du magazine, avec un article sur Christophe HAY, le chef de l'Hôtel de Sers, "bio et léger", un autre sur les solutions pour cuisiner bio et choisir les bons produits : seitan, tempeh, tartare d'algue, sirop d'agave et agar agar - je vous passe le reste. Vous pourrez également trouver des recettes de légumes et dips bio et des recettes "quand le bio devient gourmand". J'ai relevé également un intéressant article sur le lait ribot, quelques recettes "américaines" pour fêter l'été indien (que nous n'avons pas !) et - toujours sur la vague - un dossier sur les lunch box, titré "Le déjeuner est dans la boîte" : "Marre des sandwiches sans goût, des salades hors de prix ou des pizzas trop lourdes ? Offrez-vous une lunch box et préparez-vous des plats simples et bons qui laissent respirer le porte-monnaie"...

    Même son de cloche dans ELLE A TABLE, mais côté boutiques, avec un article sur "Les nouvelles cantines chics : fureur urbaine autour du fast Elle à table.jpgfood haut de gamme". A retenir encore un dossier de Clotilde Dusoulier - du blog bien connu Chocolate and Zucchini sur le sirop d'agave et le tout fumé, une déclinaison autour de la figue et une visite gourmande de New York avec la fille de Ralph LAUREN, Dylan. Cette dernière vient d'ouvrir une boutique de bonbons, pardon, un "store de confiseurs", où l'on apprend qu'elle se souvient encore d'un de ses anniversaires,"où son père lui a offert un spectacle grandeur nature de Charlie et la chocolaterie"...

    Mais c'est encore une fois SAVEURS qui a eu ma préférence. Car outre son dossier sur les vins, il y a une mine de recettes à réaliser et interpréter (la tarte aux prunes, la tajine de poulet aux pruneaux...), autour du lait (les natillas que nous a présentées Cléa, par exemple), des légumes, des mûres... On voyage par les papilles au Maroc, on part à Copenhague ou encore à Chypre et, enfin, région que j'adore, en Aubrac (pour le souvenir, revoyez l'album photo Aubrac).

    Enfin, il est toujours amusant de constater les "récurrences" d'un magazine à l'autre. Ce bimestre, ce sont les fameux crayons en pâte d'amande de Patrick ROGER, que l'on retrouve chez ELLE A TABLE ("Bonne mine"), SAVEURS ("Bonnes mines", au pluriel cette fois-ci) ou encore chez CUISINE BY LIGNAC ("Rentrée gourmande").

    Crayons patrick roger.jpg

    Les smoothies Michel et Augustin sont quant à eux présents chez SAVEURS ("quelle gourde") et CUISINE BY LIGNAC ("Le fruit par les trublions du goût"), et ce même CUISINE BY LIGNAC, toujours bio, nous parle également d'un nouveau produit, Croc nature, pour "des fruits et légumes vraiment natures", à diluer dans de l'eau pour y faire tremper fruits et légumes qui seront débarrassés de leurs pesticides.

    Après tout ça, je vous laisse faire votre choix... Ou les acheter tous !

    7 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Julie & Julia (sexe, blog et boeuf bourguignon) J. POWELL

    Imprimer Catégories : Lectures

    C'est drôle, il y a des livres qu'en lisant, on devine instinctivement adapté sur grand écran : non pas qu'ils soient particulièrement grandioses ou dépaysants, mais parce qu'ils sont tellement formatés qu'en les lisant, on devine déjà les pseudo-scènes de comédie qui en découleront. Julie & Julia est de ceux là.

    Julie_et_Julia

    J'aurais pourtant dû me méfier : la couverture parlait d'elle même. outre le côté racoleur du graphisme, il y avait le bandeau "Irrésistible... Une sorte de Bridget Jones en cuisine." Or moi, j'ai beaucoup aimé Bridget Jones. J'ai même beaucoup apprécié le film qui en était tiré (bon, d'accord, il y avait Hugh Grant qui y était pour beaucoup...) mais vouloir faire du Bridget Jones, ça me hérisse.

    Et puis, Clarabel est passée par là. Dans un de ses billets, elle expliquait avoir passé un bon moment avec cette lecture ; cela a relevé mon intérêt. Et comme de surcroît elle m'a très gentiment prêté l'ouvrage, j'ai pu y plonger.

    "Une jeune New-Yorkaise bientôt trentenaire, lasse d'enchaîner des boulots sans intérêt, décide de reprendre sa vie en main. S'emparant du vieux livre de cuisine de sa mère, L'Art de la cuisine française de Julia Child, elle s'invente un projet dément : réaliser les 524 recettes du livre... En un an ! Dans sa cuisine minuscule ! Avec un humour dévastateur et une pointe de folie, elle nous raconte ses pérégrinations de cuisinière, sa crise de la trentaine, sa mère envahissante, sa meilleure amie nymphomane... De réussites triomphantes en purs désastres, de crises de larmes en dîners alcoolisés, elle poursuit sa route pavée de mottes de beurre. Et s'aperçoit un jour que sa vie a changé."

    Et là, déception : ce livre est une caricature à tous points de vue. Ce personnage de presque trentenaire qui fait la course avec son horloge biologique a tout de la parfaite héroïne de sit com, la narration est d'une facilité, d'une lourdeur et d'une vulgarité souvent gratuite et la cuisine est complètement indigeste ! Nul doute que ce livre figurera en bonne place du box office US quand il sera adapté car il offre la vision typique de ce que les Américains ont de nous : la cuisine française, c'est cette chose lourde et grasse qui, de surcroît et injustice suprême, ne nous fait pas grossir !

    La cuisine française que Julie exécute tambour battant ("23° jour, 34° recette" ; "221° jour, 230° recette") baigne dans le beurre, l'huile, le saindoux ou encore la graisse de rognons ! Vous en connaissez beaucoup, vous, des gens qui cuisinent au saindoux ou à la graisse de rognons ? Qui mettent une livre de beurre pour faire cuire un beefsteak ? Qui font un pot au feu avec un poulet ?

    Non seulement la cuisine pratiquée par Julie est celle qui se pratiquait (peut-être) il y a quelques années, lorsqu'on croyait que plus c'était gras, mieux c'était, mais elle est truffée d'erreurs. Ces erreurs ne seraient rien cependant - à quoi servirait la licence poétique sinon - si le livre prônait le plaisir du bien-manger au moins. Mais non. dans ce marathon alimentaire (car je n'ose dire culinaire), il y a aucun plaisir, aucun bonheur de savourer : nous sommes dans une dimension purement économique, celle du défi à réaliser. D'ailleurs, à part grossir et être écoeurée de repas lourds, on ne voit pas trop ce que Julie y a gagné, sinon la richesse grâce à son blog (où elle avait glissé un lien Paypal pour que ses "fans" puissent l'aider à financer ses repas...) . Très américain, disais-je...

    Ainsi cet extrait, situé au 23° jour :

    La cuisine évoquait une scène de crime. Le sol était jonché de coquilles d'oeufs qui craquaient sous les pas. Ce qui ressemblait à une vaisselle de trois jours était empilé dans l'évier et des cartons non déballés avaient été poussés aux quatre coins de la pièce. Invisible dans l'orifice obscur de la poubelle, et pourtant aussi évidents que des cadavres assassinés recouverts d'une bâche, gisaient les restes mutilés des oeufs. Si les traces de jaune strié de mauve qui maculaient les murs avaient été des éclaboussures de sang, un médecin-légiste aurait connu une journée mémorable. mais Éric n'était pas devant la cuisinière pour déterminer la position du tireur, il était occupé à pocher un oeuf dans le vin rouge. Deux autres oeufs attendaient sur une assiette près de la cuisinière. [...]

    Parce que préparer des Oeufs à la bourguignonne, ce n'était pas seulement gâcher une douzaine d'oeufs en essayant de les pocher dans le seul vin rouge dont nous disposions dans l'horrible appartement où nous avions eu la bêtise de nous installer. Je saisis un paquet de pain de mie sur le dessus du frigo et en sortis trois tranches. Je découpai un cercle blanc bien net à l'aide d'un moule à biscuit [...]. Je débarrassai l'un des trois brûleurs en état de marche de la cuisinière [...], y posai une poêle où je mis à fondre une demi-plaquette de beurre.

    [...] Devant ma poêle, je piquai le beurre avec ma fourchette. "Fonds, merde !" J'étais censée clarifier le beurre, c'est-à-dire écumer le dépôt blanchâtre qui apparaît quand le beurre fond, puis le faire chauffer sur feu vif avant d'y dorer les rondelles de pain. Ces temps-ci, il y avait beaucoup de choses que j'étais censée faire et que je ne faisais pas. Je jetai le pain dans le beurre dès qu'il se liquéfia. Naturellement, les canapés - ce que j'étais en train de faire avec les rondelles de pain - ne dorèrent pas mais se ramollirent en se gorgeant de beurre jaunâtre.

    "Fait chier ! il est onze heures du soir et j'en ai rien à foutre de ce putain de pain de merde", dis-je en les sortant pour le poser sur deux assiettes.

    - Julie, franchement, tu es obligée de parler comme ça ?"

    J'étais en train de faire bouillir le liquide vineux qui m'avait servi à pocher les oeufs pour le réduire en sauce.

    "Putain, tu te fous de ma gueule ?"

    Éric émit un petit rire inquiet.

    "Je plaisante. Juste une petite blague. Marrant, hein ?

    - Hum."

    J'épaissis la sauce avec de la maïzena et du beurre. Puis, sur chaque canapé ramolli, je posai un oeuf en équilibre avant de le napper de sauce.[...]

    Nous avons dîné en silence, au milieu des détritus et des cartons en cours de déballage. Les oeufs avaient le même goût que le médiocre vin que nous buvions, en un peu plus beurré.

    En fait, ce n'était pas mauvais du tout.

    Julie POWELL, Julie & Julia, 2008

    15 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Léo cuistot écolo (E. FIGUERAS, L. GOUMY)

    Imprimer Catégories : Lectures

    C'est un petit livre qui ressemble à un album, avec son format presque carré, et sa couverture colorée. Sous-titré "recettes pour la planète", le propos de cet ouvrage est de s'adresser aux enfants pour leur proposer des recettes qui soient faciles à réaliser, mais soucieuses de respecter les saisons et encourageant à utiliser des produits bios ou à pratiquer des gestes permettant d'éviter le gaspillage.

    L_o_cuistot__colo

    "Ce livre est né de la rencontre de Léo, Emmanuelle et Lionel. Léo est un petit garçon qui aime cuisiner, Emmanuelle, une journaliste spécialisée en environnement et Lionel, un chef cuisinier bio. Tous trois, passionnés de cuisine, ont échangé leurs questions, leurs avis et leurs savoir-faire. Ensemble, ils ont écrit ce livre pour partager leurs recettes préférées, leurs tours de main et leurs astuces pour préserver la planète. Préférer les produits de saison, choisir des produits biologiques, couvrir les casseroles pour économiser l'énergie, éviter de gaspiller l'eau en lavant les légumes, conserver les épluchures pour faire un tas de compost dans le jardin... Et confectionner sa mousse au chocolat préférée sans aller l'acheter toute faite au supermarché ! Voilà tout le secret de ce livre. Facile d'accès, il s'adresse directement aux enfants... mais leurs parents sont les bienvenus pour les accompagner ou pour pratiquer eux-mêmes ! "

    Le livre s'ouvre sur un entretien entre Léo, le petit garçon gourmand, et Lionel, chef cuisinier bio, actuellement, au Centre terre vivante (Isère), mais ayant travaillé en Ile-de-France et à Lyon. On apprend ainsi pourquoi cuisinier bio, comment et les recettes sont, il faut l'avouer, très attractives. L'ouvrage se divise en trois parties  : les recettes salées, les recettes sucrées et le pique-nique apéro, et sont toujours très joliment illustrées par Yanick ROBERT. Chaque recette comporte un petit plus, le "zeste écolo" et offre des possibilités de déclinaisons, ainsi la mousse à l'orange d'hiver devient mousse au citron d'été, les concombres fourrés de printemps se font courgettes en été ou endives en hiver...

    Même si toutes les recettes ne sont pas réalisables pas les enfants (je pense aux croquants de courgettes), ils le sont cependant par les parents, même pas très doués, et ce petit livre offre l'occasion de partager de jolis moments gourmands - et écologiquement responsables, ainsi les chaussons surprise, les soufflés printaniers, les mignonnettes rôties au miel, le cruumble pomme-poire ou encore les mini-brochettes aux fruits. Le livre se clôt sur un calendrier indicatif pour découvrir la saison idéale de chaque produit.

    L'éditeur de ce joli livre est TERRE VIVANTE, une association qui fait partager ses expériences de l'écologie pratique depuis vingt-huit ans, que ce soit sur le jardinage biologique, l'alimentation et la santé, l'habitat écologique ou l'énergie.

    5 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Un livre trop chou !

    Imprimer Catégories : Lectures

    Alors voilà : ce soir, je récupère comme tous les mardis soirs mon panier de légumes bio. Et que risqué-je d'y trouver ? du chou ! Sous toutes ses formes : vert, pommé, fleur, frisé, chinois, brocolis, romanesco, mais Guillaume nous a prévenu : l'automne-hiver, c'est le chou !

    Le problème avec le - ou les - chou, c'est qu'une fois sortie de la potée, du gratin de chou vert ou fleur, de la semoule de chou-fleur et des brocolis vapeur, je manque un peu d'idées... Surtout de celles qui feraient s'exclamer : "Waouh, trop bon !" à ma petite famille...

    Et puis, ce week end, j'ai trouvé ça :

    Mes_choux__je_vous_aime

    Et je crois que je suis sauvée : 72 pages de recettes autour du chou, depuis le velouté de châtaignes au chou vert jusqu'aux beignets de chou-fleur, en passant par le mille-feuille croustillant de saumon au chou... Le livre est joli, souple, pas trop cher (10€) et je ne lui reprocherais que deux choses : l'absence d'index des recettes et d'index par ingrédients. mais bon, rendez-vous bientôt, avec plein de recettes crucifères...

    2 commentaires Pin it! Lien permanent