Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tapenade

  • Cigarettes provençales et mousse de tomates confites pour un Apéro Fada

    Imprimer Catégories : Apéritif

    Allez savoir pourquoi, lorsque l'on m'a demandé de réalisé un Apéro Fada pour Puget, mon cerveau s'est mis en mode voyageur. Il faut dire que la mallette le suggérait :

    De la tapenade, du confit de tomates séchées, des olives, tout parlait de soleil, de senteurs provençales. Des envies de croustille, aussi, de petites choses que l'on grignoterait comme ça, sans y penser autour d'un verre avec des amis... C'est ainsi que j'en suis arrivée aux cigarettes russes. Les cigarettes russes, vous connaissez ? Eh bien, imaginez qu'on les délocalise, le temps d'un apéritif... Qu'on les sorte des recettes sucrées et qu'on les associe à une mousse salée, de tomates confites par exemple. C'est ainsi que j'ai abouti à cette recette qui peut se dissocier, d'ailleurs. Voici donc les :

    CIGARETTES DE TAPENADE ET MOUSSE DE TOMATES CONFITES

    Pour une quarantaine de cigarettes, il faut :

    Pour la mousse, il faut :

    Préparer les cigarettes provençales :

    Couper chaque feuille de brick en quatre.

    Tartiner très légèrement (une couche transparente) la base large du quart de cercle de tapenade et rouler très serrée la cigarette. Au dernier tiers, passer un pinceau beurré sur le triangle restant (encore non roulé) et finir la cigarette en roulant toujours très serrée et en la déposant pointe dessous, afin qu'elle ne se défasse pas.

    Préchauffer le four à 180° (th. 6).

    Badigeonner de beurre les cigarettes alignées et enfourner. Cuire les cigarettes cinq minutes environ.

    Préparer la mousse :

    Faire chauffer dans une casserole la crème fraîche et le confit de tomate.

    Faire tremper dans l'eau froide les feuilles de gélatine.

    Lorsque le mélange bout, arrêter le feu et essorer les feuilles de gélatine avant de les faire fondre dans le mélange en remuant bien.

    Filtrer au chinois la préparation et la verser dans un siphon.

    Ajouter une cartouche de gaz et mélanger.

    Laisser reposer au réfrigérateur pendant trois heures minimum.

    Le dressage :

    Verser la mousse dans un joli plat et disposer autour les cigarettes.

    Asseyez-vous avec vos invités, riez, dégustez !

    Remarques :

    • Si vous n'avez pas de siphon, montez votre crème en chantilly et incorporer délicatement le confit.
    • Vous pouvez préparer les cigarettes à l'avance et les cuire au dernier moment : elles seront tièdes et croustillantes.

    ET MAINTENANT, LE CONCOURS !

    Parce que vous aussi, vous pouvez recevoir la même mallette en osier pleine de bonnes choses, idéale pour délocaliser votre apéro ou tout simplement partir en pique-nique ! Mais pour ce faire, il va falloir travailler un peu...

    CONCOURS DE L’ETE : LIRE, GOÛTER, DEGUSTER

    Les vacances, c’est le moment du farniente : on se pose, on bouquine et on se retrouve pour l’apéro !

    Afin de pouvoir pratiquer tout cela dans de bonnes conditions, je vous propose un petit jeu, qui va vous permettre d’aller piocher du côté de ma rubrique Littérature gourmande de quoi satisfaire vos envies de lecture. Et puis, histoire que votre cerveau ne reste pas inactif trop longtemps, je vais vous soumettre dix questions tirées de ces lectures. Enfin, comme toute peine mérite salaire, celui qui répondra sans faute et le plus précisément possible aux questions se verra offrir un kit Apéro fada Puget.

    Je vous rappelle que vous pouvez vous aider de l’index des livres et de leurs extraits : http://www.macuisinerouge.com/archive/2006/06/17/index-des-extraits-de-litterature-gourmande.html. Bonne chance !

    Indice : ce sont globalement des recettes estivales…

    Question 1 : Quel auteur propose cette recette de volaille : Quatre petits poulets, fendus par moitié, frappés du plat de la hachette, salés, poivrés, bénits d'huile pure, administrée avec un goupillon de pebreda dont les folioles et le goût restent sur la chair grillée ?

    Question 2 : Quel est l’étal préféré de Marina De Blasi ?

    Question 3 : Qui prépare des soufflés [qui] seraient allés se coller au plafond tant ils étaient légers, volatils, immatériels ?

    Question 4 : Qui s’est vu servir lors d’un voyage en Italie des croûtes aux truffes noires de Norcia ?

    Question 5 : Qui aime l’ail en souvenir de la première fille qu’il a embrassé qui sentait cette odeur ?

    Question 6 : Avec quel fruit l’auteur de ce livre a l’impression d’avoir sept ans de nouveau, plus rien n'a d'importance que la force avec laquelle[elle]presse les graines entre [ses] doigts pour les lancer devant [elle],et les dessins que [elle]trace à la cuiller dans la chair juteuse ?

    Question 7 : Dans quel roman peut-on trouver à la carte le plat suivant : Huîtres en coquille et saucisses maison au cognac, pistaches + truffes noires - servies avec une crème de raifort au Bushmills ?

    Question 8 : Chez qui peut-on manger des moules grosses comme le pouce, farcies avec un mélange à base d'œufs, de mie de pain et de fromage. Des anchois marinés dont la chair était ferme et fondait sous la langue. Des pointes de poulpes. Une salade de tomates et de chicorée. Quelques fines tranches d'aubergines grillées. Des anchois frits ?

    Question 9 : Chez quelle famille et dans quelle ville peut-on petit-déjeuner ainsi : Il y avait des olives noires, des poivrons rouges farcis aux olives vertes, du fromage frais, du fromage tressé, du fromage de chèvre, des œufs durs, des gâteaux au miel, de la sauce buffalo, de la confiture d'abricot et de la confiture de fraise faite maison et de tomates à la menthe et à l'huile d'olive, présentés dans de jolies coupes en porcelaine ?

    Question 10 : Dans quel roman trouve-t-on legâteau idéal pour une journée froide : parfumé au gingembre, sucré mais fort ?

    Réponses à renvoyer avec vos nom, prénom et adresse (si vous voulez recevoir votre cadeau) à l’adresse suivante : lire.gouter.deguster@gmail.com

    Article sponsorisé

    Partage propulsé par Wikio

    2 commentaires Pin it! Lien permanent
  • Pissaladière comme je veux

    Imprimer Catégories : Entrées

    Cet été, je me suis lancée dans la pissaladière. Rien de révolutionnaire, allez-vous me dire. Certes. Sauf que l'avantage (et l'inconvénient, diront les puristes), c'est que de multiples variations sont possibles : pâte feuilletée, pâte à pain, olives ou tapenade, câpres ou non... un nombre infini de possibilités s'offre à nous. En plus, on n'est pas obligé de refaire toujours la même... Une seule constante : les oignons, fondants, presque caramélisés, qui ressemblent plus à une friandise qu'à un légume. Je vous livre aujourd'hui ma version préférée de la chose : lit de tapenade, oignons confits, quelques anchois, un régal ! Voici donc :

    LA PISSALADIÈRE

    Pour 6, il faut :

    • une demi pâte à pain d'après la recette de Gontran ici
    • environ 800 g d'oignons
    • un petit pot de tapenade (ou une tapenade-maison si vous êtes courageux)
    • quelques anchois
    • 4 cuillères à soupe d'huile d'olive
    • sel et poivre

    Éplucher et émincer les oignons. Les faire revenir dans une poêle avec l'huile d'olive à feu moyen d'abord, puis doux, en remuant souvent afin qu'ils confissent doucement.

    Après une demi-heure environ de ce régime, arrêter le feu, saler et poivrer.

    Préchauffer le four à 210° (th 7). Étaler la pâte à pain. La recouvrir d'une bonne couche de tapenade avant de disposer les oignons. Déposer à votre goût quelques anchois que vous aurez préalablement rincés et essuyés.

    Faire cuire entre 20 et 25 minutes. Servir chaud, tiède ou froid.

    pissaladi_re

    Remarques :

    • J'adore quant à moi la déguster tiède : je trouve que les arômes s'y développent mieux
    • Attention à ne pas trop saler les oignons, la tapenade et les anchois le sont déjà.
    • Je ne l'ai pas précisé parce que c'est presque un pléonasme mais VIN ROSE obligatoire !
    6 commentaires Pin it! Lien permanent